AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 
ICI, NOUS SOMMES POUR LA RELAXATION...
10 LIGNES EXIGÉES SEULEMENT ET OUI, C'EST CADEAU !
UN PETIT VOTE POUR NOUS ?
par ici obsession 27
I LOVE YOU ON VOUS AIME Very Happy
C’ÉTAIT LE BISOUNOURS TIMES
NOUS SOMMES EN ESPAGNE ET EUROPÉENS.
TENEZ EN COMPTE POUR VOS ORIGINES, MOINS D’AMÉRICAIN !

Partagez | .
 

 → un maladroit à l'hôpital, haha. (lorena)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

LES INFOS
AND MORE
MessageSujet: → un maladroit à l'hôpital, haha. (lorena)   Lun 9 Sep - 5:23

Ҩ UN MALADROIT A L'HOPITAL, HAHA.
Ҩ LORENA ET RAFAEL

Ce matin je venais me motivé difficilement, le soleil m'avait réveillé de bonheur et n'étant pas spécialement du matin je dois admettre que ce fut délicat de me lever lorsque je vis 7h30 à mon réveil. Cependant, je devais me forcer à prendre un rythme un peu plus normal afin de montrer mon envie de faire plaisir mais aussi de montrer que je suis capable de faire quelque chose de ma vie. Je n'ai jamais eu d'exemple dans ma vie, le seul auquel j'aurais pu avoir ce fut mon père mais il n'a jamais été présent et encore moins proche de moi donc autant dire que je me suis enfoncé moi-même dans cette carapace qui me permet simplement de rester seul et éviter de blessé ou de décevoir. Le truc, c'est que finalement, même en ne faisant rien je déçois les gens. Filant sous la douche je venais rejoindre la cuisine pour déjeuner un minimum et surtout prendre mes céréales fétiches. Attrapant mon skate je venais quitter l'immeuble et dévalant les rues j'aller vers l'ancien travail ou j'avais eu un poste de serveur, espérant pouvoir reprendre celui-ci et montrer que j'étais capable de quelque chose. C'est à un carrefour que je venais me faire bousculer par une voiture, rien de bien grave mais le choc m'a quelque peu sonné et je fus transporter par les pompiers vers l'hôpital de la ville. Quelle belle affaire franchement ! Je fis quelques examens, résultat ? Un poignet cassé et le médecin qui a appelé ma sœur. Je sens encore les reproches fusait mais que dire d'autre à part que j'ai encore loupé le coche. Lorsque je vis celle-ci arriver dans ma chambre je la regardais l'air piteux. Avant que tu parles, sache que je voulais vraiment aller chercher du taf c'est juste que, bah que je n’ai pas vu la voiture. Je soupirais, en même temps j'y peux rien si je suis maladroit.




© los vecinos ©
Revenir en haut Aller en bas
Lorena-Rosa S. Sanchez
avatar
POT DE COLLE
◗ je connais la résidence
Aides le forum, votes POT DE COLLE◗ je connais la résidence

LES INFOS

So stand in the rain, Stand your ground
Stand up when it's all crashing down
You stand through the pain
You won't drown
And one day, whats lost can be found


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 10.01.1986
✔ METIER : Flic à la criminelle
✔ CUPIDON : Célibataire et pour elle... l'amour signifie catastrophe. Cela n'en a été que depuis sa naissance.
✔ HUMEUR : Lunatique
✔ SURNOMS : Loren, Rosy, Rose, Rosa, Lore, Lorena... un peu de tous mais Loren suffit. KITTY PATTES DE VELOURS... MIAOUUUUUUUUUUUUUU
✔ CHOSES A FAIRE : Manger un donuts
✔ CITATION : En fait tous les hommes sont des bêtes avant de trouver la femme parfaite au fond. Croquant alors à pleine dent la vie de célibataire en grognant de femmes en femmes… en dévorant certaines du regard pour en faire le diner dans une soupe chaude au lit pour ensuite les laisser rentrant et ne plus les revoir. Les hommes sont des bêtes et ensuite… ils rencontrent la belle… ils deviennent plus sérieux en ne grognant que sur une seule femme et ayant alors une soupe chaude dans leur lit toutes les nuits.

© CRÉDITS : Strawberry Insane
★ AVATAR : Sophia Bush
✔ PSEUDO : Strawberry Insane
€ EUROS : 9597
✔ MESSAGES : 1511
✔ AUTRES COMPTES : Pearl, Esmeralda et Ella
✔ ANNIVERSAIRE : 10/01/1989
✔ AGE : 29
✔ INSCRIPTION : 19/11/2011
✔ PAYS : Belgique
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: → un maladroit à l'hôpital, haha. (lorena)   Lun 9 Sep - 6:01


⊱ STEREO HEARTS !

Etre une femme active n’est rien de facile entre le boulot et la famille. J’étais assez motivée pour ma journée. Il était plus de 8 heures du matin alors que j’étais arrivée assez tôt au journal pour m’occuper de mon courrier, On bosse dur chez les Sanchez enfin presque chez tous. J’avais laissée Marissa aller à l’école comme une grande surtout que je devais finir mon article pour 9 heures du matin. J’en étais réellement presque à bout. Il ne me restait qu’une relecture et un ou deux rajouts à faire. Totalement motivée. J’avais encore tout mon ménage à faire. Ouech, le fun. Je soupirais doucement en me levant de ma chaise avant d’aller prendre un café. Pensant à Edwardo dans ma tête mais assez fort pour qu’on puisse entendre : cette fille est amoureuse. Mais merde, je ne voulais pas l’être. Et comment on l’entendait ? Ce sourire au bout des lèvres. Non mais allo. Je soupirais doucement en me sentant tellement ridicule de tomber à nouveau dans ses bras mais chut, non. Il fallait que j’arrête ça. Je levais le regard vers le plafond en secouant la tête et là, Dring. Oui, mon portable sonnait. Sur le coup, je pensais qu’il était arrivé un truc à Marissa alors que je voyais clairement le numéro de l’hôpital s’afficher. Paniquée mais rassurée à la fois alors que j’écoutais cet appel. Je levais les yeux. Non mais Larissa ne pouvait pas répondre ? Coquine, elle faisait quoi encore ? Je soupirais en envoyant la fin de mon article par mail à la secrétaire et prenant rapidement mon sac, en oubliant même mon portable. Parfait. J’étais un peu disons… blasée mais inquiète à la fois. Je n’étais pas toujours comme ça mais disons que oui, les relations entre moi et Rafael n’étaient pas toujours au beau fixe. C’est ça, la famille. On ne peut pas toujours être comme fleur et racines. J’allais aussitôt vers l’hôpital. Je n’étais qu’à deux ou trois pâtés de là. Je prenais la route à pieds, rapidement. Des pas assez grands pour arriver au plus vite et hop, on galope. Une fois arrivée, je passais la porte pour rentrer dans les urgences. Demandant alors de l’aide à l’entrée pour trouver ou il se trouvait. Local 11, apparemment. Bon, je cherchais alors ce local mais me perdant un peu et je rentrais ans la pièce pour le regarder. Peut-être le regard plein de reproches mais le pire était que ce n’était pas volontaire. Et à peine un pas dans la pièce, il parlait. Je riais nerveusement en le regardant, secouant la tête. « La prochaine fois, fonces dans la vitrine d’une boutique, ils t’embaucheront surement ! », lâchais-je sur un ton assez plaisantin en soupirant aussitôt. « Je n’ai rien dis, c’est bon… », soufflais-je totalement franche, je n’avais pas l’intention de l’engueuler sachant qu’il venait de se faire renverser. Je n’étais dans le fond pas du tout ma mère. « Ça va ? », demandais-je en regardant son bras. « Ils ne m’ont pas dits ce que tu avais… », rajoutais-je aussitôt. Naturellement comme si c’était tout ce qui m’intéressait et c’était le cas sur le coup.




⊱ TU TROUVERAS

Comme tout le monde j'ai mes défauts, j'ai pas toujours les mots qu'il faut mais si tu lis entre les lignes. Il y a des fautes d'impression, des "je t'aime" un peu brouillons. Mes blessures et mes faiblesses. Celles que j'avoue qu'à demi-mot. Mes faux pas, mes maladresses et de l'amour plus qu'il n'en faut. J'ai tellement peur que tu me laisses. Sache que si j'en fais toujours trop. C'est pour qu'un peu tu me restes. Le temps vous endurcit de tout.Des illusions, des mauvais coups. Si je n'ai pas su te retenir Sache qu'il y a dans mes chansons Tout ce que je n'ai pas eu le temps de dire.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.los-vecinos.net
Invité

LES INFOS
AND MORE
MessageSujet: Re: → un maladroit à l'hôpital, haha. (lorena)   Lun 9 Sep - 9:29


⊱ UN MALADROIT A L'HOPITAL

J'ai beau me dire que finalement ce n'est qu'un détail, que je surmonterais cette maladresse, quand je vois ce fameux séjour à l'hôpital ce matin je me dis que finalement je suis né et je vieillirais ainsi. Non mais bon sang, j'avais le temps, je n’étais pas presser vue que la patronne ne m'attendais pas, mais non, fallait que j'aille plus vite que la musique et cela en risquant ma vie. Je vois encore le conducteur de la voiture, une jeune femme qui était jeune conductrice en plus. Non mais la pauvre, elle a dû croire que c'était elle mais non, j'avais pris le soin de traverser au même moment où elle arrivait, très logique. J'avais su lui dire que c'était ma faute mais elle avait insisté pour que les pompiers m’emmènent, elle croyait que j'allais porter plainte et quand j'ai fait comprendre au flic que c'était moi l'unique responsable elle a cru que j'étais genre, un ange. J'avais ris et puis j'étais finalement parti un peu dans les vapes, arriver à l'hôpital bilan des courses, quelques bleus et un poignet cassé, la belle affaire n'est-ce pas ? Enfin, ce qui m'embêter le plus c'est que ma sœur vienne ici pour me faire sortir et cela je le redouter un peu. « La prochaine fois, fonces dans la vitrine d’une boutique, ils t’embaucheront surement ! » J'eus un sourire plutôt jaune. Ouais, c'était drôle mais bon, n'étant pas vraiment le plus responsable des frères je dois avouer que c'est une phrase plutôt piquante. « Je n’ai rien dis, c’est bon… » Je souriais finalement. Savoir que je n'aurais pas le droit à une gueulante me soulagea totalement. Je n’avais pas envie de me prendre la tête, encore moins avec elle, déjà que nos relations sont pas terrible. « Ça va ? » Elle pointa son regard sur mon poignet. Oh ça ? C'est rien. Je venais grimaçais doucement et elle ajouta cependant. « Ils ne m’ont pas dits ce que tu avais… » Je soupirais en haussant les épaules. Quelques bleus, des douleurs musculaires pour quelques jours et juste un poignet cassé mais ça va, je m'en tire bien. J'eus un rire en coin, ouais pour le coup on peut le dire. Je venais la regardais à nouveau et ajouter à son égard. Merci d'être venu en tous cas ... Je la regardais plutôt gentiment voir même tendrement, j'aimerais que nos relations soit meilleurs mais c'est ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Lorena-Rosa S. Sanchez
avatar
POT DE COLLE
◗ je connais la résidence
Aides le forum, votes POT DE COLLE◗ je connais la résidence

LES INFOS

So stand in the rain, Stand your ground
Stand up when it's all crashing down
You stand through the pain
You won't drown
And one day, whats lost can be found


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 10.01.1986
✔ METIER : Flic à la criminelle
✔ CUPIDON : Célibataire et pour elle... l'amour signifie catastrophe. Cela n'en a été que depuis sa naissance.
✔ HUMEUR : Lunatique
✔ SURNOMS : Loren, Rosy, Rose, Rosa, Lore, Lorena... un peu de tous mais Loren suffit. KITTY PATTES DE VELOURS... MIAOUUUUUUUUUUUUUU
✔ CHOSES A FAIRE : Manger un donuts
✔ CITATION : En fait tous les hommes sont des bêtes avant de trouver la femme parfaite au fond. Croquant alors à pleine dent la vie de célibataire en grognant de femmes en femmes… en dévorant certaines du regard pour en faire le diner dans une soupe chaude au lit pour ensuite les laisser rentrant et ne plus les revoir. Les hommes sont des bêtes et ensuite… ils rencontrent la belle… ils deviennent plus sérieux en ne grognant que sur une seule femme et ayant alors une soupe chaude dans leur lit toutes les nuits.

© CRÉDITS : Strawberry Insane
★ AVATAR : Sophia Bush
✔ PSEUDO : Strawberry Insane
€ EUROS : 9597
✔ MESSAGES : 1511
✔ AUTRES COMPTES : Pearl, Esmeralda et Ella
✔ ANNIVERSAIRE : 10/01/1989
✔ AGE : 29
✔ INSCRIPTION : 19/11/2011
✔ PAYS : Belgique
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: → un maladroit à l'hôpital, haha. (lorena)   Lun 9 Sep - 15:14


⊱ STEREO HEARTS !

Il fallait avouer que la famille n’avait jamais été une chose simple pour moi. Pas du tout même. Mes relations n’étaient pas toutes vraiment au beau fixe. Famille n’était pas un mot qui participait clairement vraiment à mon langage. Ma mère n’avait jamais été tendre. Pas du tout même. Là, je ne savais pas réellement ce qu’il pensait de moi par moment. J’avais peur de devenir la méchante de l’histoire qui ne montrait aussi chieuse que maman. Je ne voulais pas ressembler à cette femme dont l’image comptait plus que tout et heureusement. De toute manière, j’étais moi-même et je m’inquiétais juste pour son avenir. Chose normale pour une femme qui passe son temps à materner les autres. Et bah merde, on n’est pas sorti de l’auberge avec une Lorena Sanchez dans le coin. C’est le cas de le dire. Oui. Je venais donc de plaisanter mais je remarquais bien que la plaisanterie n’était pas vraiment bien reçue. Je ne savais que dire de plus en le regardant et me rattrapant. Loin e moi l’idée de l’engueuler alors qu’il était dans cet état. Je levais doucement le regard lorsqu’il souriait. Bon fallait pas qu’il en rajoute non plus. Là, je lui demandais comment il allait, un peu curieuse de son état mais aussi inquiète même si au profond, je tentais réellement de ne pas le montrer par ce que je ne voulais pas qu’il pense : c’est bon, les urgences et elle n’est pas fâchée. Oh non. Cela ne marchait pas du tout comme ça avec moi. Ce n’est rien ? J’hallucinais un peu en le regardant alors attentivement. C’était une blague ? Ce n’était rien ? Mais il avait fumé ? J’attendais de savoir ce qu’il avait réellement cependant en arquant un sourcil aussitôt qu’il commençait son résumé. Il fallait avouer qu’il était bien moins blessé que moi après le braquage et le retournant d’un bus… il y a deux mois qui m’avait couté une petite opération à la jambe. Je me remettais à peine sur pieds mais quand même c’était important. Je riais nerveusement. « Oh t’as raisons… ce n’est rien… rééducation et handicapé d’un bras. Oui, ce n’est rien, Rafael. », disais-je un peu ironiquement en le regardant presque dans les yeux. « Tu peux rentrer ou t’as encore des gens à attendre ? », rajoutais-je alors un peu intéressée à savoir si je pouvais le ramener, le nourrir aussi pourquoi pas. Il serait utile de le nourrir car j’étais presque persuadée qu’il ne pourrait pas se cuire un œuf dans cet état. « Tu vas venir chez moi en attendant le retour de Larissa et tu n’as pas le choix ! », lâchais-je en haussant les épaules et le regardant attentivement. « Et n’apprend pas à ma fille à se prendre une voiture si tu la croises, j’ai assez avec un passage aux urgences ! », soufflais-je en souriant et approchant pour déposer un baiser sur son front. Un petit geste tout tendre de frère et sœur que j’avais instaurée depuis que nous étions tout petits, c’était mon moyen de lui montrer mon affection.




⊱ TU TROUVERAS

Comme tout le monde j'ai mes défauts, j'ai pas toujours les mots qu'il faut mais si tu lis entre les lignes. Il y a des fautes d'impression, des "je t'aime" un peu brouillons. Mes blessures et mes faiblesses. Celles que j'avoue qu'à demi-mot. Mes faux pas, mes maladresses et de l'amour plus qu'il n'en faut. J'ai tellement peur que tu me laisses. Sache que si j'en fais toujours trop. C'est pour qu'un peu tu me restes. Le temps vous endurcit de tout.Des illusions, des mauvais coups. Si je n'ai pas su te retenir Sache qu'il y a dans mes chansons Tout ce que je n'ai pas eu le temps de dire.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.los-vecinos.net
Invité

LES INFOS
AND MORE
MessageSujet: Re: → un maladroit à l'hôpital, haha. (lorena)   Mar 10 Sep - 5:07


⊱ UN MALADROIT A L'HOPITAL

Ma soeur n'avais rien à voir avec ma mère car quand cette dernière débarquer pour venir te chercher c'était avec un regard noir et une expression du visage qui voulait clairement dire que tu allais te faire engueuler comme jamais. Elle ne voulait pas voir ces enfants comme des cancres ni même comme des imparfaits, elle voulait qui montre que l'harmonie familiale était parfait sauf que malheureusement ce n'était pas le cas. On ne s'entendait pas tous et pour ce qui est de notre père il était presque un fantôme pour nous et encore plus pour moi. Alors lorsque je vis ma soeur débarquer j'essayais de clairement lui faire comprendre que j'étais désolé mais que finalement c'était un problème de circonstance car je voulais trouver du travail. Enfin, rapidement elle calma le jeu et pour moi ces chutes sont habituels et que finalement les blessures ne sont jamais vraiment grave à mes yeux même si pour d'autre ça peut choquer.« Oh t’as raisons… ce n’est rien… rééducation et handicapé d’un bras. Oui, ce n’est rien, Rafael. » Je levais les yeux au ciel, c'est sur que vu comme ça on peut imaginer que c'est grave mais franchement ? J'ai l'air vraiment mal en point ? Non mais faut pas exagéré dans les propos non plus. « Tu peux rentrer ou t’as encore des gens à attendre ? » Je venais hochait la tête de gauche à droite afin de lui dire que non. Si tu veux parler d'amis non j'ai personne à attendre. Ouais car niveau amis on peut pas dire que je sois le mieux placé dans ce domaine, j'ai beau avoir un côté relationnel assez bon je ne suis pas le plus doué pour réussir à garder des contacts. « Tu vas venir chez moi en attendant le retour de Larissa et tu n’as pas le choix ! » Je me levais du lit d'hôpital et je souriais doucement en ajoutant simplement. Bah si j'ai pas le choix ! En même temps je me dis que je vais pouvoir profiter de ma nièce, c'est pas comme si elle me manquait, enfin un peu quand même elle est trop mignonne cette gamine. « Et n’apprend pas à ma fille à se prendre une voiture si tu la croises, j’ai assez avec un passage aux urgences ! » Je venais rire en levant les yeux au ciel. Merci la confiance ! Je soupirais, ouais si même ma frangine pense que je suis capable d'apprendre ce genre de maladresse à ma nièce, je m'en sors pas. Nous quittions enfin l'hôpital et je venais inspirer un bon bol d'air frais.
Revenir en haut Aller en bas
Lorena-Rosa S. Sanchez
avatar
POT DE COLLE
◗ je connais la résidence
Aides le forum, votes POT DE COLLE◗ je connais la résidence

LES INFOS

So stand in the rain, Stand your ground
Stand up when it's all crashing down
You stand through the pain
You won't drown
And one day, whats lost can be found


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 10.01.1986
✔ METIER : Flic à la criminelle
✔ CUPIDON : Célibataire et pour elle... l'amour signifie catastrophe. Cela n'en a été que depuis sa naissance.
✔ HUMEUR : Lunatique
✔ SURNOMS : Loren, Rosy, Rose, Rosa, Lore, Lorena... un peu de tous mais Loren suffit. KITTY PATTES DE VELOURS... MIAOUUUUUUUUUUUUUU
✔ CHOSES A FAIRE : Manger un donuts
✔ CITATION : En fait tous les hommes sont des bêtes avant de trouver la femme parfaite au fond. Croquant alors à pleine dent la vie de célibataire en grognant de femmes en femmes… en dévorant certaines du regard pour en faire le diner dans une soupe chaude au lit pour ensuite les laisser rentrant et ne plus les revoir. Les hommes sont des bêtes et ensuite… ils rencontrent la belle… ils deviennent plus sérieux en ne grognant que sur une seule femme et ayant alors une soupe chaude dans leur lit toutes les nuits.

© CRÉDITS : Strawberry Insane
★ AVATAR : Sophia Bush
✔ PSEUDO : Strawberry Insane
€ EUROS : 9597
✔ MESSAGES : 1511
✔ AUTRES COMPTES : Pearl, Esmeralda et Ella
✔ ANNIVERSAIRE : 10/01/1989
✔ AGE : 29
✔ INSCRIPTION : 19/11/2011
✔ PAYS : Belgique
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: → un maladroit à l'hôpital, haha. (lorena)   Mar 10 Sep - 12:23

Lorena ♥ Rafaël
un maladroit à l'hôpital
Maman poule, moi ? Mais non, pas du tout. Vous vous trompez. C’est comme me dire que j’ai un hamac dans mon jardin alors que je n’ai même pas de jardin. Non, j’ai un hamac à mon balcon. C’est totalement mais totalement différent. Sisi. Je vous le dis. Quand je lui demandais s’il devait encore attendre quelqu’un, je ne pus m’empêcher de rire à sa réponse. « Idiot ! », soufflais-je. Un mot tellement affectueux entre nous, ce n’était pas une insulte car c’était tellement souvent que c’était comme « mince », une habitude ou comme « banane » et oui. « Quelqu’un de l’hôpital comme avec une blouse et des résultats ! », rajoutais-je aussitôt en levant les yeux. Je me demandais s’il lui avait contrôlé les méninges pendant les examens car mon petit frère semblait perdre la tête. Je reculais pour le laisser se lever, je me disais qu’il pouvait marcher comme un grand même sur le coup, j’avais eu le réflexe d’approcher au cas où. Stupide, stupide. Je souriais doucement en l’entendant dire qu’il n’avait pas le choix. Surprise de la déception que je ne sentis pas du tout dans ce qu’il me disait. Cela faisait du bien en quelques sortes alors que je riais nerveusement en haussant les épaules. « Je préfère qu’elle s’assume avec un tutu surtout ! », soufflais-je en allant vers la sortie de l’hôpital et alors riant en le voyant respirer. « Tu sors souvent ça se voit ! », disais-je pas du tout avec des sous-entendus. Non, non pas du tout mais bon. je regardais alors à gauche et à droite, voyant alors un taxi libre donc comme je n’avais pas prise la voiture, j’allais avoir vers le taxi pour lui ouvrir la porte en souriant. « Je vous en prie, jeune homme ! », que de galanterie de la part d’une grande sœur, bah voyons. J’attendais qu’il ne grimpe pour faire de même en me glissant à côté de lui et donnant alors l’adresse de la résidence au chauffeur. Un type qui semblait à premier vu avoir abusé des joints. Il avait le regard effrayant et la coiffure en forme de chou-fleur. Un vrai Jackson five en live. Je riais un peu nerveusement en me penchant à l’oreille de Rafael. « Il ne te rappelle pas quelqu’un ? », demandais-je alors en me rappelant de la coiffure que maman avait fait quand il avait 9 ans et qui était bien sûr ratée. Elle m’avait punie pour m’être moquée d’elle. C’était vieux mais pourtant je m’en souvenais comme si c’était hier car c’était peu de temps avant que je ne tombe enceinte de Marissa. Je souriais doucement en regardant alors le paysage déambuler devant nous. Je n’aimais pas beaucoup prendre le taxi ou les transports en commun depuis l’accident d’il y a deux mois ou des braqueurs avaient trouvés drôles de nous prendre en otage et faire dériver le bus. J’avais terminée inconsciente aux urgences. Ce souvenir me paniquait un brin alors que je voyais le paysage défilé. J’en avais la main tremblante. Je ne m’en rendais même pas compte. Cette terreur n’était pas du tout une chose que je contrôlais. C’était dans ma tête et mon corps mais je ne voulais pas réaliser que cela m’avait réellement affectée.




⊱ TU TROUVERAS

Comme tout le monde j'ai mes défauts, j'ai pas toujours les mots qu'il faut mais si tu lis entre les lignes. Il y a des fautes d'impression, des "je t'aime" un peu brouillons. Mes blessures et mes faiblesses. Celles que j'avoue qu'à demi-mot. Mes faux pas, mes maladresses et de l'amour plus qu'il n'en faut. J'ai tellement peur que tu me laisses. Sache que si j'en fais toujours trop. C'est pour qu'un peu tu me restes. Le temps vous endurcit de tout.Des illusions, des mauvais coups. Si je n'ai pas su te retenir Sache qu'il y a dans mes chansons Tout ce que je n'ai pas eu le temps de dire.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.los-vecinos.net
Invité

LES INFOS
AND MORE
MessageSujet: Re: → un maladroit à l'hôpital, haha. (lorena)   Mar 10 Sep - 20:47


⊱ UN MALADROIT A L'HOPITAL

« Idiot ! » Je prenais ça comme un compliment de la part de ma soeur, un petit rire sorti de ma bouche car finalement elle avait beau le dire mais c'était vrai, j'avais même pas d'amis à prévenir en cas de besoin et même ma meilleure amie ne viendrait pas si je lui aurais demandé. Elle m'en veut, je peux le comprendre vu que la dernière fois elle m'a avoué ses sentiments et que j'ai plutôt répondu à côté, sans vraiment prendre les choses au sérieux, je croyais qu'elle rigolait et j'ai agis tel un vrai idiot. « Quelqu’un de l’hôpital comme avec une blouse et des résultats ! » Tu parles d'amis toi. Certes depuis le temps j'ai des connaissances dans le milieu médical, car j'ai pas vraiment loupé une occasion pour pas me retrouver aux urgences pour toute les conneries possible et inimaginable. Je crois être le seul de la famille aussi maladroit et aussi incapable de rester une journée loin des hôpitaux. De toute façon, le jour ou je devrais partir en vacances, je prendrais une location près d'un hôpital. On sait jamais. Je venais me levais doucement du lit, mais ma soeur telle une mère poule venait ce mettre à mes côtés au cas ou et j'eus un sourire en coin, c'était tellement mignon. Mais lorsqu'elle venait me demander de ne pas apprendre mes maladresse à ma nièce je venais la remercier de cet élan de confiance. « Je préfère qu’elle s’assume avec un tutu surtout ! » Je soupirais ajoutant alors. C'est tellement cliché le truc des tutu, dis moi au moins qu'elle fera pas de danse classique ! Y'a tellement d'autre sport pour les filles que ça. Ouais c'est vrai, dans ma tête la danse classique c'est pour les filles de bonnes familles, les coincés du cul et ma nièce est loin d'être ainsi, c'est une Sanchez quoi, elle doit ce bouger autrement que par les petites points de rat d'opéra. Enfin, après, ce n'est pas ma fille mais c'est certains que si elle me demande de l'aide pour la sortir de ça alors je l'aiderais. « Tu sors souvent ça se voit ! » Je la regardais en lui tirant la langue. C'est bon je respirais juste le grand air car l'air des hôpitaux et remplit de microbes. Non pas que j'étais du genre hypocondriaque mais disons que j'aimais pas rester plus longtemps que quelques heures dans ce genre d'endroit. « Je vous en prie, jeune homme ! » Je levais les yeux au ciel. Tu sais que je pourrais en prendre une habitude ? Je lui lançais un clin d'oeil complice, j'apprécie les efforts qu'elle fait et je dois bien avouer que ça me manque des petits moments de complicités même si nous n'en avons presque jamais eu c'est regrettable. Je m'installais dans le taxi et je scrutais rapidement le chauffeur et laissais ma soeur donner son adresse mais lorsque je vis le visage du type je venais faire un petit sursaut. Oh dieu c'est quoi ce visage de bob marley ? On aurait dit un drogué, j'espérais qu'on arrive à destination, moi et ma chance légendaire. « Il ne te rappelle pas quelqu’un ? » Je regardais ma soeur, essayant de me souvenir et c'est là que je me mis à rire. Si, maman ! Sans déconner je revoyais ma mère quand j'avais 9 ans avec sa choucroute sur la tête. Sans rire, c'était tellement hilarant, ma soeur c'était faite punir mais c'est des bons souvenirs.
Revenir en haut Aller en bas
Lorena-Rosa S. Sanchez
avatar
POT DE COLLE
◗ je connais la résidence
Aides le forum, votes POT DE COLLE◗ je connais la résidence

LES INFOS

So stand in the rain, Stand your ground
Stand up when it's all crashing down
You stand through the pain
You won't drown
And one day, whats lost can be found


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 10.01.1986
✔ METIER : Flic à la criminelle
✔ CUPIDON : Célibataire et pour elle... l'amour signifie catastrophe. Cela n'en a été que depuis sa naissance.
✔ HUMEUR : Lunatique
✔ SURNOMS : Loren, Rosy, Rose, Rosa, Lore, Lorena... un peu de tous mais Loren suffit. KITTY PATTES DE VELOURS... MIAOUUUUUUUUUUUUUU
✔ CHOSES A FAIRE : Manger un donuts
✔ CITATION : En fait tous les hommes sont des bêtes avant de trouver la femme parfaite au fond. Croquant alors à pleine dent la vie de célibataire en grognant de femmes en femmes… en dévorant certaines du regard pour en faire le diner dans une soupe chaude au lit pour ensuite les laisser rentrant et ne plus les revoir. Les hommes sont des bêtes et ensuite… ils rencontrent la belle… ils deviennent plus sérieux en ne grognant que sur une seule femme et ayant alors une soupe chaude dans leur lit toutes les nuits.

© CRÉDITS : Strawberry Insane
★ AVATAR : Sophia Bush
✔ PSEUDO : Strawberry Insane
€ EUROS : 9597
✔ MESSAGES : 1511
✔ AUTRES COMPTES : Pearl, Esmeralda et Ella
✔ ANNIVERSAIRE : 10/01/1989
✔ AGE : 29
✔ INSCRIPTION : 19/11/2011
✔ PAYS : Belgique
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: → un maladroit à l'hôpital, haha. (lorena)   Mer 25 Sep - 4:24

Lorena ♥ Rafaël
un maladroit à l'hôpital
Je ne pouvais pas m’empêcher de rire en regardant la coiffure du jeune taximan. Il était juste hilarant. Non mais sérieusement, vous avez vus la tête ? Rien qu’en entendant qu’il savait de qui je parlais, je riais aussitôt en secouant doucement la tête. Oh oui, cette harpie, c’était elle qui avait eu cette coupe de cheveux. Je levais les yeux en le regardant. « Exact ! », soufflais-je simplement en le regardant alors que le taxi avançais vers les résidences. Nous n’étions pas réellement loin. Je ne savais pas réellement comment me comporter avec lui, être ainsi, calme et zen n’était pas une chose que nous avions faites depuis un très long moment. A qui la faute ? L’on s’en fout en quelques sortes en ce moment sous le rire de ce souvenir mais cela me revenait rapidement à l’esprit. Il glandait matin, midi et soir parfois même la nuit. Bien sûr, je ne voulais pas gâcher le moment. Le taxi se garait sur le bord de la route enfin près du trottoir. Mon côté cependant, je sortais alors du taxi en posant mon regard vers l’entrée pour rejoindre le centre des appartements, la piscine et tout et tout. J’inspirais en l’aidant alors à sortir. « Allez le pantin… hop ! », soufflais-je alors en souriant tandis que je lui tendais ma main en inspirant. « On sort de là ! », lâchais-je en souriant. Il devait avoisiner les 10 heures du matin, j’avais faim bien qu’il ne soit pas vraiment l’heure. Je sortais alors les clés de la poche de mon sac en inspirant alors que j’allais vers l’entrée, attendant qu’il ne me suive bien entendu même s’il était d’un rythme normal, j’avais tendance à toujours marcher vite, trop vite. J’avais parfois l’impression de courir ! Un peu comme dans ce film, Time Out ou les pauvres de temps doivent courir partout comme des imbéciles. Je me sentais bêtement ainsi. Une fois près de la piscine, je prenais les escaliers du Mariposa. Je me retournais en même temps pour le regarder attentivement en inspirant. « Alors, c’est quoi cette idée de job ? », demandais-je alors à mon jeune frère en me demandant ce qu’il pouvait bien avoir dans la tête. « Azura en pense quoi ou Larisa ? », rajoutais-je en laissant n beau sourire s’afficher sur mon visage mais il fallait avouer que mes questions n’étaient pas innocente et révélaient bien d’autres interrogations. Je en savais pas du tout ce qu’il se passait dans la tête du jeune homme par moment même si je peux comprendre. J’hésite parfois à me dire… faites pour le journalisme. Disons que ma rubrique m’éclate réellement mais je voulais avoir l’occasion de faire de vrais articles et là ? Ce n’était pas vraiment le cas. Je ne voulais cependant pas paraître bateau et lui raconter des choses sans but pour ne pas avoir à passer à la conversation qui m’intéressait réellement. Comment envisageait-il l’avenir ? « J’avais vue un job de castagnette enfin danseur avec des castagnettes. Intéressé ? », demandais-je alors que j’arrivais devant la porte et que j’ouvrais celle-ci avec mes clés. Je l’ouvris totalement en entrant et l’invitant d’un geste à faire de même. « Installes-toi ! », soufflais-je doucement en allant vers la table de la cuisine pour prendre une orange et l’éplucher. « T’en veux une ? », je ne réalisais même pas qu’éplucher pourrait craindre pour lui.
[/quote]




⊱ TU TROUVERAS

Comme tout le monde j'ai mes défauts, j'ai pas toujours les mots qu'il faut mais si tu lis entre les lignes. Il y a des fautes d'impression, des "je t'aime" un peu brouillons. Mes blessures et mes faiblesses. Celles que j'avoue qu'à demi-mot. Mes faux pas, mes maladresses et de l'amour plus qu'il n'en faut. J'ai tellement peur que tu me laisses. Sache que si j'en fais toujours trop. C'est pour qu'un peu tu me restes. Le temps vous endurcit de tout.Des illusions, des mauvais coups. Si je n'ai pas su te retenir Sache qu'il y a dans mes chansons Tout ce que je n'ai pas eu le temps de dire.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.los-vecinos.net
Invité

LES INFOS
AND MORE
MessageSujet: Re: → un maladroit à l'hôpital, haha. (lorena)   Mar 1 Oct - 21:48


⊱ UN MALADROIT A L'HOPITAL

« Exact ! » Cette coupe de cheveux, bizarrement en l'espace de quelques instants je retombais en enfance, face à ma mère et le rire communicatif de mes soeurs et moi face à cette coupe totalement raté. Le voyage dans le taxi ce faisait vraiment doucement et dans le silence quand même, nous n'avions pas loin mais c'était toujours mieux d'y aller en voiture et de ne pas risquer une autre chute comme celle que j'ai eu ce matin, je suis vraiment dans de beaux draps. Moi qui voulait trouvait un job pour essayer de reconquérir ma meilleure amie, la belle affaire. Le taxi s'arrêta alors et je venais laissais ma soeur sortir pour finalement ouvrir la porte et la voir me tendre la main. « Allez le pantin… hop ! » Je venais lui faire une grimace en attrapant sa main et sortant finalement de la voiture. « On sort de là ! » Je venais fermer la porte du taxi, remerciant celui-ci avant de suivre ma soeur vers l'immeuble et son appartement. Il n'était que 10 heures, d'habitude je me levais tout juste mais là j'avais pris une bonne initiative, manque de bol tout à bien foiré. Alors que nous grimpions les escaliers ma soeur se tourna vers moi afin de me poser la fameuse question qui devait lui trotter dans la tête. « Alors, c’est quoi cette idée de job ? » Je venais haussais les épaules en soupirant, qu'est-ce que je pouvais lui répondre ? « Azura en pense quoi ou Larisa ? » Outch, la question qui tue tout. Je venais grimaçais doucement venant finalement me tourner vers elle avant d'ajouter. « Disons que, qu'Azura m'a avouer être ... » Je grimaçais. « Elle est amoureuse de moi et puis moi je suis juste le gros naze de service alors bah... Bah j'avais l'espoir de trouver un job et montrer que je suis capable d'être un mec bien mais bon... »Je venais parler avec une telle nonchalance que je n'y croyais même pas moi-même. C'est dingue cette histoire au final, je crois même pas en moi et j'essaie de faire plaisir à une femme, dingue. Nous arrivions finalement devant la porte de l'appartement de ma soeur. J'étais soulagé d'être enfin arrivé. « J’avais vu un job de castagnette enfin danseur avec des castagnettes. Intéressé ? » Je la regardais, elle est sérieuse ou bien ? Je soupirais. « Non ça ira, je suis déjà pas doué pour faire du vélo alors ça ira. » Je soupirais, j'étais déçu et cela me peser énormément. Je venais entrer dans l'appartement. « Installes-toi ! » Je m'exécuter avant de la voir avec une orange. « T’en veux une ? » Je montrais mon bras. « Euh, ça va aller merci. » Je souriais doucement, j'étais plutôt content d'être ici avec elle bien que je me trouvais de trop. Soupirant, je venais me lever histoire de faire le tour du salon et de voir un peu les photos qui se trouvait dans la pièce, rapidement je venais sentir mon nez me grattez et je venais atchoumer bruyamment que je venais rire doucement tel un gamin avant d'ajouter. « Papuche » Oui, ça veut rien dire je sais mais j'étais content. Je riais tellement fort que je venais me rendre compte de ma débilité. Me tournant alors vers ma soeur, reprenant mon calme je venais ajouter. « Dis, j'ai une idée de fou, ça te dit qu'on refasse le jeu de lorsqu'on était gamin ? Tu sais celui ou on sauter en comptant ? » Ouais, j'ai besoin de rire un peu, ça me fait du bien et me permet d'oublier quelques secondes ma maladresse du matin.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

LES INFOS
AND MORE
MessageSujet: Re: → un maladroit à l'hôpital, haha. (lorena)   

Revenir en haut Aller en bas
 

→ un maladroit à l'hôpital, haha. (lorena)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hôpital de l'Universite d'Etat d'Haiti : état des lieux
» Un premier Scanner à l'hôpital Bernard Mevs
» Hôpital de Caen
» Poème : " NICOLAS, LE MALADROIT "
» Bureau du médecin de l'aile civile de l'hôpital d'Artois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LOS VECINOS  :: On va jouer Là ou l'on peut se reposer :: Corbeille pour les rp's non achevés-