AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 
ICI, NOUS SOMMES POUR LA RELAXATION...
10 LIGNES EXIGÉES SEULEMENT ET OUI, C'EST CADEAU !
UN PETIT VOTE POUR NOUS ?
par ici obsession 27
I LOVE YOU ON VOUS AIME Very Happy
C’ÉTAIT LE BISOUNOURS TIMES
NOUS SOMMES EN ESPAGNE ET EUROPÉENS.
TENEZ EN COMPTE POUR VOS ORIGINES, MOINS D’AMÉRICAIN !

Partagez | .
 

 no pain, no gain » ft. rafael sanchez&manuel casales

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

LES INFOS
AND MORE
MessageSujet: no pain, no gain » ft. rafael sanchez&manuel casales   Mar 10 Sep - 10:12






no pain, no gain
the pain you feel today is the strength you’ll feel tomorrow


Des gens qui donnent tout ce qu’ils ont pour être un peu plus en forme ou tout simplement paraître mieux. Des vieux, des jeunes, des gars et des filles. Pas forcément jolies, faut bien se l’admettre. Certaines viennent juste de commencer à se prendre en main, et parfois on ne les revoit plus jamais après leur première session. Celles-là font partie des paresseuses qui doivent probablement se dire qu’elles n’aiment pas l’entraînement physique parce qu’elles transpirent et ont chaud, et qu’après elles ont mal partout. Ces filles-là, j’ai jamais pu les supporter. Il y a des mecs qui sont pareils. Des mauviettes qui n’ont aucune volonté, qui auraient besoin d’un bon coup de pied au cul si c’était seulement de moi. Il y en a aussi qui sont un peu trop à fond dans la musculation. Des gars comme des filles. Mais surtout des filles. Les gars, je m’en moque, peut-être qu’ils veulent faire des concours de Monsieur Univers après tout. Mais les filles, c’est bizarre. Lorsque certaines ont la même taille de biceps que toi, c’est pas normal. Les femmes qui sont trop à fond dans la musculation, ça me fait plutôt peur à moi. J’ai toujours l’impression que ce sont des féministes qui se préparent à tabasser les hommes. Pourtant, j’adore cette ambiance, aussi éclectique soit-elle. Ça m’encourage encore plus à venir.
Puis il y a ceux qui sont normaux, si on peut dire ça. Les gens qui s’entraînent parce qu’ils veulent être en forme, bouger, parce qu’ils aiment ça. Ces gens-là, c’est ceux qui veulent généralement bien paraître, ou qui paraissent déjà bien et qui veulent maintenir ça. Ils viennent sur un rythme régulier, se connaissent un peu, ont presque leur place assignée dans le gym. Je fais partie de cette catégorie. Les sportifs qui aiment se dépasser mais qui ne veulent pas avoir l’air d’un tas de muscles sur deux jambes, au point où c’en serait laid. D’ailleurs, ce serait du gaspillage, non? Et puis là, je parle, je parle, mais je ne semble pas faire grand-chose. Pourtant, si vous regardez au fond du gym, près du mur jaune pâle, je suis difficile à rater. Le grand blond baraqué qui soulève des haltères, bien concentré dans ce qu’il fait. Certains sont à fond dans l’art, d’autres dans leurs trucs informatiques, moi, ma passion, c’est d’être en santé et de ne pas avoir l’air d’un petit con chétif. Ça fait un bail que je viens ici. Je m’entraîne depuis longtemps, c’est pas le premier gym où je me suis inscrit. Et je ne fais pas que ça, parce que le secret, c’est de faire du sport, aussi. S’il y a seulement l’entraînement, ça sert à rien.

Je dépose mes haltères et me relève pour ensuite prendre ma bouteille d’eau que je vide d’un trait. Le contraste de la chaleur et de l’eau froide me fait légèrement grimacer, puis je cherche des yeux l’abreuvoir pour remplir ladite bouteille, parce que je ne pense pas avoir fini de sitôt, même si je suis dans le gym depuis un moment déjà. Je prends une nouvelle gorgée d’eau et j’entends un raclement de gorge, comme si quelqu’un tentait de m’aborder avec subtilité, même si cette technique n’est pas vraiment subtile, en fait. Le raclement est joint de tentatives de reprendre son souffle, comme si la personne derrière moi semblait crever. Je me retourne et cherche des yeux la personne et question et mon regard croise celui de la rouquine sur un des vélos stationnaires. Ça fait quelques fois qu’elle vient, probablement qu’elle veut se reprendre en main, ou quelque chose du genre. En tout cas, lorsqu’on la regarde, on voit bien que ce n’est pas une grande sportive. Son derrière ressemble plus à un tas de graisse sur le siège du vélo, et je plains celui-ci, même si ce n’est qu’un appareil d’exercices. Le visage rouge, essoufflée, elle me fixe d’un air béat, elle n’a probablement même pas la force de sourire, tout son effort est mis dans le fait de rester en vie et de ne pas mourir à bout de souffle. Je souris, mal à l’aise, et me dirige vers les tapis pour faire quelques autres redressements pour quitter le gym sur une bonne note et surtout pour m’enlever l’image désagréable de la grosse rousse de la tête. Seulement, quelque chose – ou plutôt quelqu’un – attire mon attention. Je ne crois pas avoir déjà vu ce gars-là au gym, et il semble plutôt perdu, en fait. Pas démotivé, enfin, peut-être un peu, mais il a l’air de ne pas se sentir à sa place. Et moi, je sais pas pourquoi, mais j’ai envie de l’aider un peu à se familiariser avec l’endroit. Après tout, on a tous besoin d’un coup de main de temps en temps, non? Je m’approche de lui, d’un pas confiant, mon pas habituel en quelque sorte, et c’est le silence total pendant quelques secondes. Dernière chance pour laisser tomber. Et puis merde. Pourquoi pas lui donner un coup de main. D’ailleurs, à ce que je vois, il fait partie des petits cons chétifs dont je parlais tout à l’heure. Peut-être qu’il est pas con, puisqu’il décide de se prendre en main. On verra bien en tout cas. « T’as l’air perdu, tu sais pas par quoi commencer, ou t’es venu mater les filles en pantalons moulants? » Je me trouve plutôt drôle, même si ce que je viens de dire est plutôt con, mais je m’en fous et je continue sur la même lancée. « Parce que tu sais, ça coûte plutôt cher, t’abonner à un gym seulement pour regarder les filles. » Je l’observe un instant, et il a plutôt l’air des jeunes qui s’inscrivent un ou deux cours et qui partent illico parce que c’est trop pénible. Mais on sait jamais, il est peut-être seulement un peu intimidé par l’endroit, aussi. Ça arrive souvent, ça aussi.


made by pandora.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

LES INFOS
AND MORE
MessageSujet: Re: no pain, no gain » ft. rafael sanchez&manuel casales   Mar 10 Sep - 22:27






no pain, no gain
the pain you feel today is the strength you’ll feel tomorrow


Depuis mon petit séjour à l’hôpital pour mon accident avec la fameuse voiture j’avais du garder le plâtre quelques semaines pour ensuite faire un peu de rééducation. J’en avais marre d’être maladroit, je voulais essayer de contrôler cela mais ce n’est pas simple. J’avais passé quelques temps chez ma sœur, profitant de ma nièce par la même occasion, j’avoue que ce petit séjour m’avait fait du bien. J’hésite à reprendre l’ordinateur, du moins, je l’ai ouvert mais je me mets des alarmes pour pas y rester trop longtemps, les premières nuits fut difficile et je venais comprendre qu’il me fallait quelque chose pour réussir à passer cette addiction. Je dois réussir à prouver que je suis capable de m’en passer, j’essaie de satisfaire ma patronne en travaillant un mois sans être payer, certes j’ai les boules mais si c’est une façon de prouver que je suis capable et que je ne veux pas juste ce job pour faire style que j’en ai un. Non, j’en ai réellement besoin et savoir que personnes ne croit en moi commence à me foutre le moral à zéro. J’espère un peu d’aide de la part de ma famille mais ma sœur n’étant toujours pas rentrée je me retrouve seul et c’est dur. Je scrutais mon bol de céréales, regardant le dessin animé bidon qui passait à la télévision, j’ai l’impression de n’avoir gout à rien, je me reconnais plus et je n’ai même pas la visite ni le coup de téléphone de ma meilleure amie, elle me manque, terriblement. Je n’avais pas vraiment faim, c’est la première fois que ça m’arrive car louper un repas pour moi, jamais. Je suis un gourmand, quelqu’un qui fait attention à sa santé et me levant du canapé je venais éteindre la télé, mettant le bol dans l’évier et me dirigeant vers la salle de bain, prenant une douche, me brossant les dents je venais m’habiller dans mon jogging tout neuf. Je ne l’utilise jamais car je fais rarement voir jamais de sport. Quittant l’appartement en oubliant pas mon portable et mon mp3 au cas où j’en ai besoin. Arrivant à la salle de sport je regardais les gens déjà présent, tous motivés et puis bien évidemment très agile dans leur façon de faire je ne me sentais pas à ma place. Je restais là quelques instants, attendant surement la pluie puis un homme venait vers moi. « T’as l’air perdu, tu ne sais pas par quoi commencer, ou t’es venu mater les filles en pantalons moulants? » Je venais poser mon regard sur lui en souriant bêtement. Bravo Rafael, t’as l’air vraiment con. « Euh… » Je ne savais pas trop quoi lui dire, si je venais lui avouer que je voulais faire du sport vu comment je suis foutu il risque de bien rire car mine de rien vu son physique c’est genre le pro du sport. « Parce que tu sais, ça coûte plutôt cher, t’abonner à un gym seulement pour regarder les filles. » Je venais finalement rire un coup, ça me fit du bien. Je soupirais, haussant les épaules et venant ajouter. « Disons que, enfin j’aimerais me lancer mais je sais pas comment faire. » Je venais grimaçais doucement. J’étais franchement pas doué pour ce genre de choses, j’étais dans le flou totale niveau sport et j’espérais bien qu’il puisse m’aider, car il a l’air plutôt calé et j’ai bien envie de me remettre en forme car même si je fais attention à ma santé toute les gourmandises interdites sont pour moi. « En fait, j’aimerais me remettre en forme et surtout essayer de combattre ma maladresse. » Je ne sais pas pourquoi je lui dis ça à lui, peut être car il me met à l’aise dans sa façon d’être. « Vous êtes prof de sport ? Parce que si vous voulez bien m’aider, je dis pas non » Je lui fis un sourire adorable, après tout autant essayer un peu de charme. C’est un moyen pour moi aussi d’essayer d’obtenir de l’aide afin de pouvoir évoluer un peu, j’espérais prendre un peu plus en caractère et m’imposait aussi car je n’ai jamais eu le modèle d’un père et j’ai besoin d’être aidé.

made by pandora.

Revenir en haut Aller en bas
 

no pain, no gain » ft. rafael sanchez&manuel casales

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» No Pain, No Gain II : Psychological Pain
» [Solo] No Pain, No Gain
» No pain no gain [Terminé]
» une recette bonne et pas chere...le pain de viande
» Brain Drain to Brain Gain (Emeagwali)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LOS VECINOS  :: On va jouer Là ou l'on peut se reposer :: Corbeille pour les rp's non achevés-