AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 
ICI, NOUS SOMMES POUR LA RELAXATION...
10 LIGNES EXIGÉES SEULEMENT ET OUI, C'EST CADEAU !
UN PETIT VOTE POUR NOUS ?
par ici obsession 27
I LOVE YOU ON VOUS AIME Very Happy
C’ÉTAIT LE BISOUNOURS TIMES
NOUS SOMMES EN ESPAGNE ET EUROPÉENS.
TENEZ EN COMPTE POUR VOS ORIGINES, MOINS D’AMÉRICAIN !

Partagez | .
 

 Les histoires d'amour romanesques ce n'est que de la fiction... ( With Eli )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Juan D. Pepperoni
avatar
DISCRET
◗ je connais mon appart
Aides le forum, votes DISCRET◗ je connais mon appart

LES INFOS
MAMAMIA


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 24 janvier 1986
✔ METIER : En recherche !
✔ HUMEUR : Fêtard !!!
✔ SURNOMS : Monsieur Pizza, Juan Pizza, Ju' d'orange Damon LaPizza, Juanito, ...
✔ CITATION : El tiempo es el nuevo tiempo.

© CRÉDITS : Cliko
★ AVATAR : Jensen Ackles
✔ PSEUDO : Cliko
€ EUROS : 11996
✔ MESSAGES : 284
✔ ANNIVERSAIRE : 11/01/1993
✔ AGE : 24
✔ INSCRIPTION : 19/03/2013
✔ PAYS : France
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Les histoires d'amour romanesques ce n'est que de la fiction... ( With Eli )   Lun 23 Sep - 10:03

Je me réveillais, un jour comme tout les autres, ouais en quelques sortes comme tout les autres... Je me réveillais d'une dure soirée, non pas d'une beuverie ou autre soirée remplie d'alcoolique ! Non mais oh, vous me prenez pour qui là ?! Cette soirée avait été dure pour une seule raison, Elizabeth. Je l'avais enfin retrouvée, après de nombreuses recherches fructueuses, et il se trouvait qu'en fait... Elle habitait deux étages en dessous mon appartement... Non mais vous le croyez vous ? Donc voilà, on se retrouvait, refaisait connaissance, on dansait un slow, on s'embrassait, tout allait parfaitement bien ! Sauf que d'un coup, tout à basculer, une poursuite, des larmes, de la colère, de la rancoeur, Pearlinator la destructeur de mecs avait encore frapper... Je me levais avec une seule pensée en tête... La réponse de Pearl, mais principalement Eli. Je m'essayais sur le bord de mon lit, fixant le sol en me remémorant cette soirée. Désastreuse ? Ouais on peut dire ça. M'enfin, je me hâtais car du boulot m'attendait, ainsi qu'une réponse... Après une séance d'habillage express, j'arrivais au Chocothé, cherchant Pearl du regard. Une fois l'avoir trouvée, je passais près d'elle pour lui montrer ma présence, mais plutôt que de sortir des mots, elle me gratifia d'un simple salut de la tête. Ok, donc cela voulait dire ce que cela voulait dire... Elle ne souhaitait pas que je revois ma belle blonde pour qui mon petit coeur battait la chamade. Un peu déçu, j'allais à mon poste afin de servir les clients pendant toute la matinée.

Après une matinée chargée, Pearl me laissa un peu de répit pour souffler un peu. Comme toujours, je m'asseyais à une table afin de lire le livre de Stephen King que je lisais en ce moment, c'était pour moi ce qui était le plus reposant. C'est vrai que pour certain, Stephen King c'est de la torture, mais aussi débile que j'étais, c'était plutôt intéressant. Sauf que je me rendis vite compte que c'était la fin du livre... Merde, il me fallait la suite ! Je finissais les dernières pages avec détresse, mais le suspens était, il me fallait la suite. Je levais le nez du livre afin de chercher du regard ma patronne. Elle n'était pas là, peut être en cuisine où autre part... Je sautais rapidement de ma chaise et partit en direction de la bibliothèque. Sûrement que là-bas, ils auraient la suite... Puis si je revenais avec des bouquins de cuisine, Pearl ne me dirait sûrement rien.

Passant le long des bâtiments, je faisait attention à chaque personnes que je croisais. Non non, je ne cherchais pas du tout la blonde de mes pensées. BON OK J'AVOUE !! VOILA CONTENT ?! Je mourrais d'envie de la voir, de lui parler, de... l'embrasser à nouveau, mais je devais respecter le choix de Pearl. Si elle ne me sentait pas capable de rendre heureuse Eli, je me devais de ne pas m'imposer et rester le plus loin possible d'elle... Bref, je ne la croisais pas tandis que j'entrais dans le pays des livres. Je saluais la bibliothécaire, avant de me faufiler silencieusement dans les rayons science-fiction...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth O. Connor
avatar
administrice
◗ une petite louve gentil
Aides le forum, votes administrice◗ une petite louve gentil

LES INFOS
YES OR NO ?


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : Le 8 mars 1990
✔ APPARTEMENT : 1b.2
✔ METIER : Assistante directeur dans une chaine TV.
✔ CUPIDON : Si j'attrape ce petit bébé, je lui fais payer tous les sales coups qu'il m'a fait !
✔ HUMEUR : Toujours souriante !
✔ SURNOMS : Elie, Eliza, Elychou...
✔ CHOSES A FAIRE : ~ Travailler.
~ Devenir riche.
~ Trouver une idée géniale pour être célèbre.
~ Tomber amoureuse.
~ Faire les courses.
~ Etre heureuse et profité de la vie.
✔ CITATION : Et tout a cou tu te rends compte que tout et fini, pour de bon. Il n'y a pas de marche arrière tu le sens. Et puis tu essayes de te rappeler a qu'elle moment tout a commencer puis tu découvre que c'est plus vieux que se que tu pense, et c'est la seulement a se moment que tu réalise que les chose n'arrive qu'une fois. et quels que soient tes efforts tu ne ressentiras plus jamais la même chose tu n'auras plus jamais la sensation d'être a trois mètre au-dessus tu ciel.

© CRÉDITS : © Crazy Bunny
★ AVATAR : Candice Accola
✔ PSEUDO : Choco
€ EUROS : 9492
✔ MESSAGES : 1409
✔ AUTRES COMPTES : Diego R. Vicente
✔ ANNIVERSAIRE : 22/02/1999
✔ AGE : 18
✔ INSCRIPTION : 19/05/2012
✔ PAYS : France
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: Les histoires d'amour romanesques ce n'est que de la fiction... ( With Eli )   Mar 24 Sep - 10:00


⊱ Histoires d'amour romanesques. Or not ?

Ma situation… C’était le genre de situation où même si on se dit : tant pis, le mal est fait, il faut avancer, ça ne marche pas vraiment. Plus facile à dire qu’à faire ? Oui, c’est totalement ça. Je voulais faire comme si ne rien n’était, comme si ce qui m’était arrivé la nuit dernière n’était jamais arrivé, mais n’y parvenais pas. Mon cerveau continuait de se repasser les différentes scènes, se demandant le pourquoi du comment du pourquoi. Il fallait que je m’arrête. Péniblement, je me redressais de mon lit. J’étais rentré au beau milieu de la nuit, quittant l’appartement de Pearl peu de temps après la fin de notre discussion pour en fait descendre simplement quelques escaliers. Rien de bien méchant, pourtant j’avais réussi à hésiter au moment de commencer à rentrer. Cette porte, juste à côté de celle de mon amie, m’avait beaucoup attirée, non pas à cause de la magnifique peinture de cette belle porte, mais à cause de ce qui pouvait bien se cacher derrière. Oui, lui, Juan, qui d’autre de toute façon ? J’avais eu envie de frapper, de lui expliquer, de l’embrasser, d’effacer cette expression de culpabilité que j’avais vue sur son visage avant qu’il ne disparaisse. Mais, bien entendu, je n’avais rien fait parce que j’étais convaincu que ce n’était pas une bonne idée même si j’en avais très envie. Bref, quand je m'étais réveillé ce matin, j'avais eu envie de sortir de chez moi, de marcher, de m’aérer l’esprit, de bouger quoi. Je n’avais pas vraiment dormi, mais j'avais envie de sortir quand même. J'avais fini par dépasser le stade de larve, pour le moment du moins. Alors j'étais presque bien habillé, j'avais l'air normal, de façon assez anormalement positive d'ailleurs. Y a des journées comme ça où l’on subit l’effet yoyo du moral, un coup, ça va où l’on fait abstraction de presque tous nos problèmes pour se concentrer sur une seule chose, et un coup, ça ne va pas où l’on croule sous tous les soucis qui nous envahissent l’esprit, on n’y peut rien. Je savais que ça ne durerait pas, je savais qu'il suffirait d'une mauvaise pensée, d'une mauvaise personne ou juste d'un mot de trop pour que je me referme et pour que me revienne l’envie de pleurer comme une madeleine. Je savais que la « bonne humeur » ne me tenait jamais longtemps, ça m'allait pas trop mal au teint pourtant. Je savais que mon cerveau ne restait jamais longtemps clair et dispo, que les démons revenaient tôt ou tard, mais je savais aussi que tant que j'étais occupé et que je gardais les yeux ouverts ils restaient tapis dans leur coin et me laissaient tranquille. Je sortis donc dehors. Il faisait beau, il y avait même un minuscule brin de vent qui venait chatouiller mes cheveux et caresser mon visage. Je me dirigeais tranquillement vers la bibliothèque, ça m’avait pris comme ça, comme une envie d’aller au toilette, mais après tout, pourquoi pas ? Aux dernières nouvelles, les livres et moi on s’entendait plutôt bien. Enfin, sauf le dernier avec lequel je m’étais un peu défoulé et qui avait finit son vol contre le mur de ma chambre, paix à son âmes.
Pourquoi quand on parle de bibliothèque à quelqu’un, il pense toujours à une vielle dame avec les cheveux gris qui d’une voix sur aigu, cris à tout le monde de se taire ?  Franchement, je n’en avais aucune idée… La faute aux nombreux films faisant cette caricature, peut-être ? Enfin bref, je m’en fichais un peu. Alors, alors... Je prenais un bouquin, par ci, par là et le feuilletais tranquillement. Déjà lu. Il ne faut pas croire, j'ai lu pleins de livre, même si j’ai l’air d’une vraie blonde, je ne suis pas une inculte ou une femme superficielle. Absorbée dans les noms d'auteurs qui parsemaient les ouvrages des étagères, je ne vis pas cette silhouette entrer dans mon champ de vision et la percutais. « Oh je suis désolé. Je vous avez pas v... Oh ! Merde… » Je baissais les yeux, ne voulant pas vraiment le regarder en face tellement j’étais honteuse. Pourquoi ? Pourquoi moi ? Il me suivait ou quoi ? « Juan… »


I COULD NOT GO ON
What if I lived without you ? What if I loved without you ? What if I died without you ? I could not go on !


Dernière édition par Elizabeth O. Connor le Dim 6 Oct - 3:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twop.forumactif.com/
Juan D. Pepperoni
avatar
DISCRET
◗ je connais mon appart
Aides le forum, votes DISCRET◗ je connais mon appart

LES INFOS
MAMAMIA


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 24 janvier 1986
✔ METIER : En recherche !
✔ HUMEUR : Fêtard !!!
✔ SURNOMS : Monsieur Pizza, Juan Pizza, Ju' d'orange Damon LaPizza, Juanito, ...
✔ CITATION : El tiempo es el nuevo tiempo.

© CRÉDITS : Cliko
★ AVATAR : Jensen Ackles
✔ PSEUDO : Cliko
€ EUROS : 11996
✔ MESSAGES : 284
✔ ANNIVERSAIRE : 11/01/1993
✔ AGE : 24
✔ INSCRIPTION : 19/03/2013
✔ PAYS : France
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: Les histoires d'amour romanesques ce n'est que de la fiction... ( With Eli )   Mar 24 Sep - 13:46

La galère, je ne trouvais pas ce foutu bouquin... J'étais pressé en plus, mais impossible de le trouver. Cela faisait deux fois que je faisais tout le rayon Science-fiction en marchant sur le côté tel un crabe cherchant sa proie. " S... S... S ! Stephen... Stephen King ! " disais-je à voix haute alors que j'entendais un " CHUUUUUUUUUUUUT ! " provenant de l'accueil. C'est vrai que j'étais toujours bruyant quand je réfléchissais... Je mettais ma main sur ma bouche avant de jurer dans celle-ci. Le livre que je cherchais n'étais inévitablement pas ici. Un peu déçu, je sortais de ces étagères afin d'aller chercher un bouquin de cuisine, fallait au moins que j'ai mon excuse... Je prenais le premier venu, avant de repartir dans l'autre sens, direction l'enregistrement du prêt. Je lisais la 4ème de couverture de l'écrit entre mes mains avant de me rendre compte que j'étais dans le rayon des romans d'amour. C'était un genre que j'affectionnais autant que les bouquins de Stephenie Meyer... C'est à dire LE NEANT !!! Bon c'est vrai que je ne m'y étais pas intéressé beaucoup mais bon... La science fiction restait mon genre de prédilection. Alors que je rebaissais mon nez devant moi, une tête blonde me rentra dedans, venue de nul part. " Oups, pardon. " On aurait dit Casper qui sortait de l'armoire comme par magie, enfin non, c'était plutôt Alice au pays des merveilles qui faisait de l'auto-tamponneuse.

Mais ce que je ne réalisais pas tout de suite, c'est que ce n'était pas la vraie Alice, et heureusement pour moi sinon je ne serais poser des questions sur mon état mental, mais c'était en fait celle à qui je pensais à chaque minutes depuis que l'on s'est rencontré. Eli... La séduisante Eli... La source de ma tristesse mais aussi celle qui enflammait mon coeur tel le brasier du Mordor où Frodon fit tomber Gollum avec l'anneau de pouvoir... Je la dévisageais quelques instant alors qu'elle détournais le regard. Je n'y croyais pas mes yeux ! C'était une hallucination ! Je passais le livre de cuisine sous mon aisselle afin de me frotter mes yeux grands ouverts, pointés sur elle. MERDE ELLE ETAIT BIEN REELLE !!! Mais qu'avais-je fais mon dieu ? Vous m'enlever cette sublime créature pendant plusieurs semaines et en l'espace de deux jours, vous faites en sortes qu'on se croise partout ?! C'est du foutage de gueule !!! REMBOURSEZ !!! Bref, je me hâtais de reprendre l'objet sous mon bras dans mes mains avant de sortir quelques mots. Elle m'avait parler, et dit mon prénom, je ne pouvais pas la snober... " Oh euh... Eli... Quelle surprise ! Ahah... " balbutiais-je avant de détourner mes yeux d'elle, les jetant sur la bibliothèque à côté de moi. " Ça... Ça va ? " lui disais-je rapidement avant de prendre un bouquin au hasard dans l'étagère. " Aaaah, voilà ce que je cherchais ! " D'un geste rapide, ma main le posant sur le livre de cuisine. Je n'avais même pas regarder ce fichu bouquin, je n'avais qu'une pensée en tête, ne pas penser à elle. Mais comment ?! Je la voyais, elle était bien réelle ! Et là, j'eu la bonne et merveilleuse idée de regarder ce qu'était le nouveau livre présent dans mes mains... Fascination de Stephenie Meyer... J'ouvrais une fois de plus de grand yeux, devant cette... Cette... Non mais non ! Je regardais alternativement Eli puis le livre. A la vitesse de la lumière, je faisais passer le recueil de recette par dessus l'autre tel Buzz l'éclair volant à la vitesse de la lumière. Je baissais les yeux, en retrouvant la 4ème de couverture accompagnée de photos de gâteaux au chocolats et autre gourmandises. Je soufflais mentalement, basculant lentement mon regard sur elle, un air désolé mais souriant quand même... Si Pearlinator nous trouvait là, je serai décédé dans la minute... Bon peut être pas mais émasculé, sûr...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth O. Connor
avatar
administrice
◗ une petite louve gentil
Aides le forum, votes administrice◗ une petite louve gentil

LES INFOS
YES OR NO ?


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : Le 8 mars 1990
✔ APPARTEMENT : 1b.2
✔ METIER : Assistante directeur dans une chaine TV.
✔ CUPIDON : Si j'attrape ce petit bébé, je lui fais payer tous les sales coups qu'il m'a fait !
✔ HUMEUR : Toujours souriante !
✔ SURNOMS : Elie, Eliza, Elychou...
✔ CHOSES A FAIRE : ~ Travailler.
~ Devenir riche.
~ Trouver une idée géniale pour être célèbre.
~ Tomber amoureuse.
~ Faire les courses.
~ Etre heureuse et profité de la vie.
✔ CITATION : Et tout a cou tu te rends compte que tout et fini, pour de bon. Il n'y a pas de marche arrière tu le sens. Et puis tu essayes de te rappeler a qu'elle moment tout a commencer puis tu découvre que c'est plus vieux que se que tu pense, et c'est la seulement a se moment que tu réalise que les chose n'arrive qu'une fois. et quels que soient tes efforts tu ne ressentiras plus jamais la même chose tu n'auras plus jamais la sensation d'être a trois mètre au-dessus tu ciel.

© CRÉDITS : © Crazy Bunny
★ AVATAR : Candice Accola
✔ PSEUDO : Choco
€ EUROS : 9492
✔ MESSAGES : 1409
✔ AUTRES COMPTES : Diego R. Vicente
✔ ANNIVERSAIRE : 22/02/1999
✔ AGE : 18
✔ INSCRIPTION : 19/05/2012
✔ PAYS : France
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: Les histoires d'amour romanesques ce n'est que de la fiction... ( With Eli )   Sam 28 Sep - 6:46


⊱ Histoires d'amour romanesques. Or not ?

Mon plus gros problème en ce moment c’est qu’il était la solution. Étrange pas vrai ? Ouais, je devais au moins l’admettre ma situation était des plus original. D’un côté, je voulais l’oublier, mais d’un autre je savais qu’il était la seule personne de la galaxie qui puissent faire mon bonheur à ce moment-là... Je me sentais idiote rien que d’imaginer une telle chose, mais c’était comme ça. Je luttais contre ce que j’avais envie de faire, parce que je savais que ce n’étais pas une bonne idée. L’éternelle guerre entre le cerveau et le cœur, deux organes essentiels, mais tellement opposés, tellement contradictoires l’un de l’autre. Pour éviter de penser à ma triste histoire, j’avais décidé de m’occuper, de me bouger les fesses un peu. Du coup, je m’étais rendu à la bibliothèque dans l’espoir de tomber sur un gros volume passionnant qui m’hypnotiserait pendant au moins quelques longues heures. Qui aurait cru que je tomberais sur tout autre chose au milieu de tous ces livres, sur lui ? Il y avait quoi 1% de chance que ça se produise ? Merde quoi ! En deux jours où l’on s’évitait plus ou moins nous nous croisions plus souvent qu’en plusieurs mois où l’on se cherchait. Si ça, ce n’était pas de la poisse, je plaignais les pauvres malchanceux. Enfin bref, je lâchais ce « oh merde ! » avant de dire son nom, puis baissais les yeux. Je ne m’attendais pas à le revoir, enfin si, mais pas aussi rapidement… Je ne savais pas quoi lui dire du tout. Du coup, je me contentais de regarder mes pieds. Jolis pieds blancs dans des talons, remarquais-je. Heureusement que j’avais fait l’effort de m’habiller comme il faut pour sortir… Imaginez un peu s’il m’était tombé dessus alors que j’étais en mode larve ou en mode souillon ? Qu’aurait-il penser de moi ? Et que pensait-il de moi maintenant ? Après ce que je lui avais fait subir la veille ? Et voilà , retour du yoyo, fini la concentration sur une tache dérisoire et bonjour les questions existentielles et l’envies de pleurer comme une baleine. Oui, les madeleines, c’était démodé, puis vous imaginez une madeleine qui pleure ? Une madeleine c’est beau, c’est bon, c’est moelleux alors pour cette expression idiote ?  Hein ? Une baleine, c’est fripée, ça a les yeux rouges et boursouflés en bref c’est laid. Voilà ! Ça me ressemblait plus quand je pleurais. Enfin, on s’en fiche. Je relevais le regard, on allait pas rester comme ça pendant des heures, j’étais tellement mal alaise que je me serais enterré dans le sol par la pensé d’ici là. Heureusement pour nous, il se décida à parler, lui. Ouf, parce que franchement moi j’étais mal parti. « Ouais… Sacré surprise… » Mon dieu ! Mais je les sortais d’où toutes ces répliques pourries ? Je secouais un peu la tête et regardais le livre qu’il avait sous le bras… Un livre de cuisine… Oui, ça se tenait, il était là pour le boulot donc. Ouf ! Non, je n’avais pas cru qu’il me suivait. Pas du tout. Il me demanda ensuite si ça allait. « Oui ça va… Et toi ? » Non mais sérieusement ? Quelle question idiote ! Bien sûr que ça n’allait pas ! J’étais en guerre dans mon corps, j’étais malade et il était là. Déjà qu’en temps normal il me rendait folle, alors là… J’atteignais des sommets niveau déblocage. Pourtant je lui mentais parce… Que faire d’autre ? Lui dire non ? Et il demanderait pourquoi ? Et je repartirais en courant ? Non merci j’avais déjà donné. Je lui souris tant bien que mal avant qu’il ne s’empare d’un livre dans une étagère. Mes yeux se posaient quelques secondes sur la couverture et je haussais un sourcil. Alors comme ça il cherchait un livre dans le rayon  histoire d’amour ? Vraiment ? Du Twilight en plus… J’avais presque envie de rire. Je l’imaginais plus science-fiction, mais enfin… « Je vois… » Lâchais-je au moment où il s’empressait de cacher la couverture. Mon sourire s’élargit malgré moi. Il le faisait exprès, hein ? Il voulait me faire rire ? C’était un coup monté ? Où était la caméra cachée ? Bon... Au moins il ne me posait pas de question… C’était le principal. Je fis un pas en avant et attrapais un roman derrière lui. Un titre accrocheur, rien de très spécial, mais ça va avait l’air sympa. Je le frôlais en l’attrapant puis reculais de nouveau. Je jetais un coup d’œil a la quatrième de couverture. Mouais, ça devrait le faire. Je regardais Juan. « Bon… Bah… Eu… » Je haussais les épaules. « Je vais faire un tour dans les autres rayons… Je… Bonne journée… T’as pris un bon bouquin au fait, même si les films sont complètements nazes. » Ajoutais-je. Mais pourquoi ? Pourquoi je me mettais à parler de son livre ? Pourquoi je ne partais pas ? Tout simplement ? Idiot de cœur borné ! Je n’avais pas du tout envie de partir dans un autre rayon, voilà tout. Et merde !


I COULD NOT GO ON
What if I lived without you ? What if I loved without you ? What if I died without you ? I could not go on !


Dernière édition par Elizabeth O. Connor le Dim 6 Oct - 3:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twop.forumactif.com/
Juan D. Pepperoni
avatar
DISCRET
◗ je connais mon appart
Aides le forum, votes DISCRET◗ je connais mon appart

LES INFOS
MAMAMIA


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 24 janvier 1986
✔ METIER : En recherche !
✔ HUMEUR : Fêtard !!!
✔ SURNOMS : Monsieur Pizza, Juan Pizza, Ju' d'orange Damon LaPizza, Juanito, ...
✔ CITATION : El tiempo es el nuevo tiempo.

© CRÉDITS : Cliko
★ AVATAR : Jensen Ackles
✔ PSEUDO : Cliko
€ EUROS : 11996
✔ MESSAGES : 284
✔ ANNIVERSAIRE : 11/01/1993
✔ AGE : 24
✔ INSCRIPTION : 19/03/2013
✔ PAYS : France
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: Les histoires d'amour romanesques ce n'est que de la fiction... ( With Eli )   Sam 28 Sep - 20:58

J'étais mal, très mal. Non pas que j'étais mal de voir celle pour qui mon coeur penchait être devant moi, mais plutôt sur le fait que je savais que c'était mal. J'étais totalement perdu entre mes sentiments, mon cerveau et mon sens de la préservation testiculaire envers Pearlinator. Mes yeux faisaient comme à leur habitude, ils examinèrent discrètement le visage de la blonde. Ses petits yeux baissés, ses joues supra mignonnes, sa bouille qui me donnait envie de la croquer autant que j'avais eu envie de chocolat hier soir. Ouais, c'était mon petit péché mignon quand je déprimais, un peu de chocolat ne faisait pas de mal à quelqu'un qui s'entraînait tout le temps. Mais bon, pour l'instant, je ne faisais que stresser, la voir là alors qu'hier soir, c'était limite je me prenais un râteau monumentalement gigantesque, appuyé en plus de cela par ma chère patronne. Mais le plus idiot, c'était quand même de lui demander comment elle allait. Franchement, c'est vrai quoi, pourquoi me dirait-elle qu'elle allait mal alors qu'elle m'avait quand même jeter, peut être contre son gré, mais ça vaut quand même. Enfin je pense... " Ca va aussi. J'ai dormis comme un bébé. " je lui disais, baissant un peu les yeux, car oui, je lui mentais forcément. Après ce qui s'était passer hier, je n'avais pas à l'ennuyer plus avec mes sentiments... La nuit que j'avais passer avait été assez mouvementé, tenté à chaque instant de toquer chez Pearl pour me défendre, mais je n'avais pas oser... Peut être que j'étais qu'un faible dans le fond, un faible dans une coquille bien bâtie...

Je me penchais donc pour prendre ce foutu livre au hasard, me démerdant rapidement afin qu'elle ne voit pas le titre de ce bouquin qui en fait me donnait es frissons rien qu'à son touché. Des vampires qui brillent au soleil... Non mais franchement, c'était quoi ce concept qui dérogeait à la règle numéro un des vampires ? Ils brûlent au soleil, ils brillent pas hein ! Non mais elle était sous LSD quand elle l'a écrit ou quoi ? Enfin bref, j'essayais donc de le cacher, espérant qu'Eli n'ait rien vu de tout ça. Je lui glissais un sourire un peu gêné alors qu'elle se penchait vers moi en souriant pour prendre un roman dans la bibliothèque. Je pouvais sentir son odeur, sa présence, son aura frôlée la mienne, je me sentais bien. Cette fille avait ce petit quelque chose qui me rendait heureux en un seul regard posé sur elle, et encore plus quand elle était proche de moi, comme à cet instant. Je n'osais bouger alors qu'elle choisissait un livre. Elle se recula ensuite avant de jeter un regard sur la quatrième de couverture et de finir par me regarder, enfin. Je lui rendais son regard accompagné de mon sourire habituel que j'utilisais pour mettre à l'aise les gens, même si au fond, c'était moi le stresser... C'était évident, mon coeur battait à mille à l'heure, ce n'était pas pour rien. Je n'étais pas cardiaque, ni en arythmie ! Puis quand elle commença à me dire au revoir, je sentis une boule dans le ventre qui s'installais. FOUTU VENTRE ! Mais depuis quand le ventre s'occupait des sentiments ? Pourquoi j'avais pas mal au coeur ?! Pas dans le sens de vomir hein, mais dans le sens pincement quoi ! Elle allait partir... Mais je ne voulais pas... Sauf que je ne me sentais pas le courage de lui dire... Foutu langue qui se liait sans raisons sur des mots si simples... " Je.. Oui, je vais te laisser, je ne vais pas te déranger plus souvent ! ". Evidemment, elle avait vu la couverture du livre pourrie que j'avais sous le recueil de cuisine... J'étais fiché liseur de roman à l'eau de rose j'étais sûr. Sauf que là, je voulais la garder avec moi, lui parler un peu plus longtemps, être heureux quelques instants de plus... Je ne voyais qu'un seul moyen, la faire rire. " Ah bon ? Je savais pas qu'ils avaient sortit des films sur des recttes ! Enfin bref, bonne journée... " disais-je levant les yeux au ciel tout en reculant en moonwalk jusqu'au bout de l'allée. " Content de t'avoir revu ! Mais si tu veux, je peux te conseiller et... Oh ooooh ! " continuais-je alors que je trébuchais dans un petit escabeau qui se trouvait derrière moi. Mon corps se partit en arrière, mon dos embrassant le sol. La chance, lui au moins embrassait quelqu'un, moi je voulais Eli mais bon... Les livres volèrent pendant la chute, alors que mon bras essaya de s'accrocher à ce qu'il pouvait, c'est à dire des livres. Sauf que l'on sait tous que des libres dans une étagères, si on les tire, ils se penchent et tombent. Et bin c'est exactement ce qu'il s'est passé, trois livres se maintenaient un peu en équilibre avant de venir me frapper au milieu du ventre. " Y a pas à dire... Tu es renversante Eli... " riais-je en tordant ma bouche de douleur et me tenant le ventre. Oui messieurs et dames, trois bouquins dans le bide ça fait pas que tu bien ! Je me pliais en deux avant d'essayer de me relever, voyant que mon livre de cuisine gisait au sol, au dessus de l'autre tout pourri... Je soupirais, main sur le ventre, essayant de regarder Eli avec un sourire forcé, entre le fait que je voulais la rassurer et la douleur qui prenait place... Bref, j'étais vraiment mauvais...    
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth O. Connor
avatar
administrice
◗ une petite louve gentil
Aides le forum, votes administrice◗ une petite louve gentil

LES INFOS
YES OR NO ?


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : Le 8 mars 1990
✔ APPARTEMENT : 1b.2
✔ METIER : Assistante directeur dans une chaine TV.
✔ CUPIDON : Si j'attrape ce petit bébé, je lui fais payer tous les sales coups qu'il m'a fait !
✔ HUMEUR : Toujours souriante !
✔ SURNOMS : Elie, Eliza, Elychou...
✔ CHOSES A FAIRE : ~ Travailler.
~ Devenir riche.
~ Trouver une idée géniale pour être célèbre.
~ Tomber amoureuse.
~ Faire les courses.
~ Etre heureuse et profité de la vie.
✔ CITATION : Et tout a cou tu te rends compte que tout et fini, pour de bon. Il n'y a pas de marche arrière tu le sens. Et puis tu essayes de te rappeler a qu'elle moment tout a commencer puis tu découvre que c'est plus vieux que se que tu pense, et c'est la seulement a se moment que tu réalise que les chose n'arrive qu'une fois. et quels que soient tes efforts tu ne ressentiras plus jamais la même chose tu n'auras plus jamais la sensation d'être a trois mètre au-dessus tu ciel.

© CRÉDITS : © Crazy Bunny
★ AVATAR : Candice Accola
✔ PSEUDO : Choco
€ EUROS : 9492
✔ MESSAGES : 1409
✔ AUTRES COMPTES : Diego R. Vicente
✔ ANNIVERSAIRE : 22/02/1999
✔ AGE : 18
✔ INSCRIPTION : 19/05/2012
✔ PAYS : France
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: Les histoires d'amour romanesques ce n'est que de la fiction... ( With Eli )   Ven 11 Oct - 6:43


⊱ Histoires d'amour romanesques. Or not ?

On rencontre quelques fois son destin sur la route qu’on a pris pour l’éviter... Franchement qui aurait cru que je tomberais sur Juan en plein milieu d’une bibliothèque ? Pas moi en tout cas.  Déjà, je l’imaginais plus sur une console ou entrain de courir que devant un bouquin et en plus, en même temps que moi ? Il y avait quoi ? Une chance sur un milliard que ça nous arrive ? C’était comme si… Un cachalot tombait du ciel… Techniquement impossible ? Et bien non pas du tout, car il était bel et bien là, devant moi, en chair et en os donc attention à vos petites têtes… Enfin bref, je lui retournais sa question par simple politesse, parce que, de toute façon, je savais qu’il allait faire comme moi, répondre oui alors qu’en fait, c’était totalement non. Je lui avais clairement mis un râteau monumental la veille et je pensais le connaître suffisamment pour savoir qu’il n’était pas le genre d’homme à n’en avoir rien à faire. Je savais que je lui avais fait mal et qu’en plus il pensait que c’était de sa faute ou du moins en  parti… Alors que pas du tout… Je le regardais et souris lamentablement. Il avait bien dormit ? Sûrement aussi bien que moi ! Et les bonshommes de neige, ils parlent aussi ! Il me mentait, mais je ne pouvais pas l’en blâmer parce que je le faisais aussi… En même temps comment être franche dans une situation pareille ? Personnellement, j’étais juste gênée, profondément triste et super heureuse. Oui, c’était tout à fait normal… Mais c’est que je ressentais, je ne pouvais rien y changer, mon pauvre petit palpitant était tout emballé que je le veuille ou non. Ensuite, j’attrapais un livre derrière lui. Je ne voulais pas m’approcher autant de lui à la base, mais je n’avais pas pu m’en empêcher. J’avais besoin de presque le toucher, de sentir son odeur, sa présence près de moi, son épaule à quelques centimètres de la mienne… Mon dieu, mais j’étais vraiment atteinte, il me prenait quoi, bon sang !? Ça ne me ressemblait pas d’être aussi nunuche ! Ce mec me renversait vraiment… Je reculais mon livre inutile dans les mains et le regardais, cherchant un truc à dire… N’importe quoi… Au final, je sortais que j’allais faire un tour, pour chercher d’autres livres… Mais qu’elle abrutie ! Comme si c’était de ça que j’avais vraiment envi à cet instant ! Je voulais rester là, continuer à lui sourire comme si je ne savais faire que ça et sortir des phrases inutiles comme celle que je balançais alors. Je n’avais pas besoins de dire ça sur son livre… Pourquoi ne m’étais-je pas arrêté à bonne journée comme il aurait fallu que je le fasse ?  Parce que… Je n’étais qu’une petite idiote égoïste, voilà pourquoi. Je ne voulais pas le quitter… Mon dieu… J’étais pathétique.  « Mais tu… » Non, je ne devais pas dire ça… Je n’avais pas le droit de lui répondre qu’il ne me dérangeait pas, j’avais perdu ce droit quand je l’avais abandonné sur cette piste de danse, après…. L’avoir embrassé… Et le pire c’est que j’avais envie de recommencer… Je haussais doucement les épaules puis il me dit ne pas savoir qu’il y avait des films sur des livres de recettes. Je ne pus me retenir d’éclater de rire. Il le faisait vraiment exprès, depuis le début, il ne cherchait que ça, me faire rire. Et il se débrouillait plutôt pas mal… Ça me faisait de bien de rire, j’en avais besoin… De plus, ce fou rire me décontracta un peu et je me sentis un peu plus alaise devant lui, même si j’étais toujours entrain de me dire que ce que je faisais n’était pas bien. « Mouais ! Tu sais très bien de quoi je parle. » Ajoutais-je en souriant et lui faisant même un clin d’œil. Il fallait vraiment que je m’arrête et vite… Heureusement, il commença à partir de lui-même, parce que moi je n’étais pas sûre d’en être capable. Il partit donc en moonwalk. Étrange comme sortie, plutôt original… Je rigolais encore un peu. Franchement, ce type était complètement fou, mais au moins il avait le don de me faire rire, même dans une situation de crise… Ce qui n’était pas le qua de tout le monde, loin de là. Je remarquais un truc derrière lui… « Atten… ! » Commençais-je puis il trébucha quand même sur le petit escabeau malgré ma tentative de le prévenir. « Tion… » Et il tomba en arrière, entraînant dans sa chute tous les livres auxquels il essayait de se rattraper. Inquiète, je le rejoignis rapidement et m’accroupis à côté de lui. « Ça va ? » Demandais-je. En fait, on ne s’en rend pas forcement compte, mais on sort cette phrase idiote souvent alors qu’on sait parfaitement que la réponse est non. Il venait de se prendre trois volumes dans le ventre et je demandais si ça allait… Quelle débile… Je levais les yeux au ciel de ma propre connerie. Je le regardais alors qu’il disait que j’étais renversante. « Y a des fois, je me demandes vraiment pourquoi… » Je riais, mais, à l’intérieur, je me demandais : il est sérieux là ? J’avais beau ne pas en être à mon premier flirte et il avait beau avoir dit ça pour blaguer, le compliment me touchait. J’étais une femme avec tous ses petits complexes et comme toutes les autres j’aimais qu’on me flatte.  De plus, cela sortait de la bouche de Juan…. Je lui donnais un petit coup dans l’épaule avant de me relever en souriant. Je remis mon sac un peu plus haut sur mon épaule, y fourrais le livre que je tenais, puis je lui tendis la main pour l’aider à se relever. « Aller, arrête de dire des conneries et relève-toi… » Lâchais-je. Moi ? Autoritaire ? Mais non, pas du tout... Je tirais légèrement sur son bras et l’aidais à se remettre sur pied sauf que ce que je n’avais pas prévu c’est qu’une fois debout, il se retrouve près de moi, très très proche de moi en fait. Je le regardais dans les yeux sans bouger…


I COULD NOT GO ON
What if I lived without you ? What if I loved without you ? What if I died without you ? I could not go on !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twop.forumactif.com/
Juan D. Pepperoni
avatar
DISCRET
◗ je connais mon appart
Aides le forum, votes DISCRET◗ je connais mon appart

LES INFOS
MAMAMIA


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 24 janvier 1986
✔ METIER : En recherche !
✔ HUMEUR : Fêtard !!!
✔ SURNOMS : Monsieur Pizza, Juan Pizza, Ju' d'orange Damon LaPizza, Juanito, ...
✔ CITATION : El tiempo es el nuevo tiempo.

© CRÉDITS : Cliko
★ AVATAR : Jensen Ackles
✔ PSEUDO : Cliko
€ EUROS : 11996
✔ MESSAGES : 284
✔ ANNIVERSAIRE : 11/01/1993
✔ AGE : 24
✔ INSCRIPTION : 19/03/2013
✔ PAYS : France
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: Les histoires d'amour romanesques ce n'est que de la fiction... ( With Eli )   Mer 16 Oct - 11:34

Faire rire les gens, même dans les situations les plus tendues, c'était pas spécialité. Que ce soit pendant un moment triste, embarrassant ou stressant, quelques mots suffisaient pour recevoir des sourires. Peut être que j'étais même encore plus efficace que du gaz hilarant. C'est ainsi qu'Elizabeth me souriait, faisant fondre mon cerveau instantanément tel du beurre dans un four. Comment cette belle blonde pouvait-elle me rendre comme ça ? Pourtant elle n'avait rien de spéciale ! Elle était juste magnifique, mignonne... Gentille... Bon ok, elle était vraiment spéciale, j'avoue ! Cette sensation de limite perte de connaissance me distrayait vachement alors que je reculais pour m'en aller, la laissée tranquille, même si mon coeur ne voulait qu'une chose, rester auprès d'elle. Même si je ne savais pas quoi dire, juste la voir me rendais heureux. Sauf que rapidement,  je sentis bête et idiot en rentrant en contact avec l'escabeau derrière moi. Me casser la figure de cette façon était tellement ridicule... Sauf que je n'avais pas vraiment le temps d'avoir honte, sonner de la chute que je venais de faire. Mais plutôt que de voir des étoiles ou autre, je voyais un peu flou, la lumière de la bibliothèque vacillants devant mes yeux. Le retour à la réalité ne se fit pas attendre avec les livres qui m'empoignèrent le ventre. Me pliant en deux, je sentais une présence s'approcher de moi, d'un air inquiet. Evidemment que c'était la seule personne qui s'approchait de moi vu que c'était aussi la seule à m'avoir vu me vautrer comme une merde. Allonger sur le sol, les mains sur l'estomac, je réussis à entrouvrir les yeux et je la vis là, agenouillée près de moi, un visage inquiet, me demandant si cela allait. Je rigolais intérieurement. BIEN SÛR QUE NON QUE CA ALLAIT PAS ! Je souffrais pas mal, mais il était hors de question de lui faire transparaître ! Hum... Ouais non, la douleur était vraiment trop forte et c'était trop dur d'encaisser sans rien broncher... Quel minable... Mon sourire et mon compliment semblait avoir toucher la blonde qui riait, peut être que pour elle c'était une blague, mais pas pour moi. Elle était vraiment renversante, retournant complètement mon esprit. Evidemment, je pouvais pas la laisser dans le doute. " C'est simple pourtant, tu es juste toi. " disais-je. Non mais j'étais vraiment stupide, c'était pas un argument ça ! Je voulais lui dire qu'elle était belle, douce et gentille, mais aussi qu'elle me plaisait énormément, que mon coeur... Bref, qu'elle était parfaite, mais que je n'y arrivais pas. En même temps, ça refroidit et donne à réfléchir quand on se prend un râteau comme elle m'avait mit la veille... J'eu un étrange frisson en m'en rappelant d'ailleurs... La vision de Pearl me regardant d'un air méchant... Brrrrrr !!! Un petit coup dans l'épaule me ramena à la réalité, souriant toujours niaisement. Je regardais Eli se lever et me proposant sa main pour m'aider à me relever. Sans hésiter, je m'agrippais à elle, acceptant son aide. " A vos ordres, chef ! " disais-je pendant la montée, toujours une main sur mon ventre.

Une fois debout, je réalisais en fait que j'étais quasiment collé à elle. Déjà que le contact de nos mains m'avait remplit de la douceur de sa main, mais là... Je sentais sa respiration sur mon torse. Un peu plus grand qu'elle, je la regardais dans les yeux, un peu choqué de me retrouver dans cette position assez... Délicate. Mais j'étais heureux, j'avais qu'une envie, c'était de l'embrasser mais je ne pouvais pas. C'était pourtant clair non ? Finalement, elle ne voulait pas de moi. C'était pour cela qu'elle avait fuit non ? Mes pensées fusaient, s'entrechoquèrent, mon corps ne savant pas trop quoi faire. La douleur venait de passer car je pensais totalement à autre chose. Je me sentais coupable, car elle m'avait fuit hier, et maintenant, je tentais encore de me rapprocher d'elle. Peut être que je n'avais pas fait exprès de tomber, bien que finalement c'était une issue assez bien pour moi, mais je m'en voulais car... Je jouais avec mes sentiments alors qu'au final, je savais qu'il n'y aurait rien entre nous. Peut être de l'amitié ? Bref, je tenais à m'excuser auprès d'elle, même si c'était assez compliqué pour moi... Mon sourire se finit en rictus un peu moqueur de moi-même, avant que je rompe le silence qu'il y avait entre nous. " Hum... Enfin... Je tenais à m'excuser profondément pour hier... La soirée tout ça. Enfin, je suis désolé Eli. " disais-je en forçant mon sourire, mais mes yeux semblait ne pas vouloir suivre mes lèvres et se mettait tout seul en mode " Je culpabilise, excuse moi ". Ma tête me disait de partir, me donnait des coup de pied au cul mental tellement fort que je pourrait finir cul plat si ils étaient réels, mais j'arrivais pas à bouger. Mon coeur était lié au sien, malgré qu'elle m'ait repoussée et que Pearl me menaçait. C'était vraiment trop dur de résister, ses yeux m'aspirant la cervelle tel deux trous noirs. " Je... Si je peux faire quelque chose pour me faire pardonner, je ferai n'importe quoi Eli. " continuais-je avec un air motivé. Puis, pour rajouter une petite touche d'humour pour adoucir la pression qui se faisait ressentir, je me mis droit comme un I puis levait ma main sur ma tempe tel un soldat. " Toujours à vos ordres chef ! " disais-je lentement en lui souriant avant qu'elle me réponde. Faire le pitre, c'était ma seconde nature, mais là, je lui devais bien ça. Puis son magnifique sourire, no comment quoi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth O. Connor
avatar
administrice
◗ une petite louve gentil
Aides le forum, votes administrice◗ une petite louve gentil

LES INFOS
YES OR NO ?


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : Le 8 mars 1990
✔ APPARTEMENT : 1b.2
✔ METIER : Assistante directeur dans une chaine TV.
✔ CUPIDON : Si j'attrape ce petit bébé, je lui fais payer tous les sales coups qu'il m'a fait !
✔ HUMEUR : Toujours souriante !
✔ SURNOMS : Elie, Eliza, Elychou...
✔ CHOSES A FAIRE : ~ Travailler.
~ Devenir riche.
~ Trouver une idée géniale pour être célèbre.
~ Tomber amoureuse.
~ Faire les courses.
~ Etre heureuse et profité de la vie.
✔ CITATION : Et tout a cou tu te rends compte que tout et fini, pour de bon. Il n'y a pas de marche arrière tu le sens. Et puis tu essayes de te rappeler a qu'elle moment tout a commencer puis tu découvre que c'est plus vieux que se que tu pense, et c'est la seulement a se moment que tu réalise que les chose n'arrive qu'une fois. et quels que soient tes efforts tu ne ressentiras plus jamais la même chose tu n'auras plus jamais la sensation d'être a trois mètre au-dessus tu ciel.

© CRÉDITS : © Crazy Bunny
★ AVATAR : Candice Accola
✔ PSEUDO : Choco
€ EUROS : 9492
✔ MESSAGES : 1409
✔ AUTRES COMPTES : Diego R. Vicente
✔ ANNIVERSAIRE : 22/02/1999
✔ AGE : 18
✔ INSCRIPTION : 19/05/2012
✔ PAYS : France
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: Les histoires d'amour romanesques ce n'est que de la fiction... ( With Eli )   Mar 22 Oct - 10:16


⊱ Histoires d'amour romanesques. Or not ?

Je lui tendis la main pour l’aider à se relever, lui disant aussi d’arrêter de dire des bêtises. Bah quoi ? Je n’avais pas le droit de lui donner des ordres ? Je ne me sentais pas trop autoritaire sur le coup, mais ça me fit sourire. Sourire qui s’élargit de plus belle alors qu’il se relevait en m’appelant chef. Puis nous fûmes confronté à un problème de proximité. Je dirigeais mon regard vers les livres abandonnés à terre avant que Juan ne puisse y déceler tous les sentiments contradictoires qui s’y reflétaient. Je me sentais très troublée en cet instant. Comme chaque fois, je maudissais mon corps qui refusait obstinément de se comporter de manière raisonnable quand Juan était dans les parages. Alors que je le regardais si près de moi, j’aurais juré que mon cœur essayait de bondir hors de ma poitrine ; mes paumes étaient si moites qu’on aurait pu y faire du ski nautique. Cela devenait plus que grave. Je croisais alors son regard, rivé sur moi. À ma grande consternation, je ne parvins pas à détourner les yeux une nouvelle fois : j’avais l’impression d’être face à l’un de ces serpents qui hypnotisent leurs proies avant de les avaler, mais en plus sexy, bien entendu. Toutefois, la situation n’était pas désagréable, c’était d’ailleurs ça le pire. Juan ne cilla pas. J’étais comme une funambule, suspendu sur son file à une dizaines de mètres au dessus du sol. J’avais peur de tomber à tout moment, mais en même temps j’étais fière d’être là et j’étais toute exalté.  Quand il lâcha cette phrase, j’eue l’impression de tomber dans ce vide que je redoutais tant. Ce sujet que je ne voulais pas vraiment aborder, mais qui, pourtant, était inévitable. Je pensais pourvoir y échapper, mais je m’étais mis le doigt dans l’œil apparemment. Non en fait, pas un doigt, carrément le bras, j’y avais vraiment cru. Quelle idiote j’étais. Je lui avais mis le râteau du siècle et je pensais m’en sortir sans aucune discussion ? Mes yeux toujours dans les siens, j’étais sans voix… Il fallait que je trouve un truc… Et vite. Je ne supportais pas de le voir comme ça. Avec tant de culpabilité dans le regard… Je poussais un petit soupire. « Tu veux faire quelque chose ? Arrêtes de t’en vouloir. » Je baissais les yeux en contemplais le plancher. J’aimerais croire qu’il y avait quelque chose de possible entre lui et moi, je le voulais sincèrement, mais je n’y arrivais pas. Je voulais faire ce que mon cœur me dictait, mais je n’en avais pas le droit. Les happy ends, je les lassais aux autres. Quand je voyais Juan, je savais qu’il méritait mieux que moi, qu’il trouverait un jour la femme qui le rendrait heureux jusqu'à la fin de ses jours. En réalité, je mourrais d’envie d’être cette femme, mais non, il n’avait aucun avenir avec moi. Il fallait qu’il m’oubli, qu’il passe à autre chose, je n’en pensais pas un mot, mais c’était la meilleure chose à faire… Ou du moins je tentais de m’en convaincre. C’est pour cette raison que je lui demandais d’arrêter de s’en vouloir pour la veille, c’était un début, non ? « C’est loin d’être de ta faute, crois-moi c’est complètement la mienne… » Je récupérais mon éternel sourire alors qu’il m’appelait à nouveau chef. Toujours le mot pour rire… Sacré Juan. Ça faisait partie de ce que j’aimais chez lui, ce besoin de faire rire alors que rien n’allait. Je l’imaginais bien entrain de faire des blagues avec Lucifer alors qu’autour de lui c’était l’apocalypse. Bon… Il fallait que je bouge, j’allais vraiment finir par faire quelque que je risquais de regretter plus tard. Nous étions toujours aussi proche. Aucun de nous n’avait reculé. Comme quoi… La volonté n’y était pas vraiment. Néanmoins, Je reculais doucement. Un pas après l’autre. Un puis deux puis trois puis… Non pas quatre. Je buttais contre l’étagère. Oups... Pas par là la sortie… Deux ou trois livres rejoignirent leurs amis par terre. « Mince ! » Je posais les yeux sur Juan et rougis légèrement alors que j’entendais la bibliothécaire nous dire : « Hey ! Vous là ! Les deux tourtereaux ! Pas de bêtises dans mes rayons !  Ramassez-moi tous ces livres ! Et  pronto ! » Je soupirais et commençais à me baisser pour faire ce qu’elle nous demandait. J’étais reconnaissante en vers cette femme qui me donnait le moyen d’esquiver ce sujet dont j’avais terriblement honte, mais je lui en voulais de l’insinuation qu’elle avait faite sur lui et moi… Ça ce voyait tant que ça que j’en mourrais d’envi ?


I COULD NOT GO ON
What if I lived without you ? What if I loved without you ? What if I died without you ? I could not go on !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twop.forumactif.com/
Juan D. Pepperoni
avatar
DISCRET
◗ je connais mon appart
Aides le forum, votes DISCRET◗ je connais mon appart

LES INFOS
MAMAMIA


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 24 janvier 1986
✔ METIER : En recherche !
✔ HUMEUR : Fêtard !!!
✔ SURNOMS : Monsieur Pizza, Juan Pizza, Ju' d'orange Damon LaPizza, Juanito, ...
✔ CITATION : El tiempo es el nuevo tiempo.

© CRÉDITS : Cliko
★ AVATAR : Jensen Ackles
✔ PSEUDO : Cliko
€ EUROS : 11996
✔ MESSAGES : 284
✔ ANNIVERSAIRE : 11/01/1993
✔ AGE : 24
✔ INSCRIPTION : 19/03/2013
✔ PAYS : France
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: Les histoires d'amour romanesques ce n'est que de la fiction... ( With Eli )   Mar 22 Oct - 12:36

N'avez vous jamais eu l'impression que dans un moment, pendant un court instant, ou même une micro-seconde, qu'il y avait un semblant de temps stoppé ? Faisant de la moindre seconde, une éternité, une durée incalculable, l'infini. C'est ce que je ressentais après mettre relevé. L'infini. Ce sentiment de dévorer des yeux le visage de la blonde tout proche de moi, sans pouvoir me défaire de cette attirance plus que sentimentale. Tel deux aimants, nous nous rapprochions tout les deux, lentement, ne sachant quoi faire. Je voyais très bien que son corps ne l'écoutait pas, autant que le mien m'écoutait en fait. Apparemment, nous avions le même soucis, d'être physiquement attiré l'un pour l'autre, mais mentalement aussi. Car même quand j'essayais de m'excuser pour la veille, Eli me désarçonnait de mon cheval appelé martyre. Peut être que pour elle, je n'étais pas coupable, mais je l'étais entièrement dans ma tête. Elle n'aurait pas fuit sans raison, sans que je lui ai fait peur ou blessée, je ne sais pas. Mais peu importe, le mal était fait. Je ne voulais que me racheter, essayer de me rattraper, la voir sourire. Son sourire, ce petit mouvement de lèvre qui se dévoila alors que j'imitais un petit soldat à ses ordres. Cette femme, je ne la voyais pas du tout avec moi, j'étais trop stupide pour la méritée, au contraire, il lui fallait mieux. Mais son sourire si doux, créant de nombreuses étoiles devant mes yeux, retenait la lointaine idée que j'essayais d'envoyer balader dans un mare de boue, là où Pearl aimerait me faire coulé. Peut être que j'étais souvent un Jack Sparrow, solitaire, drôle, un peu fou mais conscient, mais mon coeur, c'était le même que celui de Will Turner, qui battait pour Elizabeth Swann. Elizabeth ? Tient, c'est vrai qu'elle s'appelait comme elle. Quelle coïncidence ne trouvez vous pas ?

Peu à peu, mon corps réagissait à mes ordres mentaux, mes muscles se délassants. Je n'avais qu'une envie, goûter à nouveau au plaisir de ses lèvres qui m'avaient tellement marquées la veille. Etait-ce bien ou mal ? Je n'en savais rien, seulement que tout mon être me disait d'essayer, de voir ce que cela donnerait. Alors que j'approchais, je sentais Eli reculer... Je ne comprenais pas. Petit à petit, elle s'éloignait de moi de quelques pas, mais elle fut littéralement stoppée par la bibliothèque qu'elle heurta avec son dos, lançant tomber de nouveaux livres sur le sol. Je n'osais plus bouger, mais quand les ouvrages entrèrent en contact avec ce qui nous maintenant debout, je sentis comme un électrochoc qui me ramena à la vie, tel un moteur de vieilles deux chevaux qui claque un peu quand on ne l'a pas démarrée depuis longtemps. La bibliothécaire nous blâmait du bordel que l'on faisait, c'est sûr qu'on était pas très discret pour le coup, mais j'avais retenu qu'une seule chose... " Tourtereaux ". " Hum, c'est pas ce que vous croyez enfin... Pardon, je vais ranger ! " disais-je me baissant en même temps que la blonde. Ma tête la frôla, à la limite de lui mettre un coup de boule, mais par réflexe, je reculais. " Oups pardon Eli. Non mais laisse, je vais tout ranger, t'inquiète pas. C'est ma faute, je tiens pas debout. " disais-je en lui souriant et ramassant les bouquins avant de les ranger à leur emplacement initial. Je me rebaissais et jetais un rapide coup d'oeil vers la blonde, concentrée dans sa tâche. Mes yeux fondaient, mon coeur creusait dans ma poitrine, m'obligeant à mettre ma main dessus. C'est pas que j'avais peur qu'il sorte, loin de là, c'était juste par réflexe. Elle était d'autant plus magnifique du fait qu'elle essayait de m'aider à ranger tout le bordel que j'avais fait. C'était donc ça, l'amour avec un grand A ? Je m'approchais d'elle, mettant ma main sous les livres qu'elle tenait et lui enlevant délicatement et tendrement ses mains pour lui faire comprendre qu'elle n'avait pas à m'aider. " Laisse je te dis, je peux me débrouiller. " Mon sourire charmeur qui se voulait apaisant tentait de la convaincre, alors que je tirai lentement les ouvrages vers moi. Toujours les lèvres tirées vers le haut, je me relevais, afin de ranger les nouveaux objets entre mes mains. Je ne savais pas pourquoi je ne voulais pas la laisser faire, c'était juste instinctif. C'était mon bordel, je le réglais à ma façon, puis bon... Enfin, j'allais pas laisser Eli s'occuper de ça... Je me retournais à nouveau et me rendais compte qu'il me restait plus que le livre de cuisine et celui de Stephenie Meyers... Je soufflais, car si on arrivait à la fin des livres, c'était que j'allais bientôt dire au revoir à Eli. De toute façon, je devais rentrer au travail, même si j'étais déjà mort...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth O. Connor
avatar
administrice
◗ une petite louve gentil
Aides le forum, votes administrice◗ une petite louve gentil

LES INFOS
YES OR NO ?


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : Le 8 mars 1990
✔ APPARTEMENT : 1b.2
✔ METIER : Assistante directeur dans une chaine TV.
✔ CUPIDON : Si j'attrape ce petit bébé, je lui fais payer tous les sales coups qu'il m'a fait !
✔ HUMEUR : Toujours souriante !
✔ SURNOMS : Elie, Eliza, Elychou...
✔ CHOSES A FAIRE : ~ Travailler.
~ Devenir riche.
~ Trouver une idée géniale pour être célèbre.
~ Tomber amoureuse.
~ Faire les courses.
~ Etre heureuse et profité de la vie.
✔ CITATION : Et tout a cou tu te rends compte que tout et fini, pour de bon. Il n'y a pas de marche arrière tu le sens. Et puis tu essayes de te rappeler a qu'elle moment tout a commencer puis tu découvre que c'est plus vieux que se que tu pense, et c'est la seulement a se moment que tu réalise que les chose n'arrive qu'une fois. et quels que soient tes efforts tu ne ressentiras plus jamais la même chose tu n'auras plus jamais la sensation d'être a trois mètre au-dessus tu ciel.

© CRÉDITS : © Crazy Bunny
★ AVATAR : Candice Accola
✔ PSEUDO : Choco
€ EUROS : 9492
✔ MESSAGES : 1409
✔ AUTRES COMPTES : Diego R. Vicente
✔ ANNIVERSAIRE : 22/02/1999
✔ AGE : 18
✔ INSCRIPTION : 19/05/2012
✔ PAYS : France
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: Les histoires d'amour romanesques ce n'est que de la fiction... ( With Eli )   Ven 25 Oct - 22:48


⊱ Histoires d'amour romanesques. Or not ?

Le temps file, le temps n’attend personne. Le temps guérit toutes les blessures. Tous autant que nous sommes nous voulons plus de temps. Du temps pour se relever, du temps pour grandir, du temps pour lâcher prise. Du temps. Je n’en avais pas ou trop peu. Je regardais Juan et songeais à ce temps que je n’avais pas. Ce temps où j’aurais pu être heureuse avec lui, ce temps où j’aurais pu m’abandonner à mes envies, à mon cœur, ce temps où j’aurais pu lâcher prise. Lâcher prise, Pearl me disait de le faire. Ça semblait si simple ! Mais je n’étais pas douée pour ça. Je n’étais même pas certaine de savoir comment faire. Comment lâche-t-on prise ? Comment se convainc-t-on d’ouvrir les mains et de se laisser tomber en comptant sur quelqu’un d’autre pour amortir la chute et faire en sorte que personne ne soit blessée ? Avais-je à ce point confiance en Juan ? Possible. Avais-je à ce point confiance en quiconque ? Peut-être. Bon, ok : pas vraiment. Et de toute façon je n’avais pas le droit de le faire… Je soupirais et essayais de faire comprendre à cette tête de mule, qu’il n’était en rien fautif dans mon comportement de la veille. Peine perdue apparemment. Je le voyais toujours sur son visage, il ne me croyait pas, il était si coupable… Et de le voir me tuait car c’était de ma faute. Je l’avais mis dans cet état, pas intentionnellement, bien sûr, mais je l’avais fait quand même. Par ce que je n’étais qu’une égoïste et que je n’avais pas pu résister à ses lèvres. Lèvres qui me tentaient toujours autant, qui m’appelaient encore malgré tout ce que j’avais fait à cause d’elles. Les garces… Je reculais ou du moins, j’essayais, car je me heurtais à la bibliothèque. Qu’est ce qu’elle faisait là celle-là ? Elle aussi elle voulait m’empêcher de m’en aller ? De fuir une nouvelle fois ? La garce elle aussi ! En plus je fis tomber quelques livres, comme si il n’y en avait déjà pas assez sur le sol ! Puis ce fut au tour de la directrice des lieux de rajouter son grain de sel. Encore une garce, teint ! Je n’en avais pas vraiment besoin, car l’entendre nous appeler « tourtereaux » me fit frissonner, même si je comprenais qu’elle nous demande de ranger tout le bazar que nous avions mit. C’était idiot hein ? Mais le fait qu’on nous voient comme ça moi et Juan, me plaisait. Comme quoi, j’avais le quotient intellectuel d’une petite cuillère ! Oui, vraiment, plus idiote que moi à cet instant, c’était impossible. De plus, ça me perturbait de voir que cette femme voyait plus ou moins ce que je ressentais. Ces « bêtises », je mourrais d’envies de les faire. Et je me maudissais car j’avais l’impression que c’était écrit sur mon front, alors que je faisais tout pour le cacher et pour résister.  Je n’osais même regarder Juan, tellement j’étais mal alaise. Je me baissais et commençais à ramasser quelques bouquins histoire de me cacher un peu. Je sentis un petit courant d’aire sur le dessus de ma tête alors que Juan me frôlait. Puis, il s’excusa, me disant aussi de laisser et qu’il allait tout ranger. «  Pas grave. Et je peux bien faire ça quand même. J’en ai fait tomber aussi alors… » Répondis-je en haussant doucement les épaules. Oui, qu’il le veuille ou non, je continuais de ramasser les livres étalés sur le sol. Alors que j’allais me relever pour replacer à leur emplacement initial ceux que j’avais dans les mains, d’autres se posèrent dessus. Relevant les yeux vers ceux de leur propriétaire, je le fixais sans comprendre. C’était quoi son problème ? Il ne me croyait pas capable de classer de simples livres dans une étagère ou quoi ? Je savais qu’il essayait seulement d’être gentil, mais c’était tout de même un peu vexant. Il me prit doucement mon butin des mains. Et je continuais de le regarder sans rien dire, mon sourire ayant juste disparu de mon visage. Alors que lui il en avait un si charmeur… À tomber…  Encore ces garces de lèvres…. « Non, mais ! » Lâchais-je un peu sèchement en revenant à la réalité. Il se relevait et je fis de même avant de commencer à protester gentiment. « J’aurais pu le faire, tu sais. » Dis-je. Je n’aimais pas trop ça, le fait qu’il se sente obliger de m’empêcher de l’aider… Je me sentais d’autant plus inutile. Bon… Puisqu’il n’y avait plus de livre à ramasser… Il était temps de s’en aller… Oui… Bonne idée, très bonne même… Alors pourquoi rien que d’y penser mon cœur se déchirait en petits morceaux ? Sentiments à la noix ! Mais il le fallait. Souriant une nouvelle fois je le regardais dans les yeux. « Cette fois, c’est la bonne, je vais y aller. » L’envie de déposer un rapide baiser sur sa joue pour lui dire au revoir me prenait tout à coup, mais je la repoussais d’un petit mouvement de tête. « À la prochaine et heu… Bonne journée… » En espérant que cette prochaine ne soit pas de si tôt… Le temps que ce que je ressentais pour lui s’effrite, ce serait pas mal… Si il le faisait un jour… Bref, je commençais à m’en aller, marchant doucement les rayons de sciences-fictions. Un pas après l’autre… Bien ! Je regardais par dessus mon épaule et l’observais une dernière fois. Il paraît qu’il ne faut jamais regarder en arrière, mais quand on ne sait pas ce qui nous attend, que reste-t-il si ce n’est de regarder ce qu’on l’on laisse derrière soi ?


I COULD NOT GO ON
What if I lived without you ? What if I loved without you ? What if I died without you ? I could not go on !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twop.forumactif.com/
Juan D. Pepperoni
avatar
DISCRET
◗ je connais mon appart
Aides le forum, votes DISCRET◗ je connais mon appart

LES INFOS
MAMAMIA


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 24 janvier 1986
✔ METIER : En recherche !
✔ HUMEUR : Fêtard !!!
✔ SURNOMS : Monsieur Pizza, Juan Pizza, Ju' d'orange Damon LaPizza, Juanito, ...
✔ CITATION : El tiempo es el nuevo tiempo.

© CRÉDITS : Cliko
★ AVATAR : Jensen Ackles
✔ PSEUDO : Cliko
€ EUROS : 11996
✔ MESSAGES : 284
✔ ANNIVERSAIRE : 11/01/1993
✔ AGE : 24
✔ INSCRIPTION : 19/03/2013
✔ PAYS : France
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: Les histoires d'amour romanesques ce n'est que de la fiction... ( With Eli )   Sam 26 Oct - 16:14

Des fois, je pense que pas mal de gens me trouvaient chiant. Non pas dans le mauvais sens du terme, mais surtout dans le sens que dans certaines situations, j'étais la personne idéale. Cette gentillesse qui faisait de moi une personne appréciée par pas mal de monde caractérisait en fait juste une envie d'aider et de soutien. J'étais toujours volontaire, voir même tyrannique quand il fallait faire plaisir à une personne ou tout simplement lui filer un coup de main, même si je n'y connaissais pas grand chose dans le domaine. Et c'est ce qu'il se passait maintenant avec Eli. Franchement, c'est pas que j'étais de forcément gentleman avec toutes les femmes que je croisais, non c'est faux ! Ok, je pouvais être gentil avec les femmes, mais être aussi galant... Non, il n'y qu'une exception quand je le fais, c'était seulement si la femme faisait battre mon coeur ou pas. Et Eli... Bin voilà quoi, c'était plus un coeur que j'avais, mais un tam-tam africain où Lars Ulrich jouait de ses baguettes afin de nous sortir de bon vieux morceaux de Metallica. C'était tellement intense comme sensation quand on était proche, je ne saurai même pas le décrire mieux que la comparaison précédente. Bref, je voyais que ça embêtait pas mal Eli que je lui prenne les livres des mains, surtout vu comment elle me regardait et me parlait. C'est vrai qu'elle aurait pu le faire mais bon... Je n'avais pas le coeur à la laisser ramasser les livres que j'avais fait tomber et ceux qui étaient tombé ensuite par le biais de ma présence quand Eli a foncée dans la bibliothèque. " Désolé, c'est juste que je n'ai pas l'habitude de laisser travailler les jolie minois. " lui répondais-je en lui souriant et ramassant les deux derniers bouquins que j'avais dans les mains avant la catastrophe. Et voilà, il était temps de se dire au revoir... Mon coeur était triste, j'avais l'impression d'avoir un teletubbies dans le thorax qui faisait une mine triste, sans énergie, juste un " Ooooooooh " malheureux. Elle me disait qu'elle y allait. Je lui disais pareil. " Oui, moi aussi. Pearl m'attend, je vais me faire embroché ! ". Je souriais en la regardant. Elle me disait au revoir. Je lui disais au revoir aussi. " Merci, toi aussi passe une bonne journée... Hum... A la revoyure ! ". J'étais pathétique, nul, pourrie, poisson pané. Je serrais les livres contre moi. On se retournait pour partir chacun de son côté. Je marchais un peu avant de jeter un oeil dans mon dos. Elle faisait pareil. Je me sursautais comme une petite pucelle avant de regarder à nouveau devant moi. Je rougissais, du moins je le pensais. Bref, j'ai dis au revoir à Eli.

Lorsque j'arrivais au bout de l'allée, je tournais rapidement en direction de l'entrée, retenant mon regard pour ne pas croiser celui de la blonde, sinon je ne partirai jamais de cet endroit. Je passais devant la bibliothécaire qui me regarda d'un oeil étrange alors que je passais les portiques où les anti-vols des bouquins firent sonner les détecteur de vol. La vieille femme à lunettes me siffla alors pour m'inviter à enregistrer les livres dans mes mains, me lançant un regard intrigué et un peu hargneux. D'un geste un peu las, je posais les reliés sur le comptoir, tandis que la responsable des lieux les bipaient avec son scanner. " Pardon, j'étais un peu ailleurs... " m'excusais-je, mais elle n'en resta pas là malheureusement. Evidemment, c'était une vrai commère... Elle me chuchota : " Vous et la petite blonde formez un couple très mignon !". Je souriais beaucoup à ce qu'elle me disait car cela me faisait plaisir, mais je me surpris à penser qu'Eli et moi on était vraiment ensemble, sauf que non en fait. Mon sourire se teinta d'un air gêné. " Non non, on est pas ensemble ! On est juste des... De... De simples connaissances... " soufflais-je alors en baissant un peu la tête. " Ah bon, pourtant je... " continua-t-elle avant que je reprenne les livres pour la couper. " Pardon, je suis pressé. Bonne journée ! " disais-je rapidement en pressant le pas. Cela faisait un bout de temps que j'étais partis, Pearl allait vraiment me tuer... Mais le temps avec Eli passait tellement vite... En fait, il ne passait pas, il fuyait plutôt. Je n'osais pas non plus regarder une dernière fois dans mon dos, de peur qu'elle y soit... Ma marche passa en petit trot afin d'arriver au café. Je partais direct en cuisine sans parler à Pearl, déposant juste le livre à côté de moi pendant que je regardais les commandes qui étaient en attente. La vache, il y en avait beaucoup ! Bon bin quand faut y aller...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth O. Connor
avatar
administrice
◗ une petite louve gentil
Aides le forum, votes administrice◗ une petite louve gentil

LES INFOS
YES OR NO ?


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : Le 8 mars 1990
✔ APPARTEMENT : 1b.2
✔ METIER : Assistante directeur dans une chaine TV.
✔ CUPIDON : Si j'attrape ce petit bébé, je lui fais payer tous les sales coups qu'il m'a fait !
✔ HUMEUR : Toujours souriante !
✔ SURNOMS : Elie, Eliza, Elychou...
✔ CHOSES A FAIRE : ~ Travailler.
~ Devenir riche.
~ Trouver une idée géniale pour être célèbre.
~ Tomber amoureuse.
~ Faire les courses.
~ Etre heureuse et profité de la vie.
✔ CITATION : Et tout a cou tu te rends compte que tout et fini, pour de bon. Il n'y a pas de marche arrière tu le sens. Et puis tu essayes de te rappeler a qu'elle moment tout a commencer puis tu découvre que c'est plus vieux que se que tu pense, et c'est la seulement a se moment que tu réalise que les chose n'arrive qu'une fois. et quels que soient tes efforts tu ne ressentiras plus jamais la même chose tu n'auras plus jamais la sensation d'être a trois mètre au-dessus tu ciel.

© CRÉDITS : © Crazy Bunny
★ AVATAR : Candice Accola
✔ PSEUDO : Choco
€ EUROS : 9492
✔ MESSAGES : 1409
✔ AUTRES COMPTES : Diego R. Vicente
✔ ANNIVERSAIRE : 22/02/1999
✔ AGE : 18
✔ INSCRIPTION : 19/05/2012
✔ PAYS : France
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: Les histoires d'amour romanesques ce n'est que de la fiction... ( With Eli )   Lun 28 Oct - 2:55


⊱ Histoires d'amour romanesques. Or not ?

Le hasard est une chose étrange, des plus surprenante, incompréhensible, qui expliquerait que les choses se passent comme ça, sans raison. Il y en a qui dise que le hasard n’existe pas, qu’il s’agît en fait du destin, une route qui serait déjà toute tracée et qu’on ne pourrait que suivre, comme si notre avenir était déjà défini, écrit dans la pierre. Il y en a qui pense que quelqu’un tire les ficelles, quelque part, au-dessus nos têtes peut-être ? Et il y a ceux qui agissent ou qui pensent agir seuls, par choix, par volonté ou n’importe quoi d’autre en rapport avec eux-mêmes. Qui a raison ? Ça… Même les plus grands chercheurs au monde ne peuvent pas prédire l’avenir, personne ne peut savoir de quoi demain sera fait, ni expliquer le pourquoi du comment de ce qui arrivera pourtant, ça arrivera bel et bien, qu’on le veuille ou non. Il en est de même avec le passé, il est arrivé sans que l’on sache pourquoi ni comment, pourtant il s’est bien produit. Si j’avais choisi à droite plutôt qu’à gauche, un matin, aurais-je rencontré Juan ? Je n’en savais rien… Et pourquoi l’avais-je croisé dans cette bibliothèque ? Des questions idiotes, qui resteraient sûrement à jamais sans réponses. Et le pire dans tout ça, c’est que je n’arrivais pas à me décider si l’avoir rencontré était une bonne ou une mauvaise chose pour moi. C’était bête, hein ? Mais le voir faisait battre mon cœur à trois mille, entendre le son de sa vois remplissait mon ventre de papillons. Je ne savais pas quoi faire pour que ça s’arrête et même si c’était le cas, j’étais presque sûre que ça me manquerait. C’était con, mais là, alors que je lui disais au revoir, je savais que ses blagues à la noix allaient me manquer, que ses lèvres, ses yeux, allaient me manquer, tout chez lui allait me manquer, il allait me manquer. Pas grand chose, c’est qu’il me fallait faire pour le retenir, je le savais, il ne me repousserait pas, mais j’en étais incapable. J’avais trop peur de lui faire encore plus de mal… Je lui souris une dernière fois. « Si elle essaye de t’embrocher, dit-lui que c’est de ma faute. Elle devrait te laisser sain et sauf… » Je riais doucement. « Enfin bref, merci ! » Je commençais à m’en aller, pour de bon cette fois. « Salut ! » J’étais déterminé à partir avant de faire une bêtise, du genre : l’embrasser encore, pourtant, je ne pu m’empêcher de regarder derrière moi. Stupide que j’étais ! Car au même moment, il faisait de même. Mon regard croisa le sien et je m’empressais de retourner la tête. Zute de zute ! Je rougissais ! J’avais l’impression d’avoir était prise en flagrant délit. Mince ! Les regrets étaient un crime ? Je n’avais pas le droit d’imaginer ce que ça aurait pu être ? Je soupirais et changeais de rayon… Trouver des livres… Oui, j’étais venu pour ça… Sans trop y prêter attention, j’en attrapais deux dans l’étagère et me dirigeais vers la caisse. Je vérifiais que Juan était parti avant de m’en approcher. Bah quoi… ? On avait eu notre compte de situation gênante pour la journée non ? Pour tout le siècle d’ailleurs… Je souris à la vieille femme, la même qui nous avait demandé de ranger quelques minutes auparavant et posais mes livres sur le comptoir. « Je suis désolé pour le dérangement et le bruit de tout à l’heure… » Oui… Je ne voulais pas qu’elle pense que mettais le bordel intentionnellement ou quoi que ce soit. « Ce n’est pas grave ma chérie… J’ai vu votre… Heu… L’homme qui vous accompagnait, je m’excuse pour ce que j’ai pu dire, si j’ai mis les pieds dans le plat… » Elle me regardait, mal alaise. Je me demandais bien ce que Juan  avait bien pu lui raconter… Je pensais à cette histoire de tourtereaux… Oui sûrement ça, elle avait arrêté de faire des insinuations sur nous… « Ne vous inquiétez pas… Il n’y a rien entre nous… » J’attrapais mes bouquins dès qu’elle eu finit des les scanner et lui souris encore une fois. « Bonne journée, au revoir. » Lui dis-je avant de repartir direction mon appartement où je m’installais dans mon canapé pour penser à ce qui venait de se passer… Je commençais aussi un des livres, le romantique et me surpris à m’imaginer Juan et moi à la place des personnages principaux… Méchante Elizabeth ! Je pourrais presque me frapper…

FIN DU SUJET


I COULD NOT GO ON
What if I lived without you ? What if I loved without you ? What if I died without you ? I could not go on !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twop.forumactif.com/
Contenu sponsorisé

LES INFOS
AND MORE
MessageSujet: Re: Les histoires d'amour romanesques ce n'est que de la fiction... ( With Eli )   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les histoires d'amour romanesques ce n'est que de la fiction... ( With Eli )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Feleth et le Bac, une histoire d'amour ♥
» Les histoires d'amour finissent mal, en géneral...[FB 1753] [TERMINE]
» Séléné, Déesse de la Lune
» GIFI un amour de caniche toy femelle de 10 ans (34)
» la faim plus fort que l'amour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LOS VECINOS  :: les registrescommencer par là :: 1, 2, 3... c'est ta vie, mon voisin :: Archive des rp's terminés-