AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 
ICI, NOUS SOMMES POUR LA RELAXATION...
10 LIGNES EXIGÉES SEULEMENT ET OUI, C'EST CADEAU !
UN PETIT VOTE POUR NOUS ?
par ici obsession 27
I LOVE YOU ON VOUS AIME Very Happy
C’ÉTAIT LE BISOUNOURS TIMES
NOUS SOMMES EN ESPAGNE ET EUROPÉENS.
TENEZ EN COMPTE POUR VOS ORIGINES, MOINS D’AMÉRICAIN !

Partagez | .
 

 ▷would you lie with me and just forget the world ? feat Mattia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Esmeralda G. Cruz
avatar
fondatrice
◗ la grande gentille louve
Aides le forum, votes fondatrice◗ la grande gentille louve

LES INFOS popop


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 10 janvier
✔ METIER : Vétérinaire
✔ CUPIDON : Et si vous saviez !
✔ HUMEUR : Bueno, mon kinder
✔ SURNOMS : Nessie mais seulement de mon frére. Les autres n'ont pas intêret à me nommer ainsi. Sinon Ezzy, Mel, Elda, Eliz et j'en passe.
✔ CHOSES A FAIRE : - M'occuper du chihuahua du voisin !
- Opérer les chatons de Madame Chevreuil.
- Passer voir Gabriel !

✔ CITATION : En fait tous les hommes sont des bêtes avant de trouver la femme parfaite au fond. Croquant alors à pleine dent la vie de célibataire en grognant de femmes en femmes… en dévorant certaines du regard pour en faire le diner dans une soupe chaude au lit pour ensuite les laisser rentrant et ne plus les revoir. Les hommes sont des bêtes et ensuite… ils rencontrent la belle… ils deviennent plus sérieux en ne grognant que sur une seule femme et ayant alors une soupe chaude dans leur lit toutes les nuits.

© CRÉDITS : ...
★ AVATAR : Emily Van Camp
✔ PSEUDO : Crazy Bunny
€ EUROS : 8932
✔ MESSAGES : 238
✔ INSCRIPTION : 23/10/2012
✔ PAYS : Belgique
AND MORE
MessageSujet: ▷would you lie with me and just forget the world ? feat Mattia   Lun 18 Nov - 1:26

Esmeralda & Mattia
a fell into the moon
La vie n’est qu’une tempétueuse malédiction. Le monde n’avait jamais réellement était simple, beau et fabuleux à mes yeux et parfois je me demandais à quoi bon y vivre. Attention, rien de bien suicidaire en fait, pas du tout mais comment le rendre meilleur ? Pourquoi tout le monde s’en contentait au lieu de l’améliorer. Etais-je la seule à le penser parfois tellement difficile ? Depuis quelques jours, j’allais légèrement mieux. Comme peuvent le chanter plusieurs groupes, l’on passe par les degrés de la séparation. Je n’y échappais pas. Je ne déprimais plus vraiment, je m’isolais encore, je ne voulais pas m’imposer aux autres dans mon monde : l’amour ça craint. J’avais encore du mal à me détacher de ces sentiments tellement médiocres que l’on peut ressentir. Comme un objet, ils étaient encore là. Douloureux pour dire de ne pas me laisser en paix.  Je me jetais surtout à corps et âme dans mon boulot, un peu beaucoup trop pour tout vous avouer. J’y passais des heures à soigner les animaux, allant parfois en chercher en forêt quand on me prévenait. Là, c’était encore une urgence. Dehors, il faisait moches, clairement oui. L’orage était réveillé, et pas du bon pied. La pluie tombait à sanglot. Il devait être seulement 9 heures du matin et oui. Je n’avais même pas déjeunée avant de recevoir l’appel d’un garde forestier qui m’annonçait avoir trouvé un écureuil coincé dans un grillage. Il l’en avait sorti mais celui-ci en était assez blessé. J’étais allée alors là-bas à 30 minutes de routes. Une fois rentrée, l’animal dans mon coffre, j’étais sortie de la voiture avant d’aller chercher la couverture dans laquelle la bête était endormie. Je souriais doucement en la regardant car de toutes apparences, c’était une femelle. Je souriais doucement. Le pouvoir des femmes. « Hey puce, je vais m’occuper de toi puis tu retourneras dans la forêt, promis ! », oui bah à défaut de parler aux êtres humains je parle aux animaux. Je souriais doucement en caressant doucement son oreille avant de boucler la portière et monter en direction de mon appartement, cavalant les marches tout un parapluie. J’avais tout ce qu’il me fallait pour m’en occuper. Je ne voulais pas trop passer ma matinée de congé dans mon cabinet. Alors que j’y arrivais, j’ouvris la porte avant de la refermer aussi rapidement. Et hop, bien au chaud. J’approchais du canapé en posant la bête dessus en entendant les pattes de Charlie qui approchait, curieux. « Restes là, mon pote. Tu vas lui faire peur ! », alors qu’il faisait son petit bruit tout triste du chien puni, il reculait. Je riais, amusée par sa réaction en lui flattant le dessus de la tête. « Gentil chien ! », disais-je avant de me redresser en retirant ma veste et allant refermer mon parapluie. Je retirais mon écharpe et j’allais mettre tout ça sur le porte-manteau. J’inspirais doucement en regardant après mon portable. Il fallait vraiment que je trouve le courage d’y retourner car je ne réalisais pas vraiment qu’il était encore à l’hôpital. Depuis mon départ précipité, je me sentais tellement nulle pour bien des raisons et d’autres qui sont encore secrètes en quelques sortes. J’inspirais doucement en posant mon regard vers l’écureuil en inspirant doucement. J’allais vers la sacoche en prenant alors ma tablette avant de faire une recherche sur google. Les écureuils étaient des bêtes que je connaissais un peu moins dans la morphologie en quelques sortes. Je préférais vérifier tout de même. Je ne voulais pas faire de bêtises. J’ouvrais alors mon sac avant de prendre une seringue, à nouveau et lui injectant une nouvelle dose de morphine. Il fallait avouer que je lui avais donné une dose qui même ne serait pas efficace pour une petite souris. J’inspirais doucement en prenant mon désinfectant et regardant rapidement sa plaie. « On va en mettre encore un peu pour être sûre, chérie ! », soufflais-je avant de lui en appliquer une petite dose de plus tandis que je fermais les yeux en me laissant glisser au pied du canapé. J’étais totalement achevée. Ma nuit avait été assez courte. C’est alors que la sonnette retentie, me donnant ainsi un sursaut de surprises. « Je suis là, je suis là ! », disais-je sans vraiment de raisons car personne ne devrait m’entendre. Pour éviter que la bête ne tombe, je prenais le « colis » dans mes bras. Un écureuil pour bambin à bercer. Non, je ne vais pas sembler totalement siphonnée. J’allais donc ouvrir la porte et là, bam. Surprise. Je tentais un sourire mélangée entre la gêne, la joie, la honte et la surprise. « Je… euh… Bonjour… Entres ! », en voila une drôle d’accueil mais bon.


❝ loves the silence ❞
Take a look at my body, Look at my hands. Your face-saving promises, whispered like prayers. Because I've been treated so wrong, I've been treated so long as if I'm becoming untouchable. Well, content loves the silence, it thrives in the dark with fine winding tendrils That strangle the heart They say that promises sweeten the blow. I'm the slow dying flower In the frost killing hour Sweet turning sour band untouchable. Oh, I need The sweetness, The sadness, The weakness, a lullaby, A kiss good night. Angel sweet love of my life. Do you remember the way that you touched me before, All the trembling sweetness I loved and adored. Can you see me, Do you want me, Can you reach me. You better shut your mouth And hold your breath And kiss me now.r shut your mouth and hold your breath and kiss me now.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.los-vecinos.net/
Mattia R. Cortès
avatar
NOUVEAU
◗ je visite encore l'appart
Aides le forum, votes NOUVEAU◗ je visite encore l'appart

LES INFOS
MAMAMIA


✔ METIER : Professeur des écoles
✔ SURNOMS : Matti, Mat'
✔ CITATION : "one day baby we'll be old, and think of all the stories that we could have told..."

© CRÉDITS : (c)
★ AVATAR : stephen amell.
✔ PSEUDO : pain d'ep
€ EUROS : 7495
✔ MESSAGES : 30
✔ INSCRIPTION : 24/09/2013
AND MORE
MessageSujet: Re: ▷would you lie with me and just forget the world ? feat Mattia   Mer 20 Nov - 12:12

Esmeralda & Mattia
would you lie with me and just forget the world ?
Assis dans le canapé, ma petite princesse dans les bras, je profite d’un moment de bonheur avec elle. Ma sœur est partie au travail il y a quelques minutes et Nola est en train de s’endormir contre moi. Cela fait deux jours que je suis rentré de l’hôpital et je suis littéralement en train de revivre. Ils m’ont gardé près d’une semaine en observation et j’étais vraiment sur le point de faire une crise de nerf lorsqu’ils ont décidé de bien vouloir me laisser sortir. Elya a pris le temps de m’expliquer tout ce que j’avais pu manquer pendant deux mois et finalement elle m’avait amené Nola. Ma princesse qui a bien grandi. Ses deux petites dents de devant sont enfin sortie, elle sait se tenir assise toute seule et elle à l’air bien plus éveillée. Désormais elle prend juste un biberon le matin et un le soir avant de dormir, mais sinon c’est petit pot aux légumes et tout le reste. Ma fille grandie et cela me fait bizarre. Alors depuis que je suis rentré, je reste constamment scotcher à elle. Je n’avais vraiment pas prévu de l’avoir dans ma vie. Je hurlais à la terre entière que je ne voulais pas d’enfant et puis mon regard à croiser celui de Nola et désormais je ne pourrais plus me séparer d’elle. Alors voilà. Je reste avec elle. Constamment. Hier soir je l’ai même regardé dormir pendant trois heures. Obsédé le père ? Un peu. Enfin. Ca se comprend aussi. Elle ne m’as pas vu pendant deux mois et le sourire qu’elle m’a offert quand elle m’a revue a fait fondre mon petit cœur. Une nouvelle fois, je la regarde dormir. Un bruit à l’extérieur attire mon attention et je relève la tête. Mon regard se pose alors sur le sac à main d’Esmeralda. Elle est la première personne que j’ai vue en me réveillant et nous avons très rapidement sympathisé, avant qu’elle ne prenne la fuite en courant. On parlait un peu de nos enfances et visiblement elle n’as pas du tout apprécié. Elle m’avait aussi appris qu’elle venait de rompre avec son petit ami et je me dis que c’est peut être aussi cela qui l’as déstabilisée. Mais quand même. Je ne m’attendais pas à la voir disparaître aussi rapidement. Elle est partie tellement vite qu’elle n’est même pas repassé par ma chambre où elle avait laissé son sac et sa veste. A l’intérieur j’avais aussi découvert son portable qui avait sonné quelques fois avant que je ne l’éteigne. Je n’ai pas eu le temps de contacter la jeune femme, mais je me dis qu’il serait tout de même temps de lui rendre son bien. Je jette de nouveau un regard sur ma fille et décide de me lever doucement. Je dépose Nola dans son berceau et repart sur la pointe des pieds direction la salle de bain. Je prends une bonne douche et m’habille de manière décontracté mais pas trop. Je jette un coup d’œil dans le miroir, pas trop mal. J’ai un peu trop maigri quand même. Enfin. Je ne vais pas draguer, je vais juste rendre un sac à main. Elya n’étant pas là, je décide d’emmener Nola avec moi. Le temps de ma douche elle a eu le temps de se réveiller. Elle c’était juste assoupie après que l’on est bien jouer tous les deux. Je la sors de son petit lit et l’habille rapidement avant de la poser dans sa poussette. Je préfère éviter la voiture pour le moment et puis je me suis rendu compte qu’Esmeralda ne vivait pas très loin de chez moi. J’arrive donc assez rapidement devant son immeuble. Je prends l’ascenseur après m’être renseigné sur l’étage et me retrouve devant la porte de la jeune femme. Je me sens un peu nerveux d’un seul coup. Je décide tout de même de sonner. Une minute plus tard, la jolie blonde m’ouvre la porte un écureuil endormi dans le creux de ses bras. J’hallucine ou ? Enfin pas le temps de dire quoique ce soit que j’entends Esmeralda bégayer avant de me proposer d’entrer. « Je veux pas te déranger… » Je pointe la poussette du doigt et finis par me pencher pour fouiller dans le panier dessous et sortir son sac et sa veste. « Je voulais juste te rendre ça. » dis-je en lui tendant avant de me rendre compte qu’elle avait les bras pris. « Sympa la petite bête ! » Sympa la petite bête, non mais t’as pas trouvé mieux idiot ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esmeralda G. Cruz
avatar
fondatrice
◗ la grande gentille louve
Aides le forum, votes fondatrice◗ la grande gentille louve

LES INFOS popop


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 10 janvier
✔ METIER : Vétérinaire
✔ CUPIDON : Et si vous saviez !
✔ HUMEUR : Bueno, mon kinder
✔ SURNOMS : Nessie mais seulement de mon frére. Les autres n'ont pas intêret à me nommer ainsi. Sinon Ezzy, Mel, Elda, Eliz et j'en passe.
✔ CHOSES A FAIRE : - M'occuper du chihuahua du voisin !
- Opérer les chatons de Madame Chevreuil.
- Passer voir Gabriel !

✔ CITATION : En fait tous les hommes sont des bêtes avant de trouver la femme parfaite au fond. Croquant alors à pleine dent la vie de célibataire en grognant de femmes en femmes… en dévorant certaines du regard pour en faire le diner dans une soupe chaude au lit pour ensuite les laisser rentrant et ne plus les revoir. Les hommes sont des bêtes et ensuite… ils rencontrent la belle… ils deviennent plus sérieux en ne grognant que sur une seule femme et ayant alors une soupe chaude dans leur lit toutes les nuits.

© CRÉDITS : ...
★ AVATAR : Emily Van Camp
✔ PSEUDO : Crazy Bunny
€ EUROS : 8932
✔ MESSAGES : 238
✔ INSCRIPTION : 23/10/2012
✔ PAYS : Belgique
AND MORE
MessageSujet: Re: ▷would you lie with me and just forget the world ? feat Mattia   Dim 24 Nov - 12:11

Esmeralda & Mattia
a fell into the moon
La vie est pleine de surprises, totalement même. Elle vous offre parfois des cadeaux mais ce qui est dangereux c’est qu’on ignore toujours s’ils sont bons ou mauvais pour vous. Je n’arrivais jamais à savoir ou étaient les bonnes choses ou les mauvaises. Parfois le destin peut vous jouer réellement de tours. Vous offrir tout sur un plateau mais vous le reprendre aussitôt. J’étais comme un enfant auquel l’on avait offert le bonheur pour lui retirer lâchement. Je n’étais pas vraiment partisante des surprises par moment mais les mauvaises. Les bonnes, je les adorais mais alors que j’avais un écureuil dans les bras, j’ouvrais la porte et surprise. Bonne ou mauvaise ? Je ne saurais pas vraiment le dire. Tout ce que je savais état que c’était à prévoir. Maintenant ou plus tard ou quand je me serais décidé. La vie vous prend souvent au dépourvu, par surprise et BIM. Sur le coup, j’en perdais mes mots, comme une idiote. Blonde un jour, blonde toujours. Je lui proposais de rentrer. Logique car il faisait froid, le pallier donnant directement sur l’extérieur, j’en sentais le vent et la pluie glaciale d’hiver. Je souriais doucement quand il disait ne pas vouloir me déranger. « Non, non, ne t’inquiètes pas ! », disais-je tout naturellement, encore un peu prise au dépourvu mais il était impossible de me déranger en ce jour bien ennuyeux à couver un écureuil. Je devais passer pour une cinglée, là. Je riais nerveusement en le voyant fouiller. Je savais déjà ce qu’il allait me tendre, logique. Je ne pouvais cependant rien prendre. Je riais en l’entendant me dire que la petite bête était sympa. « Je trouve aussi… elle sort de mon labo, je tente de faire des écureuils mutants ! », plaisantais-je sur le coup mais mon petit doigt me disait que l’idée n’était clairement pas bonne sur le coup. Je le regardais attentivement. « Je plaisante bien sûr enfin… pour le labo mais peut-être pas pour le mutant. », par ce que oui pour avoir été se coincer ainsi dans un grillage, cet écureuil devait avoir un cerveau de pois chiche. Je me poussais un peu plus pour la poussette en souriant doucement. « Tu ne me déranges pas enfin vous… », oui par ce qu’ils sont deux. Sisi, je suis blonde mais je sais compter quand même. Oui, c’est un miracle mais chut. J’allais alors de nouveau vers le canapé, prenant la petite bête pour la coincée dans son draps entre deux coussins. « Plus sérieusement, elle s’est coincée la queue et la patte dans un grillage, le garde forestier m’a appelé ! », je souriais doucement. « Je suis une vétérinaire aussi passionnée dans mon genre… », soufflais-je en surveillant qu’elle ne tombe pas et regardant Charlie, le toutou. « Tu la surveilles, buddy ? », disais-je alors que ce chien se mettait à côté du canapé en allant sentir l’écureuil. Je me redressais en allant vers Mattia à nouveau et souriant en prenant le sac et la veste. « Merci beaucoup ! », soufflais-je en riant nerveusement. « Et je suis… désolée ! », oui d’être partie comme une voleuse sans vraiment expliquer pourquoi ? Tout moi, aussi instable qu’un cornichon. « Je suis blonde, parfois j’agie comme une idiote… mais je suis douée pour me rattraper ou recevoir. Je peux te proposer un café ? Ou n’importe. Un thé, une soupe, un peu de sang d’écureuil, c’est bon pour les neurones parait-il. », oui, bon j’avais peut-être fumée un peu… si je fumais bien sûr car je ne fume pas mais j’étais tellement nerveuse qu’à nouveau : je lâchais des conneries.


❝ loves the silence ❞
Take a look at my body, Look at my hands. Your face-saving promises, whispered like prayers. Because I've been treated so wrong, I've been treated so long as if I'm becoming untouchable. Well, content loves the silence, it thrives in the dark with fine winding tendrils That strangle the heart They say that promises sweeten the blow. I'm the slow dying flower In the frost killing hour Sweet turning sour band untouchable. Oh, I need The sweetness, The sadness, The weakness, a lullaby, A kiss good night. Angel sweet love of my life. Do you remember the way that you touched me before, All the trembling sweetness I loved and adored. Can you see me, Do you want me, Can you reach me. You better shut your mouth And hold your breath And kiss me now.r shut your mouth and hold your breath and kiss me now.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.los-vecinos.net/
El Bandito
avatar
NOUVEAU
◗ je visite encore l'appart
Aides le forum, votes NOUVEAU◗ je visite encore l'appart

LES INFOS
MAMAMIA


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : Un jour
✔ APPARTEMENT : Tous vos appartements
✔ METIER : Voleur ♥
✔ CUPIDON : Il ne touchera pas à ma petite fleur !
✔ HUMEUR : Je suis d'humeur à commettre quelques cambriolages
✔ SURNOMS : ...
✔ CHOSES A FAIRE : Cambrioler vos appartements
✔ CITATION : Je ne suis pas Robin des bois mais je suis un voleur.

© CRÉDITS : Strawberry Insane
★ AVATAR : Inconnu
✔ PSEUDO : quelqu'un
€ EUROS : 7477
✔ MESSAGES : 9
✔ INSCRIPTION : 25/11/2013
✔ PAYS : Espagne
AND MORE
MessageSujet: Re: ▷would you lie with me and just forget the world ? feat Mattia   Lun 25 Nov - 12:35

Mattia, tu es ma victime ! a écrit:
Alors que tout va bien ou presque, tu l'ignores mais ton appartement est actuellement en train d'être fouillé par El Bandita, le voleur du coin. Libre à toi de choisir ce qui disparait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mattia R. Cortès
avatar
NOUVEAU
◗ je visite encore l'appart
Aides le forum, votes NOUVEAU◗ je visite encore l'appart

LES INFOS
MAMAMIA


✔ METIER : Professeur des écoles
✔ SURNOMS : Matti, Mat'
✔ CITATION : "one day baby we'll be old, and think of all the stories that we could have told..."

© CRÉDITS : (c)
★ AVATAR : stephen amell.
✔ PSEUDO : pain d'ep
€ EUROS : 7495
✔ MESSAGES : 30
✔ INSCRIPTION : 24/09/2013
AND MORE
MessageSujet: Re: ▷would you lie with me and just forget the world ? feat Mattia   Sam 30 Nov - 13:26

Esmeralda & Mattia
would you lie with me and just forget the world ?
Je ne m’attendais pas vraiment à voir Esmeralda avec un petit animal entre les bras. Enfin cela aurait été un chat je pense que je n’aurais pratiquement rien remarqué, mais là… Un écureuil. Ce n’est tout de même pas quelque chose que l’on voit couramment chez les gens. Surtout que ce petit écureuil à l’air un peu… Mort. Enfin endormi ça c’est sûr, parce que je ne pense pas qu’elle s’amuserait à se trimballer avec un animal mort quand même. Bref. Je me sens juste mal à l’aise d’un seul coup. Je voulais juste lui ramener son sac, je devrais ne pas me sentir mal à cause de cela, mais c’est le cas. Du coup, j’ai l’impression de déranger et je commence à bégayer comme un adolescent. Mais qu’est-ce qui m’arrive d’un seul coup. J’ai plus quinze ans et pourtant j’ai l’impression d’être de nouveau un adolescent face à elle. C’est complètement idiot. J’essaye de me reprendre, mais je perds de nouveau pied lorsque la jeune femme me fait remarquer qu’elle tente de faire des écureuils mutants. Je fronce les sourcils et mon regard finis par croiser le sien. J’avais cru comprendre dès notre première rencontre qu’elle était du genre à faire de l’humour. Surtout avec moi. Mais je dois avouer que parfois j’ai un peu du mal à comprendre l’humour des autres. Je sais que le mien est également particulier, mais bon… Enfin je ne relève pas et lui fait un petit sourire. Finalement, la jeune femme me dit que tout va bien et que je ne la dérange vraiment pas. « Oui désolé de débarquer à deux, mais j’étais tout seul avec elle. » Je vais passer la partie : je ne veux absolument plus laisser ma fille seule ou avec quelqu’un d’autre alors que je peux la garder avec moi. Je ne veux pas qu’elle me prenne pour un dingue non plus. J’entre donc chez elle en traînant la poussette de ma princesse derrière moi. Je jette un œil à l’intérieur du couffin. Nola dort toujours, j’espère qu’elle va rester bien sage. Je regarde Esmeralda reposer la petite bête qu’elle avait dans les bras sur son canapé et demander à son chien de bien la surveiller. A quoi faire, je crois que je préfère le chien. Il a l’air d’être une brave bête en plus. La jeune femme revient vers moi et je finis par lui confier sa veste et son sac à main, histoire que je ne reparte pas avec. Ce serait idiot quand même. La blondinette s’excuse pour être partie en coup de vent la dernière fois. « C’est pas grave. » Je ne veux pas lui tirer les vers du nez non plus. Ce serait dommage qu’elle se mette à fuir son propre appartement. « J’espère juste que ce n’était pas de ma faute. » finis-je par lui dire doucement. Je lui offre de nouveau un petit sourire tandis qu’elle me parle d’une manière assez rapide. Elle veut se rattraper et me propose tout un tas de trucs pour se faire pardonner. Sa liste et sur la dernière proposition me fait rire aux éclats. « Je prendrais bien un café. On verra plus tard pour le sang d’écureuil. » J’ai l’impression que c’est moi qui la met mal à l’aise d’un seul coup. Je suis la jeune femme et alors qu’elle était en train de nous préparer du café, j’entends un petit pleurs derrière moi. Puis soudain un gros sanglot. Il ne me faudra pas longtemps pour comprendre que c’est Nola qui se manifeste depuis sa poussette. Je retourne dans le salon et vais chercher ma fille. Elle doit se demander où elle ai et c’est pour cela que je viens tout de suite la prendre dans mes bras pour la rassurer. « Bah alors on a un gros chagrin ? » Nola se remet à pleurer et je rigole nerveusement avant de la bercer quelque peu. Elle s’accroche à mon pull et pose sa petite tête sur mon torse. Je reviens donc dans la cuisine avec elle et offre un petit sourire désolé à Esmeralda. « Je crois qu’elle voulait faire ta connaissance. » Je me rapproche de la blondinette et me tourne légèrement pour qu’elle puisse voir ma fille. « Esmeralda voici Nola. » La jeune femme pose une tasse de café sur la table devant moi et je relève les yeux vers elle. « Vraiment merci pour le café. Je te laisse tranquille après. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esmeralda G. Cruz
avatar
fondatrice
◗ la grande gentille louve
Aides le forum, votes fondatrice◗ la grande gentille louve

LES INFOS popop


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 10 janvier
✔ METIER : Vétérinaire
✔ CUPIDON : Et si vous saviez !
✔ HUMEUR : Bueno, mon kinder
✔ SURNOMS : Nessie mais seulement de mon frére. Les autres n'ont pas intêret à me nommer ainsi. Sinon Ezzy, Mel, Elda, Eliz et j'en passe.
✔ CHOSES A FAIRE : - M'occuper du chihuahua du voisin !
- Opérer les chatons de Madame Chevreuil.
- Passer voir Gabriel !

✔ CITATION : En fait tous les hommes sont des bêtes avant de trouver la femme parfaite au fond. Croquant alors à pleine dent la vie de célibataire en grognant de femmes en femmes… en dévorant certaines du regard pour en faire le diner dans une soupe chaude au lit pour ensuite les laisser rentrant et ne plus les revoir. Les hommes sont des bêtes et ensuite… ils rencontrent la belle… ils deviennent plus sérieux en ne grognant que sur une seule femme et ayant alors une soupe chaude dans leur lit toutes les nuits.

© CRÉDITS : ...
★ AVATAR : Emily Van Camp
✔ PSEUDO : Crazy Bunny
€ EUROS : 8932
✔ MESSAGES : 238
✔ INSCRIPTION : 23/10/2012
✔ PAYS : Belgique
AND MORE
MessageSujet: Re: ▷would you lie with me and just forget the world ? feat Mattia   Dim 1 Déc - 6:59

Esmeralda & Mattia
a fell into the moon
Un sourire se dessinait sur mes lèvres alors qu’il était désolé de ne pas venir seul mais ce n’était rien, je ne pouvais pas lui en vouloir puis bon, logique comme il avait raté quelques moments avec sa fille pendant qu’il ne dormait pas ma faute. Moi et mon don d’endormir. Un peu soporifique, pauvre fille que je suis par moment. Hin hin ! Il fallait que je dise un truc pour le mettre plus à l’aise ou ne pas qu’il se sente gêné d’être venu avec elle. Un truc, vite… mais ça ne voulait pas venir. Bon, il le fallait. Je souriais toujours. « Plus on est de fous, plus on rit ! », bon je voulais dire un truc mais pas une connerie. Bon dieu, je suis un cas social par moment, sérieusement. Je me sentais gênée tout d’un coup mais cette gêne partie aussitôt pour laisser place aux bêtises que je pouvais dire, commençant même par m’excuser, imbécile que j’étais tout de même. « Non, non ! », rajoutais-je en souriant alors qu’il espérait ne pas être fautif. Je proposais ainsi plusieurs choses sérieuse mais aussi loufoque. Du sang d’écureuil ? Mais ou étais-je aller chercher ça ? Il allait finir par fuir aussi, mince. Je grimaçais doucement en baissant le regard mais néanmoins, riant alors qu’il disait qu’on verrait plus tard pour le sang. « Bonne idée ! », soufflais-je en allant vers la cuisine pour préparer donc le café, prenant tout ce qu’il allait, mettent la dose pour qu’il soit excellent. C’est alors que je mettais le bouton pour lancer la machine en route et là, des légers pleurent. J’avais toujours trouvée ça attachant, les pleures d’un bébé. Pas ceux qui agacent mais ceux qui leur servent de communications. Je souriais doucement en tournant mon regard vers eux. Punaise, faut pas car c’était trop mignon. J’en buguais quelques minutes alors qu’il lui parlait et me retournant aussitôt. Oui, bah je suis faible quand même, un homme avec un bébé, c’est assez magique à voir. Je souriais doucement alors qu’il se rapprochait, priant aussi secrètement de ne plus buguer sur cette image attendrissante. « Me rencontre ? », répétais-je idiotement, comme si je n’avais pas compris quand même. Voilà comment passer pour une blonde naturellement. Je souriais en stoppant toutes activité et le regardant mais regardant aussi Nola en souriant. « Hey ! Enchantée, elle est magnifique. », disais-je en faisant un petit signe de main assez niais sur le coup mais c’est un bébé… ça rend tout le monde niais surtout moi malgré mes réactions parfois avec des bébés. Je finissais par servir le café et les posant en prenant aussitôt le sucre dans l’armoire, souriante alors qu’il disait merci. Je le regardais attentivement en riant. Pourquoi je riais ? J’avais une idée en tête qui allait surement paraitre un peu folle sur le coup, peut-être même faire peur mais chut, je suis toujours tellement effrayante. « Ok… », disais-je en prenant le lait dans le frigo. Et là, j’ouvris le bouchon en souriant alors que je le regardais. « Ca c’est bien passé à l’hôpital ? Enfin ils t’… », je parlais tout discrètement alors que le bras derrière son épaule, j’avais la bouteille de lait prête à se verser sur son épaule. « … laissés sortir facile… », et paf, je versais du lait sur lui, amusée. « Oups pardon, pas fait exprès ! », prétextais-je donc mais bon, soyons franc, je l’avais fait exprès. « Bon… bah tu me laisserais tranquille une fois tout propre apparemment… je ne peux pas te laisser partir comme ça ! », disais-je alors en me vendant même légèrement alors que j reposais la bouteille de lait sur le plan de travail. « En plus, souviens-toi, j’adorais te regarder nu quand tu étais dans le coma ! », disais-je toujours en plaisantant, je n’étais pas vraiment ainsi, une perverse. « Si tu veux, je peux la porter pendant… que… », je riais nerveusement. « Répares ma maladresse ! », disais-je en souriant.


❝ loves the silence ❞
Take a look at my body, Look at my hands. Your face-saving promises, whispered like prayers. Because I've been treated so wrong, I've been treated so long as if I'm becoming untouchable. Well, content loves the silence, it thrives in the dark with fine winding tendrils That strangle the heart They say that promises sweeten the blow. I'm the slow dying flower In the frost killing hour Sweet turning sour band untouchable. Oh, I need The sweetness, The sadness, The weakness, a lullaby, A kiss good night. Angel sweet love of my life. Do you remember the way that you touched me before, All the trembling sweetness I loved and adored. Can you see me, Do you want me, Can you reach me. You better shut your mouth And hold your breath And kiss me now.r shut your mouth and hold your breath and kiss me now.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.los-vecinos.net/
Mattia R. Cortès
avatar
NOUVEAU
◗ je visite encore l'appart
Aides le forum, votes NOUVEAU◗ je visite encore l'appart

LES INFOS
MAMAMIA


✔ METIER : Professeur des écoles
✔ SURNOMS : Matti, Mat'
✔ CITATION : "one day baby we'll be old, and think of all the stories that we could have told..."

© CRÉDITS : (c)
★ AVATAR : stephen amell.
✔ PSEUDO : pain d'ep
€ EUROS : 7495
✔ MESSAGES : 30
✔ INSCRIPTION : 24/09/2013
AND MORE
MessageSujet: Re: ▷would you lie with me and just forget the world ? feat Mattia   Mer 4 Déc - 23:40

Esmeralda & Mattia
would you lie with me and just forget the world ?
Plus on est de fous, plus on rit. Cela me fait sourire. Je ne connais presque pas Esmeralda, dans le fond, mais je dois dire que je l’apprécie déjà beaucoup pour sa façon de tout tourner à la dérision ou à l’humour. Nous avions abordé des sujets assez durs et visiblement douloureux pour elle à l’hôpital, mais je n’ai pas l’intention de faire la même bêtise une deuxième fois. Je l’apprécie réellement. Elle semble être une femme qui mord la vie à pleine dents et il faut avouer que dans un monde comme le nôtre, cela fait du bien de voir quelqu’un comme cela. Je lui fais donc un petit sourire et décide de me détendre un peu. Je ne vois pas pourquoi je me stresserais alors que pour elle tout semble parfaitement normal. Nola n’est pas un petit monstre non plus, je suis persuadé qu’elle va à peine se faire remarquer durant tout le temps que nous passerons ici. La jeune femme m’assure qu’elle n’avait pas pris la fuite à cause de moi et je dois avouer que cela me rassure tout de même. Parce que je n’avais pas du tout cherché à la blesser. Loin de là. Enfin. Visiblement je n’ai pas du tout de souci à me faire. Elle semble même heureuse de me voir et cela me fait sourire, je dois l’avouer. Parce que oui je ne la connais pas beaucoup, mais je l’apprécie réellement. Elle a l’air d’être une femme en or. J’ai du mal à faire confiance aux femmes, mais j’apprécie Esmeralda. C’est bien pour cela que je finis par accepter le café qu’elle m’offre. Je me sens toujours un peu mal à l’aise, mais je fais vraiment tout pour me détendre. Il n’y a pas de raison après tout. Il faut que j’arrête de me mettre la pression. Cela ne sert à rien après tout. J’allais définitivement me détendre lorsque j’entends les pleurs de ma fille depuis le salon. Je grimace quelque peu, mais finis par aller chercher ma princesse qui s’énerve un peu dans son landau. Elle ne sait pas où elle est, mais lorsqu’elle aperçoit mon visage, un petit sourire se dessine sur ses lèvres de bébé. Je la prends doucement dans mes bras et elle ronchonne encore un peu. Je jette un regard à ma montre, cela va bientôt être l’heure de son biberon, mais elle ne doit pas encore avoir faim. Alors je reviens avec Nola dans la cuisine. Je lui présente Esmeralda qui sourit béatement elle aussi. Cela me fait sourire. Elle me dit que ma fille est magnifique et je dois avouer que cela me fait plaisir. On ne me parle pas souvent de Nola, mais j’aime savoir qu’elle à l’air d’aller bien et que finalement je m’occupe plutôt bien d’elle. « Merci. » Nola regarde la jeune femme comme si elle était une extra-terrestre. Ma fille est légèrement sauvage lorsqu’elle rencontre des gens qu’elle ne connaît pas du tout. Mais elle n’as pas l’air de vouloir pleurer à nouveau donc cela va bien se passer. Je pense. Une nouvelle fois, je dis à Esmeralda que je prends juste le café et que je finirais par partir. Ma réponse semble la décevoir quelque peu et je tente de sourire pour détendre l’atmosphère. Je m’assois sur la chaise qu’elle me tend et positionne Nola sur mes genoux. Maintenant elle a huit mois, elle sait ce tenir assise toute seule et elle adore cela. Alors j’essaye de le faire le plus possible. Et alors qu’Esmeralda me questionne sur ma sortie de l’hôpital, je sens un liquide froid me couler sur l’épaule. Je me retourne rapidement et remarque qu’Esmeralda à échapper la bouteille de lait. « Oh c’est pas grave. Tant pis. » Elle insiste pour nettoyer mon tee-shirt et de nouveau elle me fait une remarque sur le fait que j’ai finis à l’hôpital à cause d’elle. Elle s’emballe un peu dans ses paroles et cela me fait sourire. « Ne t’inquiète pas. » Pourtant elle insiste. Elle veut vraiment réparer sa bêtise et dans le fond je comprends et je ne peux pas vraiment refuser son geste. Nola me regarde et je finis par la confier à Esmeralda. J’attends deux petites secondes, mais elle ne pleure pas et cela me fait sourire. « Je vous laisse faire connaissance alors. » Esmeralda semble assez à l’aise. Je retourne dans le salon et ôte mon pull pour me retrouver en tee-shirt. C’est toujours mieux que torse nu quand même. Mais rapidement je remarque que mon tee-shirt à un trou et un peu de vomis de bébé aussi. Je me suis habiller à la va-vite ce matin. Ca m’apprendra. C’est un peu honteux que je reviens dans la cuisine. « Regarde pas mon tee-shirt hein. » dis-je alors en riant. Je pose mon pull sur la table de la cuisine et plonge de nouveau mon regard dans celui de la jeune blondinette. « Tu n’es pas obliger de le laver, je ferais ça en rentrant. » Je regarde de nouveau la jeune femme et souris. « Tu as l’air de bien te débrouiller. Tu ne voudrais pas jouer la nounou de temps en temps ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esmeralda G. Cruz
avatar
fondatrice
◗ la grande gentille louve
Aides le forum, votes fondatrice◗ la grande gentille louve

LES INFOS popop


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 10 janvier
✔ METIER : Vétérinaire
✔ CUPIDON : Et si vous saviez !
✔ HUMEUR : Bueno, mon kinder
✔ SURNOMS : Nessie mais seulement de mon frére. Les autres n'ont pas intêret à me nommer ainsi. Sinon Ezzy, Mel, Elda, Eliz et j'en passe.
✔ CHOSES A FAIRE : - M'occuper du chihuahua du voisin !
- Opérer les chatons de Madame Chevreuil.
- Passer voir Gabriel !

✔ CITATION : En fait tous les hommes sont des bêtes avant de trouver la femme parfaite au fond. Croquant alors à pleine dent la vie de célibataire en grognant de femmes en femmes… en dévorant certaines du regard pour en faire le diner dans une soupe chaude au lit pour ensuite les laisser rentrant et ne plus les revoir. Les hommes sont des bêtes et ensuite… ils rencontrent la belle… ils deviennent plus sérieux en ne grognant que sur une seule femme et ayant alors une soupe chaude dans leur lit toutes les nuits.

© CRÉDITS : ...
★ AVATAR : Emily Van Camp
✔ PSEUDO : Crazy Bunny
€ EUROS : 8932
✔ MESSAGES : 238
✔ INSCRIPTION : 23/10/2012
✔ PAYS : Belgique
AND MORE
MessageSujet: Re: ▷would you lie with me and just forget the world ? feat Mattia   Sam 21 Déc - 13:28

Esmeralda & Mattia
a fell into the moon
Il fallait avouer que punaise, oh grand punaise, j’étais maladroite par moment mais là, je le faisais tout naturellement exprès. Cela peut paraitre étrange alors que j’étais partie en courant mais j’avais tellement besoin de me rattraper, moins culpabiliser pour les 7 semaines qu’il avait passé loin de cet enfant qu’il tenait encore dans les bras. Allait-il voir que j’avais prémédité mon acte de maladresse pour qu’il reste plus longtemps ? Je n’en savais rien même si j’avais peur d’avoir été trop subtile pendant un instant et pas assez la seconde d’après. Je crains, je suis au courant. Je suis pire qu’un babouin. J’en oubliais presque même le petit écureuil dans le canapé. Pauvre bête. Mais ça ne semblait pas grave, je me doutais aussitôt qu’il n’avait pas remarqué que j’étais coupable et que j’assumais. Cela me soulageait en quelques sortes. J’avais un peu peur du message que l’on pourrait y lire. Une invitation au striptease ? Non pas devant un enfant. Je ne savais pas réellement comment il voyait ce geste, pas du tout même. Je souriais, il me disait de ne pas m’inquiéter mais en fait, pas du tout. J’étais même soulagée car ça allait laisser plus de temps… devant moi pour en fait au final, je me disais que j’étais vraiment bizarre à mes yeux mais au sien ? Fiou, passé pour une cinglée. Rien de bien nouveau, j’en avais l’habitude mais alors qu’il me passait son bébé, bien différent. J’étais un peu tendue sur le coup. Je la regardais en la prenant contre moi. Je me devais de faire attention. J’étais habile avec les enfants et j’avais toujours un feeling avec eux même si je cachais bien des choses dans ce domaine que j’aimais assez garder en secret. Cela ne m’empêchait pas pourtant d’adorer les enfants, bien trop même. Je souriais doucement. « On a beaucoup de choses à se dire ! », disais-je en lui souriant. « Alors dis-moi, tu connais des secrets sur ton papa ? », demandais-je en me doutant bien que je n’aurais jamais de réponses mais il fallait avouer que ça m’amusait de poser ce genre de questions et en plus l’avantage d’avoir une cuisine américaine implantée dans le salon était que je n’avais pas de mur enfin si, une cloison mais pas totalement fermée, mon œil n’était que voyeur mais chut. Roh, je reste un être humain même si j’ai le cœur brisé. Et il fallait l’avouer, il avait tout pour plaire. C’est quand il revient que je souriais, m’étant entre temps assise sur un tabouret et caressant la main de Nola, pourquoi ? Cela avait le don de rassurer les enfants et les mettre en confiance. Pourquoi ? Je n’en savais rien mais j’avais rapidement remarquée ça avec mes nombreuses rencontres avec des enfants. Je souriais quand il me disait de ne pas regarder son t-shirt. « Quand on veut qu’une personne ne regarde pas il faut éviter de le dire ! », je souriais et oui, je regardais. Oui, enfin pas longtemps alors que je captais son regard, j’en frissonnais presque alors qu’il y plongeait le sien. Les hommes parfois ont le don de jouer avec leur regard. Zouhhh… Je souriais, n’ayant pas le temps de réagir au fait de laver son pull qu’il remarquait que je me débrouillais bien. Je riais. « Oui, il faut avouer que les enfants et moi… on s’entend assez bien en général ! », enfin quand je ne les abandonne pas mais ça, on allait éviter d’en parler car c’était une longue histoire, un secret mort et enterré même s’il ne l’était pas vraiment mais bon. Je riais légèrement. « Tu sais que j’ai fait exprès de verser ce lait sur ton pull au moins ? », lui demandais-je alors en fronçant le nez. « Non pas pour voir un striptease mais… », je riais légèrement. « Un café ne suffit surement pas à me faire déculpabiliser… 5 ou 6… c’est encore trop peu ! », disais-je en le regardant. « En plus, je crois que j’ai été un peu bizarre en quittant l’hôpital ainsi l’autre fois et ne revenant pas, je me dis… qu’il faudrait que je donne une explication même… ou je ne sais pas ! », je riais nerveusement. « On pourrait aussi recommencer du début… les présentations en bon uniforme ! », proposais-je alors en haussant les épaules. « Je ne peux pas fuir… de chez moi ! », soufflais-je sur un ton rassurant. « Je m’appelle Esmeralda, j’ai 27 ans. Je viens de San Sebastián. Je vis à Barcelone depuis 10 ans avec mon chien, lui, Charlie ! », disais-je en le montrant. « Je viens d’une famille nombreuse mais je n’ai plus vue mes parents depuis 15 ans à peu près… Enfin mon père voyage et ma mère vit avec mon… », je souriais doucement. « … un homme que je ne porte pas dans mon cœur ! Barcelone est un peu... l'endroit ou je me cache de lui. », disais-je en lui rendant Nola et lui tentant un vague sourire. Ce chapitre de ma vie, j’étais loin d’être prête à en parler mais le reste, je pouvais. « Et vous m’avez demandé pourquoi je connaissais tant les hôpitaux mais en fait je n'étais pas totalement ouverte, j’ai fait une tentative de suicide quand j’avais 14 ans, j’en suis sortie mais j’y suis restée pendant 1 semaines et depuis 3 ans, je m’occupe d’une association ! Je vais donc régulièrement à l’hôpital pour aider les jeunes filles qui sont passées par là, même les hommes cependant j’ai horreur de ce lieu. Mon ex était un meilleur ami… de l’université en quelque sorte mais aussi mon colocataire… et mon associé. Il était fiancé… je devrais avoir honte et j’en ai honte d’avoir été la maitresse mais voilà ce qu’on en retire à tomber amoureux ! », je riais légèrement. « Si j’ai quittée l’hôpital aussi rapidement, c’est par ce que je gère très mal mes émotions… trop mal. J’étais déprimée, c’était nouveau pour moi enfin… je n’aime pas pleurer devant les gens, ça me glace le sang. Pleurer n’attire que des problèmes, j’ai passé ma vie à le faire dans mon coin sans que personnes ne le voit à faire d’être incapable de m’ouvrir… pourtant on pourrait croire que je viens de le faire mais ce n’est qu’une partie de ma vie… », disais-je en fronçant le nez, un petit truc qu’on avait toujours trouvé mignon chez moi mais j’ignorais pourquoi cependant j’étais toujours ainsi quand je me confiais ou que je parlais simplement de choses dont je n’aimais pas parler. « Mais je pense que je vous dois d’être transparente… Et c'est comme un pansement... plus vite je le retire, moins c'est difficile. », disais-je en lui offrant un sourire.


❝ loves the silence ❞
Take a look at my body, Look at my hands. Your face-saving promises, whispered like prayers. Because I've been treated so wrong, I've been treated so long as if I'm becoming untouchable. Well, content loves the silence, it thrives in the dark with fine winding tendrils That strangle the heart They say that promises sweeten the blow. I'm the slow dying flower In the frost killing hour Sweet turning sour band untouchable. Oh, I need The sweetness, The sadness, The weakness, a lullaby, A kiss good night. Angel sweet love of my life. Do you remember the way that you touched me before, All the trembling sweetness I loved and adored. Can you see me, Do you want me, Can you reach me. You better shut your mouth And hold your breath And kiss me now.r shut your mouth and hold your breath and kiss me now.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.los-vecinos.net/
Mattia R. Cortès
avatar
NOUVEAU
◗ je visite encore l'appart
Aides le forum, votes NOUVEAU◗ je visite encore l'appart

LES INFOS
MAMAMIA


✔ METIER : Professeur des écoles
✔ SURNOMS : Matti, Mat'
✔ CITATION : "one day baby we'll be old, and think of all the stories that we could have told..."

© CRÉDITS : (c)
★ AVATAR : stephen amell.
✔ PSEUDO : pain d'ep
€ EUROS : 7495
✔ MESSAGES : 30
✔ INSCRIPTION : 24/09/2013
AND MORE
MessageSujet: Re: ▷would you lie with me and just forget the world ? feat Mattia   Mar 7 Jan - 11:23

Esmeralda & Mattia
would you lie with me and just forget the world ?
Je venais d’accepter de prendre le café chez Esméralda lorsque cette dernière finis par renverser un peu de lait sur mon épaule alors que j’étais en train de câliner ma fille qui n’avait pas envie de rester seule dans sa poussette. Je dois avouer que j’ai été surpris de recevoir un liquide froid sur l’épaule, mais très rapidement je me lève pour ôter mon pull. Je confie mon bébé à la jeune femme et sa question à Nola me fait sourire. Heureusement que ma fille ne sait pas encore parler, parce que vraiment elle pourrait dire beaucoup de chose sur moi. Comme quoi son père chante comme un pied, qu’il parle souvent tout seul et que surtout il ne sait pas cuisiner, mais que comme elle est un bébé elle n’as pas trop le choix d’avaler ce que je lui prépare. Enfin. Ma fille préfère donc babiller dans les bras d’Esméralda et cela me fait sourire de voir qu’elle ne ce met pas a pleurer quand je m’éloigne. Elle n’est pas vrai habituer aux étrangers, mais visiblement cela ne la dérange pas trop. Je me dirige donc vers le salon et retire mon pull. J’ai un peu honte de me balader en tee shift, parce que j’ai du vomi de bébé dessus et un peu de purée aussi. Autant dire qu’il y a plus propre. Je m’excuse donc auprès de la jeune femme et cela semble la faire sourire. « J’aurais dû me taire je l’avoue. » Je lui souris à nouveau et regarde ma fille qui sourit tranquillement dans les bras de la blondinette. Elle a l’air plutôt bien là-bas et je ne cherche même pas à la reprendre. Finalement je me rapproche tout de même de la jeune femme et reprends mon bébé dans mes bras. Je la couvre de bisous et reprends ma place en face d’Esmeralda. La demoiselle finit par m’avouer qu’elle a fait exprès de me renverser du lait sur l’épaule pour que je reste. Je dois avouer que je commence à trouver cela bizarre. Mais je n’ai même pas le temps d’ouvrir la bouche que la jeune femme enchaîne à une vitesse hallucinante. Elle me fait comprendre qu’elle veut vraiment ce faire pardonner et que pour cela il faudra plus qu’un café. Elle s’excuse également pour son comportement à l’hôpital et pour avoir fuit d’une manière assez inexpliqué. Elle va tellement vite que je n’ai même pas le temps de répondre quoique ce soit. Finalement elle voudrait se présenter dans les bonnes formes et c’est avec un sourire et un hochement de tête que je lui fais signe de se lancer. Donc en moins de cinq minutes j’apprends qu’elle est née dans la même ville que moi, que sa famille est légèrement recomposer comme la mienne et que si elle connaît si bien les hôpitaux c’est parce qu’elle a fait une tentative de suicide quand elle avait quatorze ans. J’ai l’impression de prendre une claque en apprenant cela. C’est dur tout de même comme situation. Mais encore une fois je n’ai pas le temps de dire quoique ce soit qu’elle continue et enchaîne en m’apprenant qu’elle a été la maîtresse de celui qui a été son meilleur ami et visiblement pas mal d’autres choses. Je dois avouer que sur le coup je ne sais plus du tout quoi dire. Elle m’apprend également qu’elle a fuit de l’hôpital parce qu’elle ne voulait surtout pas que je la vois pleurer et sans réfléchir plus longtemps je finis par poser ma main libre sur la sienne. Je lui souris tendrement et finis par lui dire doucement : « Je peux parler maintenant ? » Ma remarque semble la faire sourire et je me dis que c’est déjà cela de gagner. « Je viens de San Sebastiàn moi aussi. J’ai une petite sœur comme tu le sais et mes parents on divorcer alors qu’on était jeune. Mon père c’est jamais occuper de nous et ma mère à décider de quitter la maison. C’est comme ça que j’ai atterris ici. Au Lycée une fille c’est amuser à me briser le cœur, j’étais fou amoureux d’elle et elle se tapait trois mecs en même temps. Après ça j’ai enchaîné les conneries jusqu’à devenir papa. Je n’ai pas une vie très passionnante, mais bon… Tu sais l’essentiel comme cela. » Je lui souris un peu de manière tordue, je dois l’avouer. « Maintenant si tu veux te racheter, je te propose un dîner une fois. Même plusieurs si tu veux. » Je dois dire que c’est bien la première fois que je fais cela depuis longtemps, mais bon… Il faut bien se lancer et je me dis que cela rassurera Esmeralda sur ses intentions. « Sans bébé pour nous embêter si ça te rassure. » Je lui souris à nouveau et finis par ajouter : « Enfin je sais qu’on ne c’est pas vu souvent, mais je crois que je t’apprécie bien. Tu es un peu folle, mais je trouve ça attachant et puis tu dois te faire pardonner. » dis-je en riant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Esmeralda G. Cruz
avatar
fondatrice
◗ la grande gentille louve
Aides le forum, votes fondatrice◗ la grande gentille louve

LES INFOS popop


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 10 janvier
✔ METIER : Vétérinaire
✔ CUPIDON : Et si vous saviez !
✔ HUMEUR : Bueno, mon kinder
✔ SURNOMS : Nessie mais seulement de mon frére. Les autres n'ont pas intêret à me nommer ainsi. Sinon Ezzy, Mel, Elda, Eliz et j'en passe.
✔ CHOSES A FAIRE : - M'occuper du chihuahua du voisin !
- Opérer les chatons de Madame Chevreuil.
- Passer voir Gabriel !

✔ CITATION : En fait tous les hommes sont des bêtes avant de trouver la femme parfaite au fond. Croquant alors à pleine dent la vie de célibataire en grognant de femmes en femmes… en dévorant certaines du regard pour en faire le diner dans une soupe chaude au lit pour ensuite les laisser rentrant et ne plus les revoir. Les hommes sont des bêtes et ensuite… ils rencontrent la belle… ils deviennent plus sérieux en ne grognant que sur une seule femme et ayant alors une soupe chaude dans leur lit toutes les nuits.

© CRÉDITS : ...
★ AVATAR : Emily Van Camp
✔ PSEUDO : Crazy Bunny
€ EUROS : 8932
✔ MESSAGES : 238
✔ INSCRIPTION : 23/10/2012
✔ PAYS : Belgique
AND MORE
MessageSujet: Re: ▷would you lie with me and just forget the world ? feat Mattia   Jeu 23 Jan - 3:24

Esmeralda & Mattia
a fell into the moon
J’étais partie dans un monologue, seule contre toute. Je parlais sans même m’en rendre compte, je parlais un peu trop. Un vrai moulin quand je suis nerveuse. Dans le fond, je suis un vrai kinder sur patte en fait ? Un peu, ça. Il fallait avouer que je ne pus m’empêcher de rire quand il me demandait s’il pouvait parler maintenant. C’était assez amusant sur le coup. Je secouais doucement la tête. « Non ! », je souriais aussitôt, taquine mais hochant la tête. « Bien sûr ! », disais-je au final en penchant la tête sur la gauche et lui souriant, un grand sourire. Il était aussi de San Sebastian ? Je ne pus cacher ma surprise en fait car du coup, le monde était petite. Je souriais en hochant aussitôt la tête pour sa sœur et écoutant attentivement la suite. Parler de moi n’était jamais simple mais écouter les gens était vachement plus simple à vrai dire car j’avais une facilité d’écoute assez impressionnante en règle générale. Je n’étais pas du genre à m’attendrir trop vite pourtant là, si. L’écoutant parler de ses déboires amoureux me laissait une moue. Comme quoi nous avions tous des soucis en amour. Dans le fond, cela ne me surprenait pas réellement et pourtant on finit toujours surpris en apprenant que nous sommes tous des êtres humains. « C’est déjà bien en fait ! », je souriais. « L’essentiel ! », répétais-je comme pour dire qu’il n’était pas obligé d’en dire plus s’il ne le voulait pas dans le fond, je n’étais pas du genre à presser les gens. Je n’aimerais pas qu’on me pousse à la confidence donc je ne voulais pas le pousser à la confidence. Son sourire me fit aussitôt sourire également, j’adorais voir un homme me sourire et il aurait pu me faire craquer si je n’étais pas encore un peu bizarrement émotive après avoir racontée tellement de choses à propos de moi-même. Je le regardais attentivement en l’écoutant me proposer un diner. Sur le coup, je fus un peu surprise de l’intention. Je ne savais pas pourquoi mais je sentais un truc étrange dans cette proposition. Etais-ce un rencard ou un truc comme ça ? Je restais perplexe en riant nerveusement. « Un diner ? », demandais-je alors. « De temps en temps ? », je souriais en secouant doucement la tête, un peu amusée car cela faisait très longtemps que je n’avais pas eue cette sensation. La semi… envie d’accepter et refuser à la fois car j’étais toujours entichée de l’autre imbécile. Oui, même si j’avais encore des sentiments pour lui, je le nommais l’imbécile car mon corps, ma tête, tout ça me disait de le haïr mais mon cœur avait encore du mal à s’en remettre. 8 ans à l’aimer en secret et le regarder vivre si prés. Etre toujours dans cet appartement que nous partagions n’était pas tous les jours faciles. Parfois j’étais heureuse qu’il ne soit plus là pour vivre avec Elena mais parfois, non. Surtout quand elle laisse trainer ses affaires partout. Un soutien à gorge à elle trainait dans le salon. Je souriais quand il parlait du bébé en plus et haussant les épaules, m’apprêtant à répondre avant qu’il ne reprenne la parole. Je riais légèrement, amusée mais un peu nerveuse, il fallait bien l’avouer, il faisait son petit effet même si ma tête me disait : NON. Je le regardais, il riait aussi en plus, c’était attendrissant. J’en rougissais sûrement. Devrais-je aller me cacher ? Je pourrais mais non. J’aurais l’air encore plus fou. Je souriais doucement. « Moi ? Folle ? Non mais ça ne va pas, je suis totalement équilibrée ! », disais-je sur un ton plaisantin en lui souriant et fronçant le nez. « En tout amitié ou en plus qu’une amitié ? », demandais-je par curiosité mais craignant sa réponse ou même craignant tout simplement qu’il en rajoute en me séduisant car là, je pourrais virer rouge tomate mais je ne pourrais cependant pas fuir ce qui me fait peur. Je me contentais de sourire à sa fille, cet ange non loin qui semblait si calme en fait mais j’avais une difficulté à décrocher trop longtemps mon regard des yeux bleus de Mattia. « En fait, nous étions peut-être voisin quand nous étions gosse ! », soufflais-je un peu comme si ça sortait de mes pensées. Je souriais doucement, pendant un instant, le regardant encore plus attentivement pour voir si je pourrais me rappeler de lui mais en fait, je me souvenais surtout d’un enfant aux yeux bleus qui avait totalement bercé mon enfance, j’avais parfois l’impression qu’il était un ami imaginaire tellement il était parti avant que je perde mon innocence, peu de temps après l’aventure catastrophique avec cet homme bien trop mal attentionné qui était mon beau-père. Je souriais doucement sans m’en rendre compte, me laissant croire que ça pourrait être lui, pourtant il avait tout du passé enfin du peu que je ne me souvienne. L’espoir fait vivre enfin en l’occurrence, il fait sourire, là.


❝ loves the silence ❞
Take a look at my body, Look at my hands. Your face-saving promises, whispered like prayers. Because I've been treated so wrong, I've been treated so long as if I'm becoming untouchable. Well, content loves the silence, it thrives in the dark with fine winding tendrils That strangle the heart They say that promises sweeten the blow. I'm the slow dying flower In the frost killing hour Sweet turning sour band untouchable. Oh, I need The sweetness, The sadness, The weakness, a lullaby, A kiss good night. Angel sweet love of my life. Do you remember the way that you touched me before, All the trembling sweetness I loved and adored. Can you see me, Do you want me, Can you reach me. You better shut your mouth And hold your breath And kiss me now.r shut your mouth and hold your breath and kiss me now.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.los-vecinos.net/
Contenu sponsorisé

LES INFOS
AND MORE
MessageSujet: Re: ▷would you lie with me and just forget the world ? feat Mattia   

Revenir en haut Aller en bas
 

▷would you lie with me and just forget the world ? feat Mattia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Atelier du Mek Rukza
» Manga | Personnages pris
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» Don't forget... [Toi] [+16 ans]
» Pour mieux comprendre la crise alimentaire.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LOS VECINOS  :: Les appartements Et vos clés :: Mariposa, bâtiment numéro 1 :: 3° Euplagia, troisiéme étage :: 3A.3 - Esmeralda-