AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 
ICI, NOUS SOMMES POUR LA RELAXATION...
10 LIGNES EXIGÉES SEULEMENT ET OUI, C'EST CADEAU !
UN PETIT VOTE POUR NOUS ?
par ici obsession 27
I LOVE YOU ON VOUS AIME Very Happy
C’ÉTAIT LE BISOUNOURS TIMES
NOUS SOMMES EN ESPAGNE ET EUROPÉENS.
TENEZ EN COMPTE POUR VOS ORIGINES, MOINS D’AMÉRICAIN !

Partagez | .
 

 Le sport révèle beaucoup d'élément cachés de notre corps. Bon, pas que en fait... ( With Rafael et Elizabeth )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Juan D. Pepperoni
avatar
DISCRET
◗ je connais mon appart
Aides le forum, votes DISCRET◗ je connais mon appart

LES INFOS
MAMAMIA


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 24 janvier 1986
✔ METIER : En recherche !
✔ HUMEUR : Fêtard !!!
✔ SURNOMS : Monsieur Pizza, Juan Pizza, Ju' d'orange Damon LaPizza, Juanito, ...
✔ CITATION : El tiempo es el nuevo tiempo.

© CRÉDITS : Cliko
★ AVATAR : Jensen Ackles
✔ PSEUDO : Cliko
€ EUROS : 12096
✔ MESSAGES : 284
✔ ANNIVERSAIRE : 11/01/1993
✔ AGE : 24
✔ INSCRIPTION : 19/03/2013
✔ PAYS : France
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Le sport révèle beaucoup d'élément cachés de notre corps. Bon, pas que en fait... ( With Rafael et Elizabeth )   Jeu 19 Sep - 21:34

Les jours se suivaient, la routine s'installait, le boulot devenait répétitif, mes pensées tournaient en rond, pardon, une seule pensée, Eli. Rooooooh, fallait que je pense à autre chose ! Depuis ce qui s'étais passé à la fête des voisins, je ne l'avais pas revu... Bon ok, ça fait seulement quelques jours, mais quand même ! Mais cette foutue image d'elle m'embrassant me hantait, et je n'osais pas entrer en contact avec elle... La peur de la blessée m'en empêchait, puis le Pearlinator encore plus ! Elle ne m'avait pas reparler de la blonde, ce qui signifiait qu'elle ne souhaitait pas que l'on se revoit... Dans un sens je la comprenais, qui voudrait sortir avec un mec débile, geek sur les bords et complètement maladroit ? Je secouais la tête pour effacer ces pensées, je n'avais pas que ça à faire, fallait que je me change les idées. Je sortais de chez moi, fermant la porte à clé, prêt d'étage. Et oui, aujourd'hui j'avais un super truc pour oublier tout mes soucis, le Kung Fu Mental Geek ! Oui, c'était un petit truc qu'on avait inventé avec Raff. Qui ? Raff ? Mais Rafael voyons ! Mon pote geek quoi ! Bon ok, à la base on devait faire en sorte qu'il change, mais c'est dans ses gênes, on y peut rien ! Rafael m'avait contacter car il avait besoin d'un coach sportif ou un truc comme ça, mais il s'est trouvé être finalement devenu un bon pote. Après quelques séances intensives de... Hum, sport cérébral, j'avais décidé qu'à partir de maintenant, ses séances seraient un peu plus " anti-geekerie ". C'était avec détermination que je descendais les escaliers pour atteindre le deuxième étage.

Une fois les marches descendues, j'allais donc sonner chez lui. J'étais content dans un sens car parler de choses qui me passionnent me rendait toujours heureux, que ce soit sport ou geek. En plus, Raf est un type cool, ça fait pas de mal de connaître ses voisins, même ceux qui nous font peur, ça nous sociabilise nous les geek. Mais le problème, c'est que les derniers événements avec Eli me hantaient. J'espérais au fond de moi que Ralf saurait m'aider inconsciemment à penser à autre chose. Alors que la porte s'ouvrit sous mon nez, je découvrais un tout petit gars maigrichon, des épaules assez larges mais rien dans les bras. " Salut Raf, prêt pour ta séance de sport hebdomadaire ? " demandais-je plein d'entrain en lui tendant la main pour le saluer. " D'ailleurs, faut qu'on change un petit truc padawan. ". Je serrais sa main tout en lui disant cela, lui offrant un sourire un peu forcé. Sauf que bizarrement, malgré mon enthousiasme, je n'avais pas trop le moral pour geeker. C'était un peu compliqué... Toujours et toujours Eli...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

LES INFOS
AND MORE
MessageSujet: Re: Le sport révèle beaucoup d'élément cachés de notre corps. Bon, pas que en fait... ( With Rafael et Elizabeth )   Mer 25 Sep - 2:37


⊱ WHAT THE FUCK ?

Les jours ce ressemble mais ne sont pas identique pour autant. Je me sentais un peu mieux dernièrement, j'avais réçu un sms de Azura qui me disait que je lui manqué. J'étais du genre vraiment content mais je m'avouer pas vaincu pour autant, je devais continuer mes efforts et bien que ma geek attitude me manque je sens pourtant le plaisir de me lever chaque matin pour aller travailler. Je pensée à elle tout le temps, je sais pas trop ce qu'est l'amour n'ayant jamais vraiment eu de petite amie mais je sais une chose, pour moi elle est unique et j'ai tout simplement pas envie de la perdre. Aujourd'hui je me retrouve en repos, je ne travaille pas et ayant fait la grasse mat' je venais traîner à l'appartement, ma soeur n'étant toujours pas là. Je me sentais seul et elle me manquait d'un autre côté, je voulais pas rester ici tout seul toute la journée et c'est pour cela que je devais voir Juan. Disons que lui et moi on s'entend plutôt bien et que niveau jeux videos on est presque au même niveau. Entendant quelqu'un frapper je deviner que cela devait être lui, je venais donc ouvrir en le trouvant derrière la porte. " Salut Raf, prêt pour ta séance de sport hebdomadaire ? " Je venais sourire doucement, venant serrer sa main et je me sentais tout joyeux de partager un moment avec lui cet après midi. " D'ailleurs, faut qu'on change un petit truc padawan. " Je le regardais plutôt curieux et ne comprenant pas vraiment ce qu'il voulait dire. Ah bon ? C'est à dire ? Je refermais la porte une fois qu'il était entrée, le laissant avancer vers le salon. Je souriais doucement, m'installant sur le canapé, attendant qu'il crache le morceau, prêt à lui foutre la raclé sur la playstation.
Revenir en haut Aller en bas
Juan D. Pepperoni
avatar
DISCRET
◗ je connais mon appart
Aides le forum, votes DISCRET◗ je connais mon appart

LES INFOS
MAMAMIA


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 24 janvier 1986
✔ METIER : En recherche !
✔ HUMEUR : Fêtard !!!
✔ SURNOMS : Monsieur Pizza, Juan Pizza, Ju' d'orange Damon LaPizza, Juanito, ...
✔ CITATION : El tiempo es el nuevo tiempo.

© CRÉDITS : Cliko
★ AVATAR : Jensen Ackles
✔ PSEUDO : Cliko
€ EUROS : 12096
✔ MESSAGES : 284
✔ ANNIVERSAIRE : 11/01/1993
✔ AGE : 24
✔ INSCRIPTION : 19/03/2013
✔ PAYS : France
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: Le sport révèle beaucoup d'élément cachés de notre corps. Bon, pas que en fait... ( With Rafael et Elizabeth )   Mer 25 Sep - 3:36

Alors que je saluais mon compagnon de passion geek, il me fit rentrer et me regarda d'un air étonné et curieux pendant que lui expliquait que j'allais changer des trucs dans son entraînement. Une fois qu'il fut assit sur le canapé, je remarquais que les manettes étaient prêtes sur la table, ce qui me fit sourire. " Je vois que t'es prêt pour te prendre une branlée monumentale ! Mais désolé... ". D'une geste de la main, je ramassais les contrôleurs et les posais sur la console. " J'ai décidé qu'à partir de maintenant, on s'entraînait sérieusement ! A chaque fois que je viens, on fait que jouer ! Faut que ça change tu comprends ? "J'accompagnais mes dire de quelques positions de Kung-Fu. Puis j'allais m'asseoir à côté de lui, en reprenant les manettes et lui tendant la sienne. " Enfin, on peut faire une partie quand même pour se détendre. " disais-je alors. Je savais que ce n'était pas facile de changer radicalement de voie, et c'est pour cela que commencer par jouer et finir par du sport peut être assez... Curatif. Quand on fait un régime, on se dit " Mince j'ai trop manger, faut que je cours ! " mais c'était pareil là, fallait que j'arrive à instaurer cette pensée dans sa petite tête linotte. Je le regardais, puis je m'arrêtais en pleine réflexion. " Au fait, tu m'as jamais dis pourquoi tu voulais devenir moins geek. " lui demandais-je indirectement en lui lançant un regard interrogateur. J'attendais une vraie raison de sa part. " Allez, j'attends ! ". C'est pas que ça m'intéressait vraiment, enfin si quand même un peu, mais si je savais ce qui le motivait, j'arriverai à le motiver dix fois plus ! M'enfin, ça vaut le coup d'essayer non ?  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

LES INFOS
AND MORE
MessageSujet: Re: Le sport révèle beaucoup d'élément cachés de notre corps. Bon, pas que en fait... ( With Rafael et Elizabeth )   Mar 1 Oct - 9:56


⊱ WHAT THE FUCK ?

Ma séance de sport habituelle devait avoir lieu mais je me préparer surtout à passer le reste de la journée assis dans mon canapé et faire ma passion principale, les jeux videos. C'est plutôt marrant quand on voit mon partenaire de jeu plutôt sportif dans le physique et quand on me voit moi on ce dit tout de suite que je suis pas fait pour ça. Une chose est sure, il venait enfin passer le pas de la port et je venais le saluer comme à mon habitude. J'avais tout préparer afin de pouvoir nous lancer bien que je me doutais qu'il vienne me demander de faire une vrai séance. " Je vois que t'es prêt pour te prendre une branlée monumentale ! Mais désolé... " Il me fit un geste de la main et je le regardais intriguer par la suite de ses paroles. " J'ai décidé qu'à partir de maintenant, on s'entraînait sérieusement ! A chaque fois que je viens, on fait que jouer ! Faut que ça change tu comprends ? " J’esquissais un sourire en le voyant faire quelques pas de kung fu. Non mais il ce prend pour bruce lee d'un coup ? C'est quelques secondes plus tard que je le vis s'installait à mes côtés en me tendant une des manettes. " Enfin, on peut faire une partie quand même pour se détendre. " Je venais rire doucement. Bizarre mais ça m'aurait étonner du contraire. Et je suis pas la pour me plaindre hein, faut pas ce méprendre non plus. J'allumais la console venant alors m'installer près de lui avant de mettre en route le jeu. Alors que je m'occupais des paramètres du jeu il venait me poser une question des plus... délicates. " Au fait, tu m'as jamais dis pourquoi tu voulais devenir moins geek. " Je venais m'arrêter d'un geste brusque et je le regardais assez surpris avant de bafouiller. Je.. Euh.. Oh baah ... Ouais super Raf', tu gères tellement dans ce genre de situation, c'est pour ça qu'Azura veut pas de toi, faut pas sortir d'une grande école pour le comprendre. " Allez, j'attends ! " Je soupirais, il est chiant. Je venais alors haussais les épaules. Tapotant doucement mes mains sur la manette je venais ajouter. Disons que... Que j'aimerais reconquérir ma meilleure amie. Je grimaçais, ça sonne étrange dis comme ça. Enfin disons que, que je l'ai déçu et puis que ... Bah voilà quoi t'as compris! Ouais hein, il m'énerve avec ses questions, je préfère jouer que parler, c'est pas nouveau ça !
Revenir en haut Aller en bas
Juan D. Pepperoni
avatar
DISCRET
◗ je connais mon appart
Aides le forum, votes DISCRET◗ je connais mon appart

LES INFOS
MAMAMIA


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 24 janvier 1986
✔ METIER : En recherche !
✔ HUMEUR : Fêtard !!!
✔ SURNOMS : Monsieur Pizza, Juan Pizza, Ju' d'orange Damon LaPizza, Juanito, ...
✔ CITATION : El tiempo es el nuevo tiempo.

© CRÉDITS : Cliko
★ AVATAR : Jensen Ackles
✔ PSEUDO : Cliko
€ EUROS : 12096
✔ MESSAGES : 284
✔ ANNIVERSAIRE : 11/01/1993
✔ AGE : 24
✔ INSCRIPTION : 19/03/2013
✔ PAYS : France
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: Le sport révèle beaucoup d'élément cachés de notre corps. Bon, pas que en fait... ( With Rafael et Elizabeth )   Mer 2 Oct - 0:56


La partie en pause, Raf et moi abordions un sujet, non voulu à la base même si je m'en doutais, qui était très délicat : Les petites amies. Alors que j'attendais patiemment qu'il le dise lui même, je pensais à Eli, essayant d'imaginer où elle pouvait être et ce qu'elle faisait. Même si je me mettais des coups de marteau mental, je n'arrivais pas à la sortir de mes pensées, comme d'habitude. Lorsque Raf répondit à mes attentes, je ne pu m'empêcher de sourire puis de ricaner en mettant la main devant ma bouche, une piètre imitation des génies du mal dans les dessins animés. " Héhéhé, alors tu as bien quelqu'un en vue ! " lui disais-je en continuant de ricaner. Ca me faisait plaisir dans le fond, si j'arrivais à le changer pour qu'il puisse avoir une copine, je pense que je serai heureux. C'est un peu mon petit protégé en quelque sorte. " Alors petit padawan, on a le coeur en feu pour une jeune femme ?! Tu trahis le guide des geeks ?! " disais-je en le pointant du doigt comme ci je l'accusais d'un acte scandaleux. Hum, je paraissais vraiment débile là... Je me remis, calme, dans une position normale sur le canapé avant de lui demandé quelques informations. " Et sinon, elle s'appelle comment cette ' meilleure amie ' " lui demandais-je en insistant sur " meilleure amie " en faisant des guillemets avec mes doigts. Mais il n'eu pas le temps de répondre, car une personne toqua à la porte. Le pire restait à venir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth O. Connor
avatar
administrice
◗ une petite louve gentil
Aides le forum, votes administrice◗ une petite louve gentil

LES INFOS
YES OR NO ?


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : Le 8 mars 1990
✔ APPARTEMENT : 1b.2
✔ METIER : Assistante directeur dans une chaine TV.
✔ CUPIDON : Si j'attrape ce petit bébé, je lui fais payer tous les sales coups qu'il m'a fait !
✔ HUMEUR : Toujours souriante !
✔ SURNOMS : Elie, Eliza, Elychou...
✔ CHOSES A FAIRE : ~ Travailler.
~ Devenir riche.
~ Trouver une idée géniale pour être célèbre.
~ Tomber amoureuse.
~ Faire les courses.
~ Etre heureuse et profité de la vie.
✔ CITATION : Et tout a cou tu te rends compte que tout et fini, pour de bon. Il n'y a pas de marche arrière tu le sens. Et puis tu essayes de te rappeler a qu'elle moment tout a commencer puis tu découvre que c'est plus vieux que se que tu pense, et c'est la seulement a se moment que tu réalise que les chose n'arrive qu'une fois. et quels que soient tes efforts tu ne ressentiras plus jamais la même chose tu n'auras plus jamais la sensation d'être a trois mètre au-dessus tu ciel.

© CRÉDITS : © Crazy Bunny
★ AVATAR : Candice Accola
✔ PSEUDO : Choco
€ EUROS : 9592
✔ MESSAGES : 1409
✔ AUTRES COMPTES : Diego R. Vicente
✔ ANNIVERSAIRE : 22/02/1999
✔ AGE : 18
✔ INSCRIPTION : 19/05/2012
✔ PAYS : France
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: Le sport révèle beaucoup d'élément cachés de notre corps. Bon, pas que en fait... ( With Rafael et Elizabeth )   Mer 2 Oct - 5:48


⊱ En trois mots : OH MON DIEU !

On dit que rien n’arrive par accident, on se prend parfois la réalité en pleine figure, et parfois, elle s’impose lentement à nous, malgré tout nos efforts pour l’ignorer... Ou pour l’oublier en l’occurrence. J’avais ce type dans la peau, c’était impossible de faire comme si ne rien n’était. Je pensais à lui presque vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Même quand j’essayais de m’occuper, il était là, comme à la bibliothèque par exemple. En l’espace d’une semaine, je l’avais croisé plus qu’au court des trois derniers mois. Quant à ce qui s’était passé quand je l’avais vu et bien… J’en étais toute perturbée. Je n’avais pas reparlé à Pearl depuis la nuit de la fête des voisins, elle était trop occupée ma brunette… Le travail. D’ailleurs j’avais décidé de reprendre le mien. Enfin non, je n’avais plus trop le choix en fait c’était soit je démissionnais, soit j’y retournais donc… Me revoilà assistante ! Et ça occupait au moins un peu de mon temps et de mon esprit. Seulement aujourd’hui était mon jour de repos et j’étais toute seule dans mon appartement entrain de ruminer, allez savoir où était parti ma charmante colocataire. J’avais terminé les livres que j’avais finalement emprunté l’autre jour, mais je n’osais pas retourner en prendre de nouveaux, de peur de le recroiser ? Non… Pas du tout… Quoi qu’un peu quand même… Enfin bref, il fallait que je me trouve un truc à faire et vite sinon j’allais finir par sauter par le fenêtre. Je passais en revue toute mes possibilités… Et finalement songeais à Rafael. Je n’avais pas revu ce brunet depuis qu’il m’était à moitié rentré dedans avec son super vélo. Lui rendre une petite visite surprise semblait être une bonne idée, surtout qu’il fallait que je lui raconte ce qui se passait avec Juan. Ça risquait d’être un peu long, du coup, je préparais un petit gâteau au chocolat avant de me rendre à son appartement, pour qu’il n’ait pas envie de me mettre dehors au bout de dix minutes. C’est donc un bras chargé que je frappais. N’attendant pas la réponse, j’entrais comme si j’étais chez moi. Je poussais la porte avec mon dos pour ne pas que mon chef-d’œuvre n’atterrisse sur le sol. « Salut, Rafiki ! Je viens voir si mon cycliste préféré à encore des bleus. Si je te trouve sur ta consol, je mange le gâteau toute seule ! » Dis-je en riant. Je me retournais et poussais refermais derrière moi d’un petit coup de pied. «  Et puis j’ai plein de choses à te… » Je m’arrêtais dans ma phrase et regardais les deux hommes assis sur le canapé. Le carton que je tenais dans mes mains et son contenu s’écrasèrent sur le sol devant moi. « Dire… » Je les fixais, surprise. Non en fait, je n’étais pas surprise j’étais encore pire que ça, sous le choc. « Juan… » Je clignais des yeux plusieurs fois. Non, non, je n’hallucinais pas. Il était vraiment là. Ce n’était pas une production de mon esprit tordu et fatigué.  Mais WTF ? Que faisait-il là ? Avec Rafael ? «  Vous… ? » Dis-je en agitant mon doigt de l’un à l’autre. Ils se connaissaient… Mais pourquoi le monde était-il aussi petit ?


I COULD NOT GO ON
What if I lived without you ? What if I loved without you ? What if I died without you ? I could not go on !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twop.forumactif.com/
Invité

LES INFOS
AND MORE
MessageSujet: Re: Le sport révèle beaucoup d'élément cachés de notre corps. Bon, pas que en fait... ( With Rafael et Elizabeth )   Jeu 3 Oct - 5:25


⊱ WHAT THE FUCK ?

La partie de jeux videos n'a pas encore commencer qu'il jouait déjà les interrogateurs, oh dieu que j'aime pas ça. Je suis pas du genre facile à faire parler d'habitude mais si je parle pas on joue pas et bon mine de rien, j'ai besoin de ma petite dose de geek attitude afin de me motiver pour une séance de sport. " Héhéhé, alors tu as bien quelqu'un en vue ! " Tout de suite les grands mots, est ce que j'ai dis ça ? Non mais il va ou sérieux ! J'ai juste dis que je voulais récupérer une fille, en l’occurrence ma meilleure amie, j'ai pas dis petite amie. Je laisser le silence ce faire doucement, venant ensuite l'écouter de nouveau alors que j'avais repris mon occupation. " Alors petit padawan, on a le coeur en feu pour une jeune femme ?! Tu trahis le guide des geeks ?! " - Mais n'importe quoi ! J'ai jamais dis que j'étais amoureux. Non mais puis quoi encore, bon okay, elle me manque. Terriblement même, mais cela veut pas dire que je l'aime hein. Enfin si je l'aime, mais amicalement pas plus, enfin je crois. Bref, j'essayais de finir les paramètres pour commencer le jeu mais Juan me lâche pas, quel chieur quand il veut. " Et sinon, elle s'appelle comment cette ' meilleure amie ' " Je me tournais vers lui, fronçant le regard. T'es chiant sérieux, et ... Et elle s'appelle Azura, content ? Je le regardais en grimaçant et finit par sourire doucement. Le jeu est fin prêt pour commencer mais quelqu'un frappe à la porte, et merde. Me levant alors je grognais intérieurement, je préfère largement jouer en ligne, au moins je suis pas emmerder. Je n'eus pas le temps de venir ouvrir que j'entendais déjà la voix, oh tiens Liz' ! « Salut, Rafiki ! Je viens voir si mon cycliste préféré à encore des bleus. Si je te trouve sur ta consol, je mange le gâteau toute seule ! » Ah super, merci. Elle venait tout simplement me taper la honte avec son surnom pourrit et en plus elle va me privé de gâteau, j'ai vraiment pas de bol moi. Je souriais cependant, ravi de la savoir ici. « Et puis j’ai plein de choses à te… » Elle s'arrêta brusquement en me voyant et en voyant surtout Juan ? Euh, j'ai loupé un épisode non ? « Dire… » Je venais tendre mes mains pour l'aider, attrapant finalement le gâteau et le posant sur la table. Personne ne parlait, du moins sauf Elizabeth. « Juan… » Euh là, j'ai vraiment loupé un truc. Ils ce connaissent ? LA blague ! « Vous… ? » Bon okay, Raf' dis quelque chose. Euh, Salut déjà ! Je venais embrasser sa joue. Et vous vous connaissez ? Je voulais te présenter mais trop tard, Juan est un ami et Liz est aussi mon amie mais mon ex petite amie également. Je souriais en coin, ouais autant le dire tout de suite, j'attends déjà les questions de Juan "comment t'as fait pour sortir avec une belle fille comme elle" etc ... Enfin c'est pas grave hein, je lui en veux pas le pauvre, il est curieux. Bon bah, vas y installe toi et arrêtez de vous regardez comme ça c'est flippant. Ouais, j'ai l'impression d'avoir fait une boulette là.
Revenir en haut Aller en bas
Juan D. Pepperoni
avatar
DISCRET
◗ je connais mon appart
Aides le forum, votes DISCRET◗ je connais mon appart

LES INFOS
MAMAMIA


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 24 janvier 1986
✔ METIER : En recherche !
✔ HUMEUR : Fêtard !!!
✔ SURNOMS : Monsieur Pizza, Juan Pizza, Ju' d'orange Damon LaPizza, Juanito, ...
✔ CITATION : El tiempo es el nuevo tiempo.

© CRÉDITS : Cliko
★ AVATAR : Jensen Ackles
✔ PSEUDO : Cliko
€ EUROS : 12096
✔ MESSAGES : 284
✔ ANNIVERSAIRE : 11/01/1993
✔ AGE : 24
✔ INSCRIPTION : 19/03/2013
✔ PAYS : France
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: Le sport révèle beaucoup d'élément cachés de notre corps. Bon, pas que en fait... ( With Rafael et Elizabeth )   Jeu 3 Oct - 9:35


⊱ How to save a life ?

N'était-il pas mignon mon petit padawanichou ? En train de se débattre verbalement en soulignant que c'était bien qu'une " amie " et qu'il n'en était pas amoureux. Ralala, ces jeunes, toujours à penser qu'on est bête comme nos pieds, faut dire qu'il y en a qui pue autant de la bouche que des panards. C'était tellement drôle de le martyriser avec ça, même si c'était plus amical qu'autre chose, que je ne pensais même plus à jouer avec lui, du moins pas électroniquement. Je riais de bon coeur, et cela me faisait du bien car je ne l'avais pas fait depuis quelques jours. En fait, depuis que je m'étais pris un râteau étrange... " Hein hein, Azura ? C'est mignon ! Et elle est aussi mignonne que son prénom ? " lui demandais-je en lui donnant un petit coup d'épaule. Je le taquinais encore plus, même si au final, il ne put me répondre. La porte s'ouvrit d'un coup, laissant rentrer une blonde aux cheveux bouclés. La voyant de dos, je ne put m'empêcher de regarder ses magnifiques jambes, ainsi que ses bras et sa peau qui paraissait si douce. " Tu as invité quelqu'un ? " disais-je en pensant à voix haute. " Tiens, sa voix me fait penser à... " Oui. Oui mon petit Juan, tu as bien deviné, bravo ! Lorsque que la magnifique blonde se retourna, je ne remarquait pas du tout le gâteau dans ses mains, il y avait largement mieux à voir. Ou pire, je ne sais même pas quoi en penser en fait. Mais je reconnus tout de suite la demoiselle qui se tenait dans l'entrée, immobile, figée, qui n'en était pas moins jolie, paralysée qui me fixait en finissant sa phrase, choquée. Oui, vous voyez bien de qui je veux parler ! Elizabeth.

T'as gagné le gros lot mec ! Un gâteau qui se fracasse sur le sol ! Youhou ! Ouais non, pas de gâteau au sol en fait... Le petit " RAFIKI " l'avait sauvé au dernier moment. Car évidemment, sous le choc, Eli lâcha ce qu'elle tenait bien en main et donc notre jolie pâtisserie, oups ! Heureusement que mon padawan s'était entraîner aux réflexes avec mes cours de sport électronique ! Mouais en fait, bof quoi mais bon, laisser moi du mérite quand même ! C'est comme si vous disiez à Sacha que son Pikachu n'est pas fort sans lui, c'est complètement débile ! Bref, en attendant, je n'avais pas bouger d'un pouce, toujours à la regarder, abasourdit, tandis qu'elle disait mon prénom. C'était à son habitude, toujours à dire mon prénom comme ça, choquée, déjà à la bibliothèque elle l'avait fait, sauf que je trouvais ça vraiment trop mignon... Bon ok, les mecs aussi ont des sentiments hein ?! Bref, Raf semblait essayer de nous présenter même si au final, on se connaissait déjà. Sauf qu'il y avait un hic... RAF ETAIT L'EX D'ELI ????!!!! OMG STFU DE LA MORT QUI TUE DES SMOURBIFS NAINS DE MAMUSALEM ! Je regardais alternativement les deux personnes en face de moi, n'en croyant pas mes oreilles. " Hum... Salut Eli. ". Détournant le regard avec une mine déconfite, je lâchais quelques mots inaudibles alors que je pensais à voix haute. " Je vois, je ne suis pas le seul ex alors... ". Mes lèvres passèrent d'une moue boudeuse à un sourire un peu forcé qui s'étira alors que Raf invitait la blonde à s'installer sur le canapé. Je me disais bien que c'était trop bizarre, cela fait deux fois que je la rencontrais en deux jours, et comme on dit, " Jamais deux sans trois ! ". C'était soit une malédiction, soit une bénédiction, mais c'était impossible que ce ne soit que du hasard... Même si dans le fond, j'étais mortellement heureux de la voir, mon coeur battant de plus en plus, j'avais peur du retour de médaille signé Pearlinator... Mes yeux retournèrent sur Raf, à défaut d'arriver à détacher mes yeux du joli minois d'Eli. " Hum... T'es sûr que je dérange pas ? Elle voulait peut être parler de quelque chose d'important... On peut remettre la séance à un autre jour si tu veux ! " lui disais-je pendant que je me décalait un peu pour qu'il puisse s'asseoir de façon à être entre nous deux. Ce n'était pas que je ne voulais pas être à côté d'elle, justement, c'était tout le contraire. Mais... Enfin... Ouais non, je ne voyais pas pourquoi je faisais mon timide... Roh Juan, secoue toi un peu ! Essaye merde ! Si elle t'as embrassée, c'est pour une raison non ?! Voilà ce que je me disais alors que je mettais au milieu du canapé, invitant Eli d'un tapotement de la main sur le siège. " Aller viens t'asseoir ! " lui disais-je en souriant niaisement. Je ne savais pas ce que je faisais, ni comment tout cela allait finir, mais avec toutes ces coïncidences de ces derniers jours, je me devais de tenter ma chance... Si cela ne marchait pas, j'abandonnerai... Quel nul je faisais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth O. Connor
avatar
administrice
◗ une petite louve gentil
Aides le forum, votes administrice◗ une petite louve gentil

LES INFOS
YES OR NO ?


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : Le 8 mars 1990
✔ APPARTEMENT : 1b.2
✔ METIER : Assistante directeur dans une chaine TV.
✔ CUPIDON : Si j'attrape ce petit bébé, je lui fais payer tous les sales coups qu'il m'a fait !
✔ HUMEUR : Toujours souriante !
✔ SURNOMS : Elie, Eliza, Elychou...
✔ CHOSES A FAIRE : ~ Travailler.
~ Devenir riche.
~ Trouver une idée géniale pour être célèbre.
~ Tomber amoureuse.
~ Faire les courses.
~ Etre heureuse et profité de la vie.
✔ CITATION : Et tout a cou tu te rends compte que tout et fini, pour de bon. Il n'y a pas de marche arrière tu le sens. Et puis tu essayes de te rappeler a qu'elle moment tout a commencer puis tu découvre que c'est plus vieux que se que tu pense, et c'est la seulement a se moment que tu réalise que les chose n'arrive qu'une fois. et quels que soient tes efforts tu ne ressentiras plus jamais la même chose tu n'auras plus jamais la sensation d'être a trois mètre au-dessus tu ciel.

© CRÉDITS : © Crazy Bunny
★ AVATAR : Candice Accola
✔ PSEUDO : Choco
€ EUROS : 9592
✔ MESSAGES : 1409
✔ AUTRES COMPTES : Diego R. Vicente
✔ ANNIVERSAIRE : 22/02/1999
✔ AGE : 18
✔ INSCRIPTION : 19/05/2012
✔ PAYS : France
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: Le sport révèle beaucoup d'élément cachés de notre corps. Bon, pas que en fait... ( With Rafael et Elizabeth )   Sam 5 Oct - 0:37


⊱ En trois mots : OH MON DIEU !


Je rentrais dans l’appartement de Rafael sans attendre qu’il vienne m’ouvrir, à quoi bon de toute façon ? J’étais comme chez moi chez lui, depuis le temps que je venais le voir à l’improviste comme ça. Peut-être que j’aurais dû m’abstenir de venir aujourd’hui ? Car ce que je découvris en arrivant dans le salon me surpris au plus au point. La preuve, j’en lâchais même le précieux gâteau que je tenais dans mes mains et que j’avais préparé pour mon ami. Heureusement ce dernier le sauva avant qu’il ne s’écrase sur le sol et le posât sur la table alors que je continuais de dévisager Juan. Oui, c’était quelque peu mal poli, mais je m’en fichais complètement, pour le moment. Le voir là, alors que je ne m’y attendais pas, me ravissait, mais me déprimait en même temps. Contradictoire, moi ? Non pas du tout. Comment était-ce possible que ce mec me perturbe à ce point ? Mince alors, j’avais envies de lui sauter dessus comme un enfant sur un Carambar. Comme le disait si bien Pearl, j’avais envie de manger le bonbon, mais je ne pouvais pas. Souriant doucement, je me bottais  mentalement les fesses et détournais le regard de lui au moment où Rafael me fit la bise. « Oui, on se connaît comme tu dis… » Lâchais-je en baissant la tête et en rougissant légèrement. « Tu te fous de ma gueule ? Tu n’étais pas obligé de… Enfin ce n’est pas grave… Passons. » J’en voulais en peu à Raf d’avoir lâché que j’étais son ex petite amie comme ça, devant Juan qui plus est. Il n’avait pas forcément besoins de connaître ce genre de détails, surtout que ça remontait à un moment nous deux. Je me redressais toujours en souriant faiblement alors que l’homme assis sur le canapé semblait dire quelque chose à voix basse tout en faisant la moue. Je ne compris pas vraiment, mais ça accentua mon malaise. « Pardon ? » Dis-je, j’aurais bien aimé entre sa phrase. J’avais l’impression d’avoir interrompu quelque chose d’important. De plus, j’étais toujours dans tous mes états dès qu’il était dans le coin. C’était con mais c’était comme ça et pourtant je faisais tout pour ne pas ressentir ça, pour ne pas que mon cœur s’emballe rien qu’en le voyant, pour ne repenser à ses lèvres sur les miennes, pour ne pas lui succomber tout simplement. Je lutais et la bataille était sacrément difficile. Tout à coup, je tournais la tête vers Rafiki, il ne se rendait sûrement pas compte de ce qu’il me demandait. Ou peut-être était-ce moi qui en faisais tout un plat pour rien ? Mais ? M’asseoir sur ce canapé à côté de lui ? Merde, j’avais des papillons dans le ventre rien qu’en y pensant. Mon dieu… Tournant momentanément le dos à Juan, je regardais mon ami et passais discrètement ma main sur mon cou et lui fit une petite grimace, comme pour lui faire comprendre que ça allait être sa fête dès que nous serions tous les deux. Ouais, il allait m’entendre le petit… Je me tournais à nouveau et essayais de ne pas regarder Juan bizarrement puisque l’autre trouvait ça flippant, soit, j’allais faire un effort pour ne pas fixer ces magnifiques yeux verts… «  Non ! Ne part pas ! » Fis-je alors qu’il demandait à Rafael s’il voulait déplacer leur séance. Pourquoi j’avais sorti ça d’un coup ? Je me repris et haussais les épaules doucement, pour faire semblant d’être désintéressée. Non, je n’avais vraiment pas envie qu’il s’en aille… J’étais vraiment irrécupérable… «  Je veux dire… Ce n’est pas la peine. Ce n’est pas très important… » En fait si, puis qu’il s’agissait de lui, mais je n’allais pas lui dire tout de même. « Et puis ce serait plutôt à moi de partir… Je débarque à l’improviste comme ça… Je suis désolé, je ne voulais pas vous interrompre… » Je baissais la tête encore une fois, toujours honteuse d’avoir tapé l’incruste au mauvais moment. En parlant de taper… Juan m’invita à m’assoir sur le canapé d’un petit tapotement de main. J’en mourrais d’envie bon sang… Mais c’était moi où ce canapé était vraiment petit ? On allait être serré à trois là-dedans, non ? Je soupirais… Je faisais vraiment tout un plat pour rien… Ce n’est pas comme s’il me demandait de l’embrasser ou quoi que ce soit… Quoi que, je n’étais même pas certaine que j’aurais refusé si ça avait été le cas.. Gosh… Comme si je ne lui avais pas déjà fait assez de mal… Enfin bref, j’avançais et posais enfin mon popotin sur ce siège doucement. Waw, j’avais l’impression d’avoir fait un truc énorme comme si j’étais Armstrong et que je venais de poser le pied sur la lune. Ressaisis-toi Elie… Me dis-je. « Donc eu… J’ai interrompu votre séance de quoi ? » Demandais-je pour combler ce petit silence que je trouvais un peu pesant. «  Commérage ? » Un nouveau sourire s’affichait sur mon visage. « À moins que ce soit un truc réservé aux femmes… » Je croisais mes jambes et jetais un petit coup d’œil aux manettes posées sur la table basse. « Je vois… Je garde le gâteau pour moi toute seule alors ! » Ajoutais-je en riant nerveusement. Pathétique. Oui, je l’étais vraiment.


I COULD NOT GO ON
What if I lived without you ? What if I loved without you ? What if I died without you ? I could not go on !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twop.forumactif.com/
Juan D. Pepperoni
avatar
DISCRET
◗ je connais mon appart
Aides le forum, votes DISCRET◗ je connais mon appart

LES INFOS
MAMAMIA


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 24 janvier 1986
✔ METIER : En recherche !
✔ HUMEUR : Fêtard !!!
✔ SURNOMS : Monsieur Pizza, Juan Pizza, Ju' d'orange Damon LaPizza, Juanito, ...
✔ CITATION : El tiempo es el nuevo tiempo.

© CRÉDITS : Cliko
★ AVATAR : Jensen Ackles
✔ PSEUDO : Cliko
€ EUROS : 12096
✔ MESSAGES : 284
✔ ANNIVERSAIRE : 11/01/1993
✔ AGE : 24
✔ INSCRIPTION : 19/03/2013
✔ PAYS : France
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: Le sport révèle beaucoup d'élément cachés de notre corps. Bon, pas que en fait... ( With Rafael et Elizabeth )   Jeu 17 Oct - 11:12


⊱ Escape for the cake...

La situation était une fois de plus embarrassante, après avoir vécu la même scène à la bibliothèque, ces derniers jours étaient vraiment répétitifs. Rencontre par hasard, des points communs entre nous, un rapprochement physique, quelques paroles, une envie de rester près d'elle mais aussi de prendre mes jambes à mon cou. Toujours assis sur le canapé, j'observais le comportement des deux amis et "ex" apparemment. Ca me choquait un peu de savoir ce dernier petit détail, je voyais vraiment pas Eli avec un gamin aussi... Immature et geek. Bon ok, je l'étais aussi mais voilà, j'avais l'expérience de la vie, ainsi que mes moments où j'étais totalement sérieux. Bon ok, je n'avais pas non plus à sortir la phrase que j'avais murmurée, car Eli et moi n'étions pas vraiment des exs... Juste un coup d'un soir je dirai. Mais bon, comme j'étais assez nul pour penser à l'intérieur de moi, Eli semblait m'avoir entendu parler. " Non rien ! Je suis juste content de te voir ! " disais-je ne gesticulant dans tout les sens pour prendre une pose plus correcte que mon affalement canapélaire. Je ne pouvais m'empêcher de la regarder de haut en bas, elle était tellement élégante, mignonne. Ralala, non Juan, ne tombe pas dans ce sujet là ! On a déjà dit non ! Donc je disais que peut être on pouvait décalé l'entrainement à un autre jour pour les laisser seul, mais à ma grande surprise, la blonde m'en empêcha. Apparemment, c'était trop tard ! Maintenant que je n'avais plus de raison de m'en aller, j'étais bloquer là, regardant Eli s'excuser de débarquer comme si c'était son appart. " Non mais t'en fais pas ! C'est pas important, puis plus on est de fous, plus on rit non ? " la rassurais-je avec un sourire réconfortant. Ce que je disais était un peu stupide, car personne n'était aussi dingo que moi, du coup le simple fait que je sois là faisait rire tout le monde. Bref, maintenant que j'essayais de rassurée Eli, je tentais à nouveau ma chance avec elle malgré le fait que nos rencontres précédentes n'aient pas été fructueuses... Je l'invitais à s'asseoir près de moi, mes yeux posés sur ses jambes qui approchaient lentement de moi. Etais-je dans la matrice ? Ou alors, dans un replay d'émission sur internet ? Aucune idée, mais le temps s'était ralentit, à l'inverse de mon coeur à l'approche de la jeune femme qui s'assit à mes côtés. Toute proche. Elle l'était mais tellement. Je reprenais un peu mes esprits alors que je voyais Raf partir dans la cuisine avec le gâteau.

A ma grande surprise, se fut Eli qui brisa le silence entre nous, me faisant un peu sursauter car je ne m'y attendait vraiment pas. Je la regardais faire ses suppositions qui me faisaient sourire, c'était bête, presque de mon niveau humour, mais j'aimais ça. " Hum, en fait... Je suis le coach sportif à Raf. J'essaye de l'aider à changer sa vie ! " lui répondais-je tout en souriant, comme si j'étais fier d'avoir cette lourde tâche. " Bon, ça nous arrive de geeker un peu, mais c'est pour adoucir l'entrainement ! ". C'est vrai que pour quelqu'un n'ayant jamais fait de sport intensif, c'était un peu compliqué de tout changer du jour au lendemain, j'avais donc pris cet élément en considération pour adapté des moments de jeux. Bon ok, qui duraient toute la séance au final, mais elle n'était pas obligée de le savoir ! Du coup, pour la décontractée un peu plus j'essayais de la faire rire encore un peu. Je faisais une moue un peu triste, exagérant un peu en tirant mes lèvres vers le bas. " Nooooon, s'il te plait, je veux du gâteau ! " la suppliais-je pour de faux comme un petit gamin qui voulait un cadeau. Malgré mon petit jeu d'acteur, je ne pus empêcher d'éclater de rire. Cela me faisait toujours du bien, me permettant de me décontracter un peu, du coup j'oubliais la pression qui pesait sur moi depuis qu'Eli était à côté de moi, tout proche. Je pouvais sentir son doux parfum enivrant me monter dans le nez, c'était bon, j'arriverai pas à me dégager cette odeur avant quelques temps maintenant... Dans un sens, je ne le voulais pas car la seule chose qui me faisait penser à la blonde était important pour moi. Finissant de rire, je remontais mes yeux vers son visage, sauf que les siens firent de même. Nos regards l'un dans l'autre, je n'osais dire quelque chose et encore moins bouger, de peur de gâcher un si merveilleux moment. Du bruit se fit entendre de la cuisine, Raf revenait sûrement et cela me tira de cette hypnose oculaire. Il était temps pour moi de partir, la situation allait sûrement se compliquer avec le retour du propriétaire de l'appart, et je ne tenais pas trop à m'expliquer... J'avais mal au coeur rien que d'y penser, mais je le devais. Eli était venu pour parler d'un truc avec mon padawan, et je n'avais pas à en être au courant. Détournant mon regard du sien, je me levais tout en lui disant mes intentions. " Bon, Raf revient. Je vais vous laisser tout les deux, hein? T'avais pas quelque chose à lui raconter non ? " lui souriais-je en reculant lentement vers la porte. " Bon bin... A une prochaine fois Eli ! Peut être à demain vu le rythme qu'on prend depuis deux jours ! Tu diras à Raf que je l'appellerai pour rattraper cette séance ! ". Je lui faisais un petit geste de la main, toujours souriant, même un peu forcé, avant de me retourner devant la porte, de l'ouvrir et sortir de l'appartement. Comment expliquer cette réaction ? Je n'en avait franchement aucune idée. C'était juste que... Tout était contradictoire. Mon coeur, mes pensées, sa réaction d'il y a deux jours, ses gestes maintenant. Enfin voilà, j'étais juste déboussolé, l'envie de partir me surpassant. Je soufflais un grand coup une fois dehors. J'avais réussi à retenir mes sentiments, même si elle me prendrait sûrement pour un barjo. Bien qu'au fond de moi, j'espérais que non car je l'aimais, je pensais que le fait de me prendre pour un fou me permettrait de moins la revoir, mes sentiments cesseraient peut être... Peu de chance, mais qui ne tente rien n'a rien non ? D'un pas un peu maussade, j'entamais donc le trajet du retour à la maison, seul...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth O. Connor
avatar
administrice
◗ une petite louve gentil
Aides le forum, votes administrice◗ une petite louve gentil

LES INFOS
YES OR NO ?


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : Le 8 mars 1990
✔ APPARTEMENT : 1b.2
✔ METIER : Assistante directeur dans une chaine TV.
✔ CUPIDON : Si j'attrape ce petit bébé, je lui fais payer tous les sales coups qu'il m'a fait !
✔ HUMEUR : Toujours souriante !
✔ SURNOMS : Elie, Eliza, Elychou...
✔ CHOSES A FAIRE : ~ Travailler.
~ Devenir riche.
~ Trouver une idée géniale pour être célèbre.
~ Tomber amoureuse.
~ Faire les courses.
~ Etre heureuse et profité de la vie.
✔ CITATION : Et tout a cou tu te rends compte que tout et fini, pour de bon. Il n'y a pas de marche arrière tu le sens. Et puis tu essayes de te rappeler a qu'elle moment tout a commencer puis tu découvre que c'est plus vieux que se que tu pense, et c'est la seulement a se moment que tu réalise que les chose n'arrive qu'une fois. et quels que soient tes efforts tu ne ressentiras plus jamais la même chose tu n'auras plus jamais la sensation d'être a trois mètre au-dessus tu ciel.

© CRÉDITS : © Crazy Bunny
★ AVATAR : Candice Accola
✔ PSEUDO : Choco
€ EUROS : 9592
✔ MESSAGES : 1409
✔ AUTRES COMPTES : Diego R. Vicente
✔ ANNIVERSAIRE : 22/02/1999
✔ AGE : 18
✔ INSCRIPTION : 19/05/2012
✔ PAYS : France
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: Le sport révèle beaucoup d'élément cachés de notre corps. Bon, pas que en fait... ( With Rafael et Elizabeth )   Lun 28 Oct - 5:00


⊱ En trois mots : OH MON DIEU !


J’avais l’impression d’être le pantin du destin en ce moment. Comme s’il s’amusait à me balancer de tous les côtés comme une marionnette pour me mettre sur le chemin de Juan tous les jours. À la bibliothèque et maintenant chez Rafael… Les situations délicates ne cessaient de se répéter. Pour mon plus grand bonheur comme pour mon plus grand malheur d’ailleurs… Je n'avais jamais connu le doute. J'avais toujours su ce que je voulais en me fixant des buts et des objectifs précis. Maintenant, j’étais comme une pendule, allant de gauche à droite, croyant tout et son contraire. Enfin… « Ouais ! » Lâchais-je en souriant. Plus on de fous plus on rit… C’était tout à fait ça. Fou, nous l’étions complètement, l’un de l’autre ? Sûrement. Il accaparait toutes mes pensés depuis plus de trois jours alors comment de ne pas disjoncter ? Je l’étais tellement que m’assoir sur ce canapé devenait une épreuve bien plus compliquée qu’un simple posage de popotin. Dans ma tête, j’en faisais tout un plat, tout un fromage. Voilà quoi, tout un menue gastronomique pour rien alors qu’il suffisait que je m’asseye sur ce siège. Je m’avançais et me retrouvais donc presque collé à Juan alors que Rafael, ce traître, s’enfuyait dans la cuisine avec mon gâteau, nous laissant seuls tous les deux. J’étais mal alaise, ne sachant pas trop quoi faire… Finalement, je demandais ce que j’interrompais, essayant aussi de faire un peu d’humour, mais ce n’était vraiment pas terrible. Comme quoi, je disais vraiment n’importe quoi quand j’étais nerveuse. Alors comme ça il était le coach sportif de Raf… « Je vois ! » Dis-je en riant doucement. « Il en a besoin… » Oui, j’avais toujours connu Rafiki comme étant un vrai geek et un vrai boulet. De plus, il était maigrichon et un peu de sport ne pouvait pas lui faire de mal, bien au contraire même si pour cela il devait quand même continuer à jouer en un peu à ses jeux vidéo. Comme on dit, Rome ne s’est pas faite en un jour. Et l’on ne pouvait pas changer un homme en un claquement de doigt. Puis je trouvais que le rôle d’entraîneur allait bien à Juan pas pour une raison spéciale ou quoi que ce soit… Juste comme ça je trouvais qu’il en avait le profil, avec ses muscles… Enfin bref… Je continuais de plaisanter avec mon histoire de gâteaux, insistant sur mes menaces, alors que Raf était sûrement entrain de dévorer à lui tout seul la pâtisserie en question. Je rigolais en voyant Juan faire une moue et me suppliait de lui en donner. Comme la veille toujours entrain de me faire rire. « Bon… Ok ! » Je jetais un regard vers la porte de la cuisine. « Ou du moins s’il en reste… » Me dandinant un peu sur le canapé, je croisais et décroisais nerveusement mes jambes. Tout proche… Il l’était tellement, s’en était délicieusement perturbant. Je sentais la chaleur de son corps qui touchait presque le mien… Tournant la tête vers lui, je le regardais. Mon visage s'illuminait alors qu’il se tournait vers moi lui aussi et ça me bouleversait. Personne ne m'avait jamais regardée ainsi. Personne ne me faisait rire, ne me rassurait, ne me perturbait, comme il le faisait. Je lui souris doucement, ne sachant pas trop quoi faire d’autre. Je ne pouvais pas me détacher de ses yeux… Je sursautais en entendant ce bruit qui provenait de la cuisine. Mince ! Qu’est-ce qu’il me prenait à la fin ? Soudain, Juan se leva. Hein ? Mais il lui prenait quoi à lui aussi ? J’avais fait un truc… ? Je l’écoutais. Il partait ? Je n’avais pas eu l’intention de le croiser là, mais de le voir partir me déchirait le cœur. Idiote que j’étais… Sans rien dire, je le regardais sortir. J’étais comme figée, choquée. Rafael était toujours dans la cuisine entrain de faire, je ne savais pas trop quoi et je me retrouvais donc seule, là comme une cruche, assise sur ce canapé. Je bugais un peu, fixant la porte, comme si elle était capable de me dire quoi faire. Là, je réalisais, que cette situation commençait à me gonfler. On se croisait, on se regardait, mais on était incapable de parler du problème. On était indéniablement attiré l’un par l’autre, ça allait même plus loin que ça. Être loin de lui me tuait parfois, m’empêcher de dormir la nuit. J’avais conscience que je n’avais pas le droit de ressentir ce que je ressentais pour lui, mais c’était là, je ne pouvais pas l’ignorer ou tout simplement l’effacer. Je me levais, me dirigeais vers cette stupide porte, il m’avait fallu un moment avant de me décider à bouger. Pourquoi ? Aucune idée. J’avais juste besoin de lui dire quelque chose. La vérité ? Non… Je trouverais bien quelque chose… Et puis je voulais l’entendre me dire ce qu’il ressentait pour moi, pour le moment je ne faisais que supposer, peut-être que je me mettais le doigt dans l’œil et qu’il n’y avait que de l’attirance physique entre nous ? Je voulais le savoir, je voulais être certaine avant de… De… De le laisser tomber encore une fois… Parce que je ne pouvais faire que ça de toute façon… Mais en tout cas on devait parler, on ne pouvait pas continuer comme ça, on se bouffait. Ou du moins, je me bouffais en tout cas. « Je… Je reviens Rafiki ! » Lâchais-je en refermant la porte derrière moi. Rapidement, je pris le chemin de l’appartement de Juan, il se trouvait juste à côté de celui Pearl, je savais parfaitement comment m’y rendre. J’accélérais jusqu’au moment où j’aperçus la silhouette du jeune homme devant moi dans les escaliers. « Juan ! Attends-moi ! » Je le rattrapais. « Écoute… Je… Ne sais pas trop quoi te dire… Mais eu… Je suis désolé. Pour tout… » Parce que je l’aimais, parce que le faisais souffrir, parce que je l’avais embrassé, parce que je l’avais planté, parce que… La liste de mes méfaits était longue… Trop longue….


I COULD NOT GO ON
What if I lived without you ? What if I loved without you ? What if I died without you ? I could not go on !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twop.forumactif.com/
Juan D. Pepperoni
avatar
DISCRET
◗ je connais mon appart
Aides le forum, votes DISCRET◗ je connais mon appart

LES INFOS
MAMAMIA


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 24 janvier 1986
✔ METIER : En recherche !
✔ HUMEUR : Fêtard !!!
✔ SURNOMS : Monsieur Pizza, Juan Pizza, Ju' d'orange Damon LaPizza, Juanito, ...
✔ CITATION : El tiempo es el nuevo tiempo.

© CRÉDITS : Cliko
★ AVATAR : Jensen Ackles
✔ PSEUDO : Cliko
€ EUROS : 12096
✔ MESSAGES : 284
✔ ANNIVERSAIRE : 11/01/1993
✔ AGE : 24
✔ INSCRIPTION : 19/03/2013
✔ PAYS : France
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: Le sport révèle beaucoup d'élément cachés de notre corps. Bon, pas que en fait... ( With Rafael et Elizabeth )   Lun 28 Oct - 14:00


⊱ Escape for the cake...


Le sourire ne quittait pas mes lèvres, j'étais l'homme le plus heureux au monde. Être en si charmante compagnie me plaisait complètement, surtout quand elle me faisait rire avec ses petites vannes. Cela se voyait qu'elle était curieuse mais aussi comique, et tout cela n'était pas tombé dans l'oreille d'un sourd. Avec ma joie et ma folie légendaire, je ne pouvais ne pas continuer dans son petit jeu. Je la suppliais alors qu'elle menaçait de garder tout le gâteau pour elle, mais je n'étais pas trop d'accord ! Du moins, ma gourmandise me disait de me battre pour avoir un bout de cette merveilleuse pâtisserie. Tandis que finalement, Eli accepta de m'en laisser un bout, je souriais en me caressant allègrement et parodiquement le ventre en le gonflant d'air, comme si je n'attendais que ça, tel un énorme Homer Simpson. " Il a intérêt à faire de bonnes parts, il en faut beaucoup pour remplir cette panse ! " disais-je en imitant la voix du Simpson légendaire, lâchant un " D'oh ! " rapide avant de rire. J'étais irrécupérable. Fou. Idiot. Mais je le valais bien. Malheureusement, une pensée me traversa l'esprit : Il était temps pour moi de partir. Je ne voulais pas dérangé Eli et Raf, car elle avait un truc important à lui raconter alors que moi... Je n'étais qu'un simple ami pour le geek et sûrement qu'une simple connaissance pour la blonde. Rapidement, je me levais, lui disant au revoir avec un air faussement joyeux, et je quittais la pièce par l'entrée.

Mais maintenant, je m'échappais. Je fuyais, comme un lâche. Oui, j'étais un lâche n'osant pas affronter le regard de celle qui faisait battre mon coeur à 10 000 tours et envoyait mon cerveau 20 000 lieux sous les mers. Ma honte me prenait tellement que j'en avait envie de vomir, je me dégoûtais moi-même, car j'invitais Eli à venir auprès de moi, je la rassurais, la faisais rire, déstressais, et au final, je partais en trouvant l'excuse qu'elle voulait parler à Raf. Tellement pitoyable. C'est cette pensée que j'avais de moi quand je fermais la porte de mon padawan. Une fois dehors, je partais donc en direction de mon appart, tête baissée, traînant des pieds, le mal être emplissant mes pensées. Pourquoi faisais-je ça ? On se rapprochait enfin tout les deux... Peut être car je n'arrivais pas à effacer de ma tête la soirée d'il y a deux jours. Le soir où nos lèvres se sont entre-mêlées pour la première fois avant qu'elle fuit devant ma nullité ou je ne sais quoi qui venait de moi. Elle avait beau me rabâcher que c'était de sa faute, je ne pouvais l'admettre car... Je l'aimais. Oui, je l'aimais, je n'avais pas peur de le penser, encore moins de le dire, mais mes lèvres me boycottaient. Si mon corps s'y mettait aussi, je n'étais pas prêt de conclure à quelque chose, alors autant abandonné... C'est pour cela que je commençais à m'approcher des escaliers, déprimant à mort, résigné laisser Eli tranquille pour toujours...

Mais alors que j'arrivais aux premières marches, une voix familière m'appela, ce qui me fit me retourner lacement. La blonde que je venais de quitter me coursait. Pourquoi ? Pourquoi cherchait-elle encore à me retenir ? Alors que j'acceptais cette foutu raison, acceptant même le fait que j'étais un minable et que Pearl avait tout à fait raison de dire des choses aussi fausses sur moi, car en fait, elle avait totalement raison. On devrait la nommée sage ou gourou de la résidence, ça lui allait bien. " E... Eli ? " disais-je pitoyablement alors qu'elle arrivait à ma hauteur. Je n'avais qu'une envie, c'était partir, éviter ce sujet qui semblait inévitable, ce sujet qui m'enfoncerait et briserait à nouveau mon coeur si fragilisé par la soirée d'il y a deux lunes. Je la regardais, en silence. Mon sourire n'arrivait pas à revenir, étais-je en panne ? Et c'était à partir de ce moment que je ne comprenais plus rien. Eli s'excusait pour tout... Tout quoi ? Elle n'avait rien fait, c'était juste celle de ma tête, mon coeur et moi. Je la regardais toujours, essayant de sourire comme je le pouvais. " Eli... Je ne comprends pas pourquoi tu veux t'excuser... Tu n'as rien fait de mal, je t'assure... " lui soufflais-je doucement. Ok elle m'avait limite planté comme ça après un baiser, mais ça pouvait être une erreur de mouvement, enfin un malentendu quoi. Tout pouvait arriver. Mais je ne lui en voulais pas, et jamais ce ne serait le cas. Avant qu'elle puisse parler, je m'approchais un peu d'elle de façon à pouvoir poser ma main sur son épaule, et de lui caresser doucement, et continuais ma phrase sur ma lancée. " Quoi que tu penses, je ne t'en veux de rien. Et je t'en voudrai jamais. Alors, explique moi de quoi tu veux t'excuser. " lui disai-je alors que mes doigts me faisaient parcourir des mini-courants électriques dans tout le bras, me faisant ressentir quelques frissons de bonheur dans le dos. Ma tête me disait " Pars ! " mais mon coeur contredisait " Enlace-la ! ". Et voilà, mes organes étaient l'un contre l'autre, autant que mes pensées. Quel tas de merde je faisais quand même...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth O. Connor
avatar
administrice
◗ une petite louve gentil
Aides le forum, votes administrice◗ une petite louve gentil

LES INFOS
YES OR NO ?


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : Le 8 mars 1990
✔ APPARTEMENT : 1b.2
✔ METIER : Assistante directeur dans une chaine TV.
✔ CUPIDON : Si j'attrape ce petit bébé, je lui fais payer tous les sales coups qu'il m'a fait !
✔ HUMEUR : Toujours souriante !
✔ SURNOMS : Elie, Eliza, Elychou...
✔ CHOSES A FAIRE : ~ Travailler.
~ Devenir riche.
~ Trouver une idée géniale pour être célèbre.
~ Tomber amoureuse.
~ Faire les courses.
~ Etre heureuse et profité de la vie.
✔ CITATION : Et tout a cou tu te rends compte que tout et fini, pour de bon. Il n'y a pas de marche arrière tu le sens. Et puis tu essayes de te rappeler a qu'elle moment tout a commencer puis tu découvre que c'est plus vieux que se que tu pense, et c'est la seulement a se moment que tu réalise que les chose n'arrive qu'une fois. et quels que soient tes efforts tu ne ressentiras plus jamais la même chose tu n'auras plus jamais la sensation d'être a trois mètre au-dessus tu ciel.

© CRÉDITS : © Crazy Bunny
★ AVATAR : Candice Accola
✔ PSEUDO : Choco
€ EUROS : 9592
✔ MESSAGES : 1409
✔ AUTRES COMPTES : Diego R. Vicente
✔ ANNIVERSAIRE : 22/02/1999
✔ AGE : 18
✔ INSCRIPTION : 19/05/2012
✔ PAYS : France
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: Le sport révèle beaucoup d'élément cachés de notre corps. Bon, pas que en fait... ( With Rafael et Elizabeth )   Dim 3 Nov - 9:28


⊱ En trois mots : OH MON DIEU !


Je regardais Juan… Je le regardais partir sans rien dire. Parce que j’étais tellement… Sur le cul. Je ne m’y attendais pas du tout, pourtant il partait. Je ne rêvais pas, il partait vraiment. Je fixais alors la porte, comme en bug. Je ne comprenais pas… Pourquoi ? Il disait partir pour me laisser parler avec Rafael, mais je voyais bien, dans son attitude, qu’il y avait autre chose. Mais quoi ? Je me demandais ce que j’avais bien pu faire… Puis la réponse me sauta aux yeux, comme un nez au milieu de la figure. Je me rapprochais de lui, encore. Car j’étais comme un aimant et son bout de fer. Il m’attirait… Même plus que ça… J’avais l’impression de l’aimer. Mince alors ! Je savais que je ne devais pas, je savais comment ça allait finir, pourtant je le faisais quand même et je nous faisais souffrir tous les deux. Dans un sens, il avait raison… Partir était la meilleure chose à faire, alors pourquoi mon cœur se brisait-il en un millier de petits morceaux ? C’était idiot, mais de toute façon je l’étais… D’autant plus que je me levais et me mis en tête de le rattraper. Je signalais à mon ami que je revenais, mais dans le fond je n’étais pas sûr de le faire… Bref, je sortais et commençais à aller vers l’appartement de Juan, espérant qu’il ne se dirigeait pas à un autre endroit. J’allais vers l’infinie et au-delà… J’essayais de le rattraper parce que… Je ne savais pas trop pourquoi, parce que je voulais qu’on discute, mais je ne savais pas vraiment par où commencer, ni même comment continuer d’ailleurs. Tout ce dont j’étais certaine c’était de ce que je n’allais pas lui dire. Parfois, j’ai du mal à me comprendre moi-même.  Logique ? Totalement. Non, mais c’est vrai, on ne pouvait pas continuer comme ça. C’était trop… Bizarre ? Douloureux ? Les deux en fait. J’en avais marre. Et puis... Voilà, quoi. J’accélérais et l’aperçu enfin quelques marches plus loin. Je l’appelais, lui demandant de m’attendre. Bon… Bah j’y étais. C’était le moment, il fallait que je dise un truc, n’importe quoi, pour ne pas qu’il s’en aille encore. Je pris cinq secondes pour remettre de l’ordre dans mes pensées puis lâchais que j’étais désolé. Comme ça, pouf.  C’est la première chose qui m’avait traversé l’esprit et c’était tellement vrai. Sauf que, parfois, les excuses ne suffisent pas : il n’aurait tout simplement pas fallu faire la connerie… Je n’aurais pas dû l’embrasser, pour ne pas le faire souffrir. Et si je ne l’avais pas fait nous ne serions sûrement pas là en ce moment, pourtant, j’avais terriblement envies de recommencer… Comme si je n’avais pas retenu la leçon… Il me regardait avec la même incompréhension dans le regard que j’avais eu alors qu’il était parti et ne souriait plus du tout lui non plus. Je levais les yeux au ciel quand il me dit que je n’avais rien fait de mal… Le pauvre, s’il savait… J’allais répliquer quelque chose, mais il s’approcha de moi et vint poser sa main sur mon épaule, m’autant les mots de la bouche. Je suivis son geste des yeux, puis regardais sa main avant de retourner la tête vers lui en plongeant dans son regard. Sa main et ses caresses me perturbaient un peu, il m’avait, en quelque sorte, coupé dans mon élan. Je me secouais légèrement et tentais d’arrêter de penser aux frissons qui me parcouraient tout le corps. Je ne devais pas me laisser distraire et je ne devais en aucun cas… En mince ! Mes yeux descendirent sur ses lèvres, les traîtres ! Non, non et non ! Pas encore une fois… Je soufflais un coup et me remis à réfléchir convenablement. Surtout, ne pas perdre de vue le but de tout ça… Discuter… J’allais y arriver, ou du moins en théorie. « Juan, arrête, s’il te plait… » Lui demandais-je d’un air suppliant pas tellement convaincant.  Ça se voyait que je ne voulais pas qu’il cesse, mais je m’en fichais, j’avais au moins réussi à le dire. Bon… Maintenant, répondre à ses questions... Mes traits se durcirent. «  Pourquoi je m’excuse ? Bon sang, mais regarde-toi ! Je sais que tu t’en veux pour quelque chose que tu n’as pas fait. Et c’est de ma faute parce que je me conduis comme une gamine ! » Je baissais les yeux et contemplais le sol. « Je n’aurais pas dû t’embrasser l’autre soir car à cause de moi… Je nous ai fait souffrir tous les deux et… Tu ne peux pas savoir comme je suis désolé. » De nouveau, je le regardais en face. Mince encore ! Voilà que j’avais envie de pleurer ! « Je ne voulais pas… Mais je n’ai pas pu m’en empêcher… Je suis qu’une idiote… Je m’en veux de l’être à ce point… Mais toi… » Je le menaçais de mon super index. « Toi, tu n’as pas le droit… Tu dois… Faire comme si tu ne m’avais jamais rencontré, tiens ! » Ouais ! Voilà un truc intelligent ! Une bonne idée en plus. «  Je ne veux pas que tu sois triste ou je ne sais pas trop quoi à cause de moi… » Bon… Je fis une pause, attendant de voir comment il allait réagir. Mon petit discourt avait l’air un peu… Incohérent… J’avais l’impression de ne pas avoir dit les choses dans le bon ordre… Enfin bref, c’était dit de toute façon…


I COULD NOT GO ON
What if I lived without you ? What if I loved without you ? What if I died without you ? I could not go on !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twop.forumactif.com/
Juan D. Pepperoni
avatar
DISCRET
◗ je connais mon appart
Aides le forum, votes DISCRET◗ je connais mon appart

LES INFOS
MAMAMIA


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 24 janvier 1986
✔ METIER : En recherche !
✔ HUMEUR : Fêtard !!!
✔ SURNOMS : Monsieur Pizza, Juan Pizza, Ju' d'orange Damon LaPizza, Juanito, ...
✔ CITATION : El tiempo es el nuevo tiempo.

© CRÉDITS : Cliko
★ AVATAR : Jensen Ackles
✔ PSEUDO : Cliko
€ EUROS : 12096
✔ MESSAGES : 284
✔ ANNIVERSAIRE : 11/01/1993
✔ AGE : 24
✔ INSCRIPTION : 19/03/2013
✔ PAYS : France
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: Le sport révèle beaucoup d'élément cachés de notre corps. Bon, pas que en fait... ( With Rafael et Elizabeth )   Dim 3 Nov - 14:23


⊱ Escape for the cake...


Tout n'était qu'incompréhension en moi, du moins c'est ce que je pensais. Que ce soit mes pensées ou mes organes philosophiques, tous se contredisaient. Devais-je rester et me confronter à un énième râteau ainsi qu'à un chamboulement de tout mon être, ou fuir devant cette cause perdue en abandonnant ainsi tout espoir de la revoir ? Le choix était vite fait, et mon corps me suivit pour une fois. Mes mots s'alignaient à mes pensées tandis que je lui disais que ce n'était point de sa faute, mes membres s'exécutaient alors que ma main se posait sur son épaule pour lui montrer que je ne lui en voulait de rien. Pour une fois, tout marchait comme sur des roulettes, sûrement que le fait de prendre mon courage à deux mains pour l'aider à ne pas être triste m'aidait huilait les rouages de mon corps. Ou tout simplement car je l'aimais, car l'amour donne des ailes, encore plus que Red Bull. Je ne savais pas, mais je m'en contrefichais. Le plus important, c'était que j'étais là devant elle, malgré mon manque de sourire, et que j'essayais de la rassurée. Chose qui ne marcha pas comme je l'aurai voulu en fait... Car plutôt que d'attendre une réponse en accord avec la mienne, c'était plutôt un démantèlement de toute la responsabilité que j'assumais complètement. Tout ce qu'elle disait ne me convenait pas du tout, mais je la laissait parler car je sentais au fond d'elle qu'elle avait déjà du mal à sortir ses explications alors si je la coupait, cela la rendrait plus muette qu'autre chose... Mes yeux la regardaient donc m'expliquer qu'on aurait jamais du se rencontrer, qu'elle n'aurait jamais du m'embrasser, qu'elle n'aurait jamais du me parler, bref que notre connaissance n'était qu'un amas de coïncidences qui nous ont blessés tout les deux. Dans un sens, c'était vrai, mais je ne pouvais pas admettre que je devais m'éloigner d'elle, partir loin, ne plus la revoir... Mon coeur s'accrochait face à la raison... Alors qu'elle finissait enfin en me disant qu'elle ne voulait pas me voir triste, sauf que je m'en foutais royalement de ma personne, c'était elle le plus important... " Eli... " disais-je tout bas avec une moue embarrassée. Je laissais descendre ma main sur son épaule le long de son bras et la joignit à la sienne, faisant de même avec l'autre. Ses mains endormaient mes bras tellement j'étais heureux d'enfin les toucher, mais je ne pouvais pas me laisser aller à simplement cela, je me devais de lui dire ce que je pensais vraiment. Mes yeux croisèrent les siens, et je tenais le regard pour lui prouver que je ne lui mentais pas. " Ecoute... Ok on souffre tout les deux, mais je ne regrette pas de t'avoir rencontré... Tu es une femme géniale quoi que tu penses et je ne t'en veux de rien. J'assume que j'ai pu faire quelque chose qui t'es perturbé ou autre, je ne sais pas et ce qui est fait est fait. Mais je suis sûr d'une chose... ". Il me fallait maintenant un peu plus de courage, et lui dire ce que j'avais sur le coeur... Mes poumons se vidèrent avant de la regarder droit dans les yeux à nouveau. " Eli, on a beau essayé de s'oublier, le destin ou je ne sais quoi fait en sorte qu'on se revoit toujours... Et je t'avoue que je... " ce mot n'arrivait pas à sortir, pourquoi ? Je ne savais pas... Vite un truc ! " Que... Qu'à chaque fois qu'on se voit, je suis heureux... Si je suis triste, c'est car je m'éloigne de toi... Puis aussi car j'ai l'impression que tu prends tout sur toi alors que je sais que je suis aussi fautif dans notre relation. " soufflais-je, toujours la moue embarrassée sur mes lèvres. Mais du coup, je m'en voulais un peu de lui dire ça en lui dire tout ce que je ressentais, encore et encore, comme un minable. Je m'énervais moi même... Je lâchais ses mains délicatement avant de reculer d'un pas et passant ma main dans mes cheveux, montrant un peu mon auto-agacement. Mais j'avais encore une question qui me taraudait dans le crâne. " Pourquoi ? Dis moi pourquoi tu es partis après m'avoir embrasser alors. Je suis prêt à croire que rien n'est de ma faute, mais j'ai le droit à une explication non ? Je tiens à toi et si il y a un truc que j'ai fais qui t'as traumatiser ou autre, je veux me racheter... ". Je me doutais bien que cela serait compliquer de m'expliquer, mais je tenais à savoir car... Je l'aimais et cela me faisait du mal de la voir se torturer autant...  


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth O. Connor
avatar
administrice
◗ une petite louve gentil
Aides le forum, votes administrice◗ une petite louve gentil

LES INFOS
YES OR NO ?


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : Le 8 mars 1990
✔ APPARTEMENT : 1b.2
✔ METIER : Assistante directeur dans une chaine TV.
✔ CUPIDON : Si j'attrape ce petit bébé, je lui fais payer tous les sales coups qu'il m'a fait !
✔ HUMEUR : Toujours souriante !
✔ SURNOMS : Elie, Eliza, Elychou...
✔ CHOSES A FAIRE : ~ Travailler.
~ Devenir riche.
~ Trouver une idée géniale pour être célèbre.
~ Tomber amoureuse.
~ Faire les courses.
~ Etre heureuse et profité de la vie.
✔ CITATION : Et tout a cou tu te rends compte que tout et fini, pour de bon. Il n'y a pas de marche arrière tu le sens. Et puis tu essayes de te rappeler a qu'elle moment tout a commencer puis tu découvre que c'est plus vieux que se que tu pense, et c'est la seulement a se moment que tu réalise que les chose n'arrive qu'une fois. et quels que soient tes efforts tu ne ressentiras plus jamais la même chose tu n'auras plus jamais la sensation d'être a trois mètre au-dessus tu ciel.

© CRÉDITS : © Crazy Bunny
★ AVATAR : Candice Accola
✔ PSEUDO : Choco
€ EUROS : 9592
✔ MESSAGES : 1409
✔ AUTRES COMPTES : Diego R. Vicente
✔ ANNIVERSAIRE : 22/02/1999
✔ AGE : 18
✔ INSCRIPTION : 19/05/2012
✔ PAYS : France
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: Le sport révèle beaucoup d'élément cachés de notre corps. Bon, pas que en fait... ( With Rafael et Elizabeth )   Mer 6 Nov - 9:28


⊱ En trois mots : OH MON DIEU !


Les envies sont des choses incompressibles. Il nous arrive souvent de faire une chose alors qu’on a plus qu’envie de faire le contraire. Votre esprit vous dit non et tout le reste de votre corps vous crie oui. Et vous êtes là, à déterminer le pour et le contre sans parvenir à trouver la paix entre votre cerveau et votre cœur. Moi, j’en étais là à cet instant. Je ne savais pas sur quel pied danser. Je me retenais de l’embrasser alors qu’il n’avait fait que me toucher l’épaule… C’est pour dire à quel point il m’attirait. Puis, me résonnant enfin, je me remis à parler. Déballant ce que j’avais à dire presque d’un coup, ne m’arrêtant que pour reprendre ma respiration ou pour le regarder. Je m’en voulais tellement… Ce que je lui disais était tristement vrai. Je m’étais laissé aller juste quelques secondes et voilà où ça nous avait mené, par ma faute. Je lui demandais même de faire comme s’il ne m’avait jamais rencontré. Les mots qui sortirent de ma bouche à ce moment-là étaient comme des lames qui s’amusaient à blesser mon pauvre cœur. Ça faisait mal, trop mal, d’imaginer ne plus le revoir, plus jamais… Mais ça me semblait tout de même pas être une bonne idée. Moi ? Maso ? Non, pas du tout ! Je lui expliquais aussi que je faisais tout pour ne pas qu’il souffre. Seulement il ne semblait pas l’enregistrer. Il devait avoir un problème de compréhension ou peut-être était-il extrêmement borné ? Encore une fois, l’addition des deux sûrement. Mon prénom qu’il disait tout bas alors que ses mains descendaient le long de mes bras pour finalement venir se joindre aux miennes… Tout ça me faisait presque fondre. Il avait ce petit truc qui me rassurait alors que j’avais l’impression de voir mon monde s’écrouler autour de moi. Toutes les certitudes et les limites que je m’étais fixées étaient ébranlées par cet homme, pourtant il était aussi celui qui me rassurait, qui me donnait le sentiment que tout aller bien se passer. Et c’était d’autant plus horrible parce que je ne savais pas comment j’allais m’en sortir sans lui alors qu’en même temps, c’était lui qui me détruisait… Waw… Et je pensais pourvoir retourner à mon petit train-train quotidien après ça ? J’étais vraiment folle… Je fixais ses magnifiques yeux verts alors qu’il parlait. Dans ses paroles, il était tellement… Mignon. Attendrissant. Craquant. Me soufflant qu’il ne m’en voulait pour rien, que je j’étais une femme géniale, qu’il ne regrettait pas de m’avoir rencontré… Franchement, il ne m’aidait pas de tout, bien au contraire. Je ne tombais que plus profondément sous son charme. Puis, il continuait encore. Il avait raison, le destin ou quoi que ce soit dans le genre, en avait après nous. Je prenais la suite comme une déclaration et en même temps comme une triste fatalité. Il était amoureux de moi… Mon dieu. Je me surpris à verser une petite larme. De joie ? De tristesse ? Ça… En même temps je m’en réjouissais car ses sentiments étaient partagés. Mais en même temps, ça me tuait, il n’aurait jamais dû commettre cette erreur, pas avec moi... Je ne savais pas quoi lui dire… Je me sentais terriblement idiote. Et le pire, c’est que ce n’était pas le pire… Ouais… Ça pouvait être pire. La preuve, il me lâcha les mains en reculant et posa la question. Celle que je redoutais le plus. Pourquoi ? Un mot, un seul putain de mot. Mais qui demandait une réponse si compliquée, si terrible, si douloureuse. Je baissais les yeux, regardais mes pieds, le sol, retenant ces larmes qui me titillaient le coin de l’œil.  Je ne pouvais pas lui dire… J’en étais incapable, après tout ce que j’avais fait pour ne pas lui dire, tous ces efforts, je ne pouvais pas simplement lui dire la vérité. Merde ! Je ne pouvais pas indéfiniment rester muette non plus… Mais pourquoi moi !? Pourquoi il fallait que ça tombe sur moi ! Il n’aurait pas pu… Tomber amoureux de la voisine d’en face !? Pourquoi !? Pourquoi j’étais malade !? Pourquoi je ne pouvais pas être heureuse, hein !? Saleté de destin ! Je poussais un long soupire et me laissais peu à peu gagner par la colère. J’aimais me cacher derrière cette rage que j’avais contre l’univers tout entier.  Oui, je mourrais d’envi de lui révéler les vraies raisons qui m’avaient poussées à le fuir lors de cette soirée. Mais non… Je n’en avais pas le droit. Parfois, on doit lutter contre sa vraie nature ; parfois, on s’y abandonne. Et parfois, quand on en a vraiment marre de se battre contre soi-même, on se retourne contre quelqu’un d’autre, en l’occurrence, Juan. Je levais les yeux et le fixais. J’avais beau être prête à lui faire face, j’étais quand même bord de la crise de larme, mais aussi de nerfs. « Juan… Pourquoi ? Pourquoi tu as autant besoin de savoir ? Hein ? Tu ne peux pas faire comme tout le monde ? Encaisser le coup du râteau et simplement passer à autre chose ? Pourquoi ne peux-tu pas me faire confiance pour une fois ? Me croire quand je te dis que tu n’y es pour rien ? Pour pouvoir m’oublier tranquillement sans te faire aucun reproche ? » Dis-je rapidement d’un ton énervé. «  Ça nous faciliterait la vie à tous les deux. » Ou pas… « Tu dis tenir à moi ? Alors fait ce que je te demande, s’il te plait… C’est tout ce que je souhaite… » Une deuxième larme coula sur ma joue. « Juan… Il ne fallait pas… Tu n’as rien fait qui m’ait perturbé, je te le promets. S’il te plait… Crois-moi…  » Je fis un pas dans sa direction, me rapprochais de lui autant que possible, mais sans le toucher. Je repris mon ton dure à nouveau : « Ne dit plus jamais ça. Je suis loin d’être géniale. Ne dit pas des choses comme ça alors que tu ne me connais pas. Et si, tu devrais regretter de m’avoir rencontré. » C'était bas... Mais s'il se souvenait de moi comme ça, peut-être arriverait-il à me détester ?


I COULD NOT GO ON
What if I lived without you ? What if I loved without you ? What if I died without you ? I could not go on !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twop.forumactif.com/
Juan D. Pepperoni
avatar
DISCRET
◗ je connais mon appart
Aides le forum, votes DISCRET◗ je connais mon appart

LES INFOS
MAMAMIA


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 24 janvier 1986
✔ METIER : En recherche !
✔ HUMEUR : Fêtard !!!
✔ SURNOMS : Monsieur Pizza, Juan Pizza, Ju' d'orange Damon LaPizza, Juanito, ...
✔ CITATION : El tiempo es el nuevo tiempo.

© CRÉDITS : Cliko
★ AVATAR : Jensen Ackles
✔ PSEUDO : Cliko
€ EUROS : 12096
✔ MESSAGES : 284
✔ ANNIVERSAIRE : 11/01/1993
✔ AGE : 24
✔ INSCRIPTION : 19/03/2013
✔ PAYS : France
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: Le sport révèle beaucoup d'élément cachés de notre corps. Bon, pas que en fait... ( With Rafael et Elizabeth )   Mer 6 Nov - 14:29


⊱ Escape for the cake...


L'amour, quelle relation compliquée... On ne sait jamais de quel côté se placer, toujours le cul entre deux chaises. Non pas que cela est inconfortable... En fait si, c'est très peu confortable ! Ne jamais savoir quoi choisir pour le bien de l'autre, partir ou rester, parler ou se taire, l'embrasser ou reculer. Toute ces questions fusaient en permanence dans nos têtes, complètement contradictoires mais aussi réfléchis à la fois. Céder ou ne pas céder, tel est la question nous dirait Shakespeare, mais à la place, j'inspirais pour lui demander les vrais raisons de sa fuite à la soirée tout en donnant quelques indices sur mes sentiments. Je n'étais pas ce genre de personnes qui disait je t'aime à tout bout de champs et facilement, j'avais ce blocage depuis quelques années sur ce mot. Mais bref, j'essayais de la réconfortée comme je le pouvais, mais plutôt que d'avoir un réponse claire à mes questions, j'avais le droit à quelque chose de plus... Fort... C'était vrai que je m'attendais pas du tout à cette réaction... Elizabeth semblait énervée. Mais un énervement vraiment bizarre car je la voyais lâcher une première larme, puis une deuxième tandis qu'elle essayait de me convaincre de l'oublier... Mais moi je pouvais faire quoi ? A part la laisser se défouler et la réconforter, je ne pouvais rien faire... Je préférais donc me taire pour ne pas l'interrompre car je ne voulais pas l'énervée plus que maintenant... Malgré ce ton dur et repoussant, je sentais qu'au fond, il y avait quelque chose d'autre... Evidemment, sinon elle ne pleurerai pas non ? Mais bref, je la voyais s'approcher de moi et me dire des choses violentes sur elle. Suite à cette scène de presque ménage, mon cerveau bouillait car il avait envie de la contre-dire mais je le retenais à tout prix pour ne pas lui coupée la parole, mais je voulais tellement la rassurée, l'aidée... Alors qu'elle finissait sa dernière phrase, mon corps suivit une petite idée qui était cachée au fond de mon crâne. Une main passant derrière sa tête tendrement, lui caressant doucement les cheveux, avant de lui déposer un doux baiser sur les lèvres. Vous foutez pas de ma gueule ! Moi-même je ne réalisais pas que je faisais ça, c'était complètement incroyable, mais mon coeur me disait que c'était le seul moyen pour la calmée... Du coup, mon corps a agit en conséquences, n'est-ce pas normal ? Mais je vous arrête toute de suite, ce n'était pas le gros baiser de la mot comme dans les films, non non non, c'était juste un baiser de quelques secondes afin de lui faire comprendre que je ne lâcherai pas la prise ! Même si une part de moi hésitait beaucoup... C'est ainsi qu'après un doux baiser, je reculais afin de la regarder dans ses magnifiques yeux qui me faisaient toujours aussi fondre, comme la première fois que je les ai rencontrés. Mes mains essuyaient ses traces de larmes alors que je lui parlais. " Eli... Je ne regrette rien, car peut être que je ne te connais pas, mais le peu que je sais de toi et que j'ai pus voir de toi me suffit amplement pour savoir que t'es une fille géniale. Et le reste, je l'apprendrai plus tard... " lui disais-je lentement, souriant un petit peu pour lui montrer que malgré ce qu'elle disait, je n'arrivais pas à être triste. Je repensais à ce qu'elle disait... L'oublié... Oh ! Attendez une minute ! Mais oui ! La voilà la solution ! Je lâchais sa joue afin de reculer un peu et d'ouvrir les bras en grand. " OK ! Tu veux que je t'oublie ? OK ! J'oublie notre première rencontre au bal masqué, notre seconde rencontre à la fête des voisins, notre rencontre à la bibliothèque, notre rencontre aujourd'hui et les dernières choses qui se sont passer ici et maintenant. " Je soufflais toute l'air de mes poumons puis je fléchissait mes jambes. " Je vais tourner, et j'aurai tout oublié pour repartir à zéro ! OK ? 1... 2... 3 ! " Je me mis à tourner rapidement sur place, me rattrapant comme je pouvais pour éviter le deuxième tour. C'était une putain d'idée, l'oubliée pour la rencontrer et la découvrir une deuxième fois, étais-je un génie ? Je ne pense pas, mais c'était une putain de sacrée idée de malade quand même ! Une fois face à elle, je pris une pose un peu blasé et perdu à la fois. " Bonjour mademoiselle, je ne sais pas ce que je fais là, je ne me souviens pas. Sinon, je m'appelle Juan, j'ai 27 ans, blond vénicien aux yeux verts comme vous pouvez le voir, cuistot au Chocothé et célibataire. Et vous, à qui ais-je l'honneur ? " Ok, mon approche était un peu bancale et grotesque au final, mais dans le fond... Je remarquais que je le faisais toujours rire quand j'étais dans ce contexte là... Alors autant tenter le tout pour le tout... Peut être que cela serait un nouveau départ pour notre relation, quel que ce soit la suite de celle-ci...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth O. Connor
avatar
administrice
◗ une petite louve gentil
Aides le forum, votes administrice◗ une petite louve gentil

LES INFOS
YES OR NO ?


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : Le 8 mars 1990
✔ APPARTEMENT : 1b.2
✔ METIER : Assistante directeur dans une chaine TV.
✔ CUPIDON : Si j'attrape ce petit bébé, je lui fais payer tous les sales coups qu'il m'a fait !
✔ HUMEUR : Toujours souriante !
✔ SURNOMS : Elie, Eliza, Elychou...
✔ CHOSES A FAIRE : ~ Travailler.
~ Devenir riche.
~ Trouver une idée géniale pour être célèbre.
~ Tomber amoureuse.
~ Faire les courses.
~ Etre heureuse et profité de la vie.
✔ CITATION : Et tout a cou tu te rends compte que tout et fini, pour de bon. Il n'y a pas de marche arrière tu le sens. Et puis tu essayes de te rappeler a qu'elle moment tout a commencer puis tu découvre que c'est plus vieux que se que tu pense, et c'est la seulement a se moment que tu réalise que les chose n'arrive qu'une fois. et quels que soient tes efforts tu ne ressentiras plus jamais la même chose tu n'auras plus jamais la sensation d'être a trois mètre au-dessus tu ciel.

© CRÉDITS : © Crazy Bunny
★ AVATAR : Candice Accola
✔ PSEUDO : Choco
€ EUROS : 9592
✔ MESSAGES : 1409
✔ AUTRES COMPTES : Diego R. Vicente
✔ ANNIVERSAIRE : 22/02/1999
✔ AGE : 18
✔ INSCRIPTION : 19/05/2012
✔ PAYS : France
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: Le sport révèle beaucoup d'élément cachés de notre corps. Bon, pas que en fait... ( With Rafael et Elizabeth )   Dim 24 Nov - 18:53


⊱ En trois mots : OH MON DIEU !


Certains disent que nos vies sont définies par la somme de nos choix. Mais ce ne sont pas vraiment nos choix qui distinguent qui nous sommes. C’est notre engagement pour eux ! Etais-je pleinement engagé dans les miens ? Dans me tête, j’avais choisi de renoncer à Juan, de tout faire pour ne pas qu’il souffre, de m’éloigner de lui, même si je n’en avais pas du tout envie. Mais mon cœur n’était pas tout à fait d’accord avec ça, mon corps non plus d’ailleurs car tous les deux m’avaient permis de le suivre jusqu’ici. Et m’avaient convaincue de ne pas rester sagement chez Rafael. Peut-être aurais-je dû rester assises sur ce canapé… Oui, quelle mauvaise idée j’avais eu à ce moment-là. Pourtant, je voulais lui parler et c’est ce que je faisais alors qu’une ou deux larmes coulaient sur ma joue. Je m’énervais aussi, contre lui, contre moi, contre le monde entier. J’en voulais à  la terre entière de ne pas pouvoir être heureuse et cette rage me permettait de ne pas craquer, de ne pas tout lui raconter, elle me tenait debout, me donnait la force dont j’avais besoin. Je m’emportais même jusqu’à venir presque lui balancer à la figure qu’il ne devait pas prétendre que j’étais géniale parce qu’il ne me connaissait pas. C’était méchant, j’en avais conscience, mais c’était plus ou moins le but. Je voulais marquer le coup pour ne pas qu’il se souvienne de moi en bien, mais en mal. Peut-être que cela rendrait la chose plus simple pour lui ? En tout cas je l’espérais et ça valait toujours le coup d’essayer.  Puis il se passa simultanément trois choses. D’une, mon cerveau se mit en pause, je ne compris plus rien et mon cœur fut libre d’agir à sa guise. De deux, je perdis le peu de contrôle que j’avais sur cette conversation. De trois, la pire et la meilleure chose à la fois, il m’embrassa. Oui, vraiment, à l’inverse de la fois précédente c’était lui qui me surprenait en venant poser ses lèvres sur les miennes. Pas moi, lui. J’étais choquée, mais en même temps tellement heureuse, depuis le temps que j’en avais envie… Mon cœur s’emballait. Puis il recula et je ne bougeais pas. J’en étais tout simplement incapable. Mon cerveau était vide, en manque de lui tout à coup. Je restais là sans bouger, sans savoir quoi faire alors qu’il essuyait mes larmes en parlant. Toute ma colère s’était envolée, comme ça : puff ! Juan, me meilleur anxiolytique jamais trouvé. Je l’écoutais parler, sans rien dire, lui rendant simplement son petit sourire automatiquement. Mon cerveau était toujours en bug. Jusqu’au moment où il commença à m’expliquer sa drôle d’idée. Je levais un sourcil, quoi ? C’était quoi ce charabia ? Reprenant mes esprits peu à peu, je commençais à réaliser que ce qui venait de se passer était une très mauvaise chose. Je prenais ma tête dans mes mains, mais écartais un peu les doigts histoire de garder un œil sur lui. Ce n’était pas ce qui était prévu… Et ce n’était pas bien… Pas bien du tout…  Il tournait et je ne pouvais pas m’empêcher d’éclater de rire. C’était tellement…. Juan. Inattendu, exceptionnel, adorable, énervant et perturbant à la fois. Je riais, enlevant ma main de mon visage tout en continuant de rigoler. Seulement, des larmes coulaient aussi sur mes joues, une puis deux puis trois puis quatre. Je me marrais et je pleurais en même temps ? Quand je disais que je n’étais pas normale… Pourquoi pleurais-je ? Ça… Peut-être parce que tout ça était complètement fou ? Parce que tous ses efforts ne servaient à rien en réalité. J’avais vraiment l’impression qu’il ne comprenait pas ce que je lui disais. Quand je parlais de m’oublier, je ne voulais pas dire pour me revoir ensuite. Pour moi, il fallait qu’il passe à autre chose, end of story. Je continuais toujours de rire et de pleurer parce que je ne savais pas quoi faire d’autre, c’était idiot, mais il fallait que je me remette les idées en place. Tout ça s’était passé trop vite, son baiser, son petit tour… Il me fallait minimum deux minutes pour tout enregistrer, deux autres pour le digérer et encore au moins un siècle pour savoir quoi faire… Sauf que je n’avais pas tout ce temps, parce qu’il était là, devant moi, attendant que je lui réponde, que je fasse un truc, n’importe quoi… Au milieu de tout ce bazar, je remarquais un truc. Il avait dit 27ans ? Waw… Je savais qu’il était plus vieux que moi, mais pas à ce point…. Mais bref, cette différence d’âge n’était rien comparée à ce qui nous séparait vraiment. Je lui tournais le dos, histoire de mettre de l’ordre dans ma tête. J’attrapais la rampe et m’appuyais dessus tout en soufflant un peu. Alors… Deux choix s’offraient à moi. Mais lequel choisir ? Je n’en avais pas la moindre idée. C’était con, mais comme ça. Je pouvais saisir cette chance, faire comme si rien ne s’était passé et prendre un nouveau départ avec lui. Ou, je pouvais faire ce que je devais faire depuis le début, renoncer. Merde… Je continuais de regarder devant moi et soupirais une dernière fois avant de lâcher : «  Je m’appelle Elizabeth, 23ans, blonde. Je travaille dans une chaîne télévisée et heu… Je ne sais pas non plus comment je suis arrivé là, ni pourquoi je suis dans un tel état… Peu importe… » Je gardais les mains sur cette rampe, regardais le vide et les escaliers qui descendaient en dessous, incapable de me retourner pour le regarder dans les yeux. point positif, j'avais cessé de rire et de pleurer comme une hystérique.« Et vous devriez passer votre chemin… Faites comme si vous ne m’aviez jamais vu. » Ouais… Bonne idée… « Je ne suis pas géniale, je ne suis pas exceptionnelle, je ne suis rien du tout et vous feriez mieux de partir… Je ne sais pas où… Mais loin de moi. Croyez-moi, je n’en vaux pas la peine. »

HRP : Sorry pour le retard


I COULD NOT GO ON
What if I lived without you ? What if I loved without you ? What if I died without you ? I could not go on !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twop.forumactif.com/
Juan D. Pepperoni
avatar
DISCRET
◗ je connais mon appart
Aides le forum, votes DISCRET◗ je connais mon appart

LES INFOS
MAMAMIA


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 24 janvier 1986
✔ METIER : En recherche !
✔ HUMEUR : Fêtard !!!
✔ SURNOMS : Monsieur Pizza, Juan Pizza, Ju' d'orange Damon LaPizza, Juanito, ...
✔ CITATION : El tiempo es el nuevo tiempo.

© CRÉDITS : Cliko
★ AVATAR : Jensen Ackles
✔ PSEUDO : Cliko
€ EUROS : 12096
✔ MESSAGES : 284
✔ ANNIVERSAIRE : 11/01/1993
✔ AGE : 24
✔ INSCRIPTION : 19/03/2013
✔ PAYS : France
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: Le sport révèle beaucoup d'élément cachés de notre corps. Bon, pas que en fait... ( With Rafael et Elizabeth )   Lun 25 Nov - 6:11


⊱ Escape for the cake...


Je ne savais pas ce qu'il me prenait, l'embrasser, la consolée en essuyant ses larme, sûrement une petite touche d'attention avant de lui dire au revoir. D'ailleurs, le baiser était parfait, apaisant toutes mes ardeurs que mes lèvres avaient depuis un bout de temps. Mon coeur me disait que je l'aimais, c'était indéniable et je ne le reniais pas, mais comme elle voulait que je l'oublie... Autant tenter ma chance en blaguant sur le fait de l' "oublier", car je n'arriverai pas à l'oublier... Du moins pas comme ça et sachant qu'elle habite seulement à quelques mètres de chez moi... Lorsque je me mis à tourner, je l'entendais rire, ce rire si mignon et enjôleur m'emplissait de joie. Mon coeur battait de plus en plus vite en entendant ce son si grâcieux, malgré les larmes qui coulaient sur ses joues. Je n'avais qu'une envie, la serrée contre moi à nouveau, mais cela aurait casser tout ce que j'essayais de faire, car maintenant, on ne se connaissait plus... Alors que je faisais ma présentation rapide afin qu'elle puisse me parler un peu quand même en me considérant comme une connaissance, je l'écoutais se présenter à son tour. Sa voix douce me faisait sourire, elle ne se rendait pas compte que malgré le fait qu'elle était magnifiquement jolie, tout chez elle me plaisait. Me plaire ? Non, pas du tout, elle était la seule qui me faisait cet effet, un peu effrayant à la fois, mais merveilleux. Cette contradiction de Ying et de Yang était présente partout depuis que je la connaissais, surtout entre mon coeur et mon cerveau...

Eli commença à essayer de me faire partir à nouveau, de l'oublier... Alors que je voulais prendre mes jambes à mon cou, mon coeur lui, m'attirait vers elle. C'était difficile de résister... C'était donc ça l'amour impossible ? Aimer une femme qui vous rejetais ? Qu'elle ironie du sort... Ce serait mentir si vous disais que tout cela ne m'affectais pas, mais je le combattais car je n'abandonne jamais. J'ai fais plus de choses dangereuse que tomber amoureux, sauter dans le vide du haut d'un immeuble pour tomber dans un filer, faire du surf dans les escaliers, le nombre de cascades que j'ai fais étant jeune, bref, largement moins surmontable que cette histoire d'amour et pourtant, je n'arrivait pas à réussir cet exploit... J'allais donc tenter ma dernière chance... " Oh, vous êtes donc normale, banale et sans importance ? Je vois... Non c'est sûr, c'est pas très intéressant à vous parler, je ne sais pas ce que je fais là effectivement... " disais-je en faisant mine de réfléchir. Evidemment que j'étais ironique, mais je préférais aller dans son sens... " D'accord, bon bin... " Je lui tendais ma main. " Enchanté Eli ! Je suis idiot, stupide et abruti, une combinaison parfaite de la condescendance humaine ! " Condescendance ? Merde, j'espérais ne pas m'être tromper dans le sens du mot... " Je pense que justement, on pourrait très bien s'entendre ! Tenez ! " Je sortis mon téléphone et lui tendis. " Je vous passe mon téléphone ! Ah euh enfin... " Je reprenais mon téléphone et lui montrer mon numéro. " Je parlais de mon numéro hein ! Je vais pas vous donner mon portable alors que je ne vous connais à peine ! ". Je lui souriais toujours, montrant que j'étais convaincu que ça marcherait, mais finalement, je sentais que j'étais plus stupide qu'autre chose... Mon cerveau me traitait d'abruti finit tandis que mon coeur avait encore espoir. Faisant une moue un peu triste, je soufflais un peu exaspéré par moi-même, écartant les bras. " J'y arrive pas, désolé Eli... J'aimerai tout arranger, faire en sorte que rien ne soit passer, mais je vois que mes efforts sont vain... Donc si je comprend bien... C'est la fin entre nous deux ? " lui demandais-je avec une bouille désolée. Je ne savais plus quoi dire, c'était rare mais c'était le cas. Elle semblait si déterminée... J'avais peur de me heurter à un autre mur qui briserait sérieusement mon coeur en me demandant à nouveau de vraiment lui dire adieu... Bref, je la regardais, attendant une réponse vaine, mon coeur faisant de l'équilibre sur un fil, prêt à tomber à tout moment en fonction de sa réponse...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth O. Connor
avatar
administrice
◗ une petite louve gentil
Aides le forum, votes administrice◗ une petite louve gentil

LES INFOS
YES OR NO ?


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : Le 8 mars 1990
✔ APPARTEMENT : 1b.2
✔ METIER : Assistante directeur dans une chaine TV.
✔ CUPIDON : Si j'attrape ce petit bébé, je lui fais payer tous les sales coups qu'il m'a fait !
✔ HUMEUR : Toujours souriante !
✔ SURNOMS : Elie, Eliza, Elychou...
✔ CHOSES A FAIRE : ~ Travailler.
~ Devenir riche.
~ Trouver une idée géniale pour être célèbre.
~ Tomber amoureuse.
~ Faire les courses.
~ Etre heureuse et profité de la vie.
✔ CITATION : Et tout a cou tu te rends compte que tout et fini, pour de bon. Il n'y a pas de marche arrière tu le sens. Et puis tu essayes de te rappeler a qu'elle moment tout a commencer puis tu découvre que c'est plus vieux que se que tu pense, et c'est la seulement a se moment que tu réalise que les chose n'arrive qu'une fois. et quels que soient tes efforts tu ne ressentiras plus jamais la même chose tu n'auras plus jamais la sensation d'être a trois mètre au-dessus tu ciel.

© CRÉDITS : © Crazy Bunny
★ AVATAR : Candice Accola
✔ PSEUDO : Choco
€ EUROS : 9592
✔ MESSAGES : 1409
✔ AUTRES COMPTES : Diego R. Vicente
✔ ANNIVERSAIRE : 22/02/1999
✔ AGE : 18
✔ INSCRIPTION : 19/05/2012
✔ PAYS : France
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: Le sport révèle beaucoup d'élément cachés de notre corps. Bon, pas que en fait... ( With Rafael et Elizabeth )   Mer 4 Déc - 8:57


⊱ En trois mots : OH MON DIEU !


Pour moi, l’amour est une catastrophe magnifique : savoir que l’on fonce dans un mur, et accélérer quand même. Je ne pouvais pas m’empêcher de continuer. C’était idiot, mais ce mur était tellement attirant. Je savais que ça allait mal finir, c'était inévitable, je le savais! Pourtant j'étais incapable de le repousser convenablement. Je ne pouvais pas m'éloigner de lui alors qu'il m'embrassait. Et puis, je mourrais d’envie de reposer mes lèvres sur les siennes. Me battre contre moi-même devenait vraiment usant, si bien que je me laissais aller un moment. Je ne l’engueulais pas et le laissais sécher mes larmes. Me contentant aussi de rire et de pleurer alors qu'il exécutait son petit numéro. Mais une fois qu'il eut fait son demi -tours, je restais bête et ne savais pas quoi dire. Tout s'était enchaîné trop vite pour mon petit cerveau. Il me fallait un moment pour envisager une échappatoire à cette scène. Je réalisais alors que j'avais deux solutions : je pouvais profiter de l'occasion pour reprendre un nouveau départ avec lui. Faire comme s’il ne s'était rien passé, comme s’il n'y avait aucun problème et que tout allait bien dans le meilleur du monde. Mais c'était trop simple, ça ne pouvait pas marcher comme ça, je ne me faisais pas d’illusion. J'avais aussi la possibilité de renoncer à lui, une bonne fois pour toutes. C'était ce que j'avais décidé depuis le début, mais j'avais de grosse difficulté à aller dans ce sens. J'étais incapable de lui dire que je ne voulais pas être avec lui. C'était idiot, mais le mensonge était trop gros, mon cœur empêchait les mots de sortir de ma gorge. Lui tournant le dos, je m’accrochais à cette rampe et m’y appuyais dessus le temps de mettre de l’ordre dans ma tête. Je lâchais un petit soupire avant de tenter une nouvelle fois de l’éloigner de moi. C’était un dernier acte désespéré. J’en pouvais plus de lui dire de partir et même si je le voulais, pour son bien, me répéter encore et encore me tuait à chaque fois. Je baissais un peu les bras. Bonne ou mauvaise chose ? Aucune idée, mais j’étais épuisée par toutes ses émotions contradictoire qui s’emparaient de moi. J’allais donc dans son sens, me présentant à mon tour, puis ajoutant qu’il devait passer son chemin. Je n’avais pas la moindre idée de ce que j’allais faire s’il ne partait pas cette fois-ci. Lâcher prise ? Au fond de moi, je trouvais ça difficile. Plus difficile que n’importe quoi d’autre au monde. Lâcher prise et ne pas toujours chercher la petite bête. Lâcher prise et juste profiter de ce que j’ai. Lâcher prise et ne pas faire chier tous les gens qui m’entourent avec mes contradictions internes. Lâcher prise et m’autoriser à être heureuse. C’est si simple et difficile à la fois. Si terrifiant… Bref, j’attendais sa réaction, me retournant pour le regarder dans les yeux. J’avais perdu presque toutes les convictions qui m’avaient poussées à sortir de chez Rafael, malheureusement… Je lâchais un nouveau petit rire moins enjoué que le précédant, certes, mais un rire quand même, alors qu’il disait être stupide et plein d’autres adjectifs qui ne le qualifiaient pas du tout. Puis, c’était quoi cette histoire de condescendance ? Je ne comprenais plus rien… « Quoi ? » Demandais-je, parce qu’il me perdait un peu… Ou peut-être m’étais-je noyé quelques neurones de plus en pleurant… Il me tendit son téléphone, puis le repris avant de me montrer son numéro cette fois. Je levais un sourcil septique. « À quoi tu joues ? » Lâchais-je oubliant de le vouvoyer, de un, parce que je ne comprenais plus rien, de deux parce que ce petit jeu de faire semblant de ne pas se connaître me gonflait un peu. Je n’arrivais pas à faire semblant alors que quelques minutes auparavant il m’embrassait… Comment le pourrais-je ? Je n’étais pas la seule à avoir du mal apparemment, car il ouvrit les bras et s’excusa de ne pas pouvoir y arriver. Je soupirais de nouveau et des larmes reprirent leur chemin le long de mes joues, que répondre à ça ? Je n’en avais pas la moindre idée… Entendre cette phrase me glaçait le sang. La fin, c’était la fin, je n’avais qu’un mot à dire et j’aurais réussi, sauf que j’en étais incapable. J’aurais du lui balancer à la figure qu’en réalité ça n’avait jamais commencé, mais je ne pouvais parce que mon cœur l’emportait sur la raison, je ne pouvais pas m’y résoudre. Mince alors ! Voilà que j’avais fait tout ça et au moment de conclure, je ne pouvais pas sortir ce petit oui… À la place de ce simple mot, d’autres sortirent de ma bouche malgré-moi : « Il faudrait, pour ton bien, il faudrait… Vraiment… Sauf que je ne peux pas te dire oui, même si ma tête me l’ordonne. Mon cœur me crie : non. Je sais que si je te quitte maintenant, je ne m’en remettrais peut-être pas. Pourtant, te dire non, est la chose la plus égoïste que je n’ai jamais fait… » Je baissais la tête et ma voix se fit plus faible. Ce que je disais n’était pas vraiment logique, mais je m’en fichais. « Tout ce que je voulais, moi, c’était te protéger… Mais j’ai l’impression que c’est pire… Plus j’essaye de faire ce qui est bien, plus tu me fait douter de ce qui est bien et de ce qui est mal…. » Je continuais de pleurer tout en continuant de blablater tant bien que mal. « Je suis complètement perdue… Tu ne peux pas comprendre… Y a tellement de chose que tu ignores… Je ne sais pas… Ça m’énerve, mais la seule chose que je sais c’est que j’ai terriblement envie que tu me prennes dans tes bras… » Idiote ? Moi ? Oui, complètement.


I COULD NOT GO ON
What if I lived without you ? What if I loved without you ? What if I died without you ? I could not go on !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twop.forumactif.com/
Juan D. Pepperoni
avatar
DISCRET
◗ je connais mon appart
Aides le forum, votes DISCRET◗ je connais mon appart

LES INFOS
MAMAMIA


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 24 janvier 1986
✔ METIER : En recherche !
✔ HUMEUR : Fêtard !!!
✔ SURNOMS : Monsieur Pizza, Juan Pizza, Ju' d'orange Damon LaPizza, Juanito, ...
✔ CITATION : El tiempo es el nuevo tiempo.

© CRÉDITS : Cliko
★ AVATAR : Jensen Ackles
✔ PSEUDO : Cliko
€ EUROS : 12096
✔ MESSAGES : 284
✔ ANNIVERSAIRE : 11/01/1993
✔ AGE : 24
✔ INSCRIPTION : 19/03/2013
✔ PAYS : France
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: Le sport révèle beaucoup d'élément cachés de notre corps. Bon, pas que en fait... ( With Rafael et Elizabeth )   Ven 6 Déc - 15:07


⊱ Escape for the cake...

Etait-ce vraiment la fin ? Devais-je vraiment lui dire adieu ? Mon coeur s'arrêterait-t-il de battre une fois l'avoir dit ? Je ne savais pas. Mon corps était en conflit avec lui même, ma tête un champ de bataille digne des plus grandes guerre de l'histoire de l'humanité, mon coeur essayant d'être le superman de celui-ci. Mais finalement, il n'y avait pas grand chose à comprendre. Eli semblait vouloir qu'on arrête de se voir et qu'on fasse notre vie chacun de notre côté, mais c'était impossible. Au fond de moi, au milieu de l'estomac, je sentais cette boule que j'avais toujours en la voyant, cette connexion invisible entre nous deux nous attirait comme des aimants, mais pas que nos coeurs, nos lèvres aussi. Ces baisers entre nous étaient si majestueux qu'on pouvait les comparer à un rêve, un conte de fée, ou même tout simplement un miracle donné par un quelconque ange nous surveillant du haut de son perchoir appelé paradis. Non, en fait c'était autre chose. L'ange, c'était Eli, celle qui m'était tomber dessus du haut de son rideau lors de notre première rencontre. C'était celle qui arrivait à illuminer ma vie qu'en un seul regard, m'éblouissant de sa beauté et sa grâce, m'obligeant à ne voir qu'elle quand elle était à portée de vue. Et je devais dire adieu à tout ça ? Car elle me le demandait ? Oui, j'abdiquais, non pas que je ne tenais pas à elle, mais surtout car j'y tenais trop justement, et que je ne pouvais lui dire non... Même ma tentative de repartir zéro avait été fructueuse, elle ne comprenait pas trop certaines choses que je racontais à un tel point que moi-même je n'y croyais plus, étant même sur le point d'accepter de ne plus la revoir. Cette idée me tiraillait le coeur comme si un millier de mitrailleuses tiraient à foison dans mon organe vitale. Je n'en pouvais plus tout simplement plus... De quoi ? De tout. Ce martyre, cette guerre interne était plus que pesante et n'aidait pas du tout mon moral à aller mieux... J'étais résigné, peut être que je souffrirai encore plus après cette séparation, peut être que j'irai mieux, on ne savait pas et on ne le saura qu'une fois le cap franchit, même si j'étais quasiment sûr que la première affirmation serait la vérité... Prêt, j'étais prêt... J'attendais seulement sa simple réponse qui mettrait fin à tout ce cirque amoureux, la boucle serait bouclée.

Dans un silence mortuaire, je baissais silencieusement mes yeux, dont les paupières se fermèrent lentement, après avoir poser la question la plus dure à dire devant celle en qui notre coeur avait le plus confiance et m'incitait à aimer. Un blanc qui me parut interminable se posa, augmentant l'attente insoutenable d'une quelconque réponse de la part de la jolie blonde. Mon attention concentrée particulièrement sur mes oreilles afin d'amortir le choc de ce mot si difficile à entendre que je m'en crèverai les tympans pour ne pas l'entendre. Mais à ma grande surprise, ce ne fut pas un mot qui sortit, ni deux, ni trois, mais une ribambelle d'explications et de réflexions qui aurait du rester internes mais qu'elle lançait rapidement en ma direction. Mes yeux s'ouvrirent tandis que je l'écoutais, mon regard se posant à nouveau sur le sien alors que je comprenais exactement ce qu'elle ressentait. Ce sentiment d'être complété en la voyant, cette drogue à qui on n'arrivait pas à dire non, ou même tout simplement cette attirance entre nous deux qui obnubilait mes pensées. Sur ce point, on était tellement en accord, si elle savait... Mais la suite, je comprenais moins, me protéger ? Mais de quoi ? C'est vrai que je ne la connaissais pas vraiment par coeur, qu'il y avait obligatoirement des choses qu'elle ne m'avait pas encore dit et dont je serai prêt à prendre connaissance à n'importe quel moment un temps soit peu qu'elle accepte d'en parler. Mais d'un autre côté, elle non plus. C'était ce qui semblait être le pire des scénarios pour nous, nous nous aimions réciproquement d'une attirance karmique sans vraiment avoir fait véritablement connaissance l'un de l'autre. Dans un sens, pour le moment, je me foutais littéralement de ma protection ou de savoir exactement pourquoi elle voulait me protéger. " Eli... " chuchotais-je lentement en la voyant pleurer à nouveau. Pourquoi ses larmes me donnaient telle tant de contractions au ventre ? Mon visage se tordait tellement de douleur en la voyant dans cet état, ne pouvant bouger un poil mon corps si figé par la situation. Je voulais la serrée contre moi, la consolée par n'importe quel moyen, être physiquement là pour elle, mais seul mon esprit était assez libre pour penser à cela, laissant mon corps en proie à toute interaction externe. C'est seulement quand Eli m'avoua sa plus grosse envie du moment qu'il daigna enfin émettre quelques micro messages électriques dans mes nerfs, le dé-statuant peu à peu, me permettant enfin de m'approcher d'elle lentement. Posant d'abord une main sur son bras, son toucher déclencha une réaction en chaîne qui se finit par mes bras l'entourant, sa tête nichée dans mon cou. " Pour ça, il suffit de demander. C'est impossible pour moi de te dire non Eli... " lui disais-je tout bas, lui caressant le dos et les cheveux.

La situation était plus qu'étrange, alors que nous étions sur le point de nous dire adieu, nous nous retrouvions de nouveau l'un contre l'autre, nos coeurs en parfaite harmonie. Je fermais mes yeux, sentant son souffle dans mon cou, déposant un bisou dans les cheveux blonds de ma cavalière. C'est ainsi que prêt de son oreille, je commençais à lui expliquer mon point de vue à tout ce qu'elle m'avait avouer... " Calme toi Eli... Tu ne devrais pas te soucier de me protéger, franchement... Il faut que tu penses à ton propre bonheur d'abord, que tu choisisses pour toi, pas pour les autres... Ok, je ne suis peut être pas le meilleur exemple pour te dire ça, mais... Je ne veux pas que tu fasses les mêmes bêtises que moi... Vis pour toi et sois égoïste un petit peu... Du moins, pour ton coeur car... C'est ton futur qui est en jeu... " disais-je lentement pour ne pas la pressée dans sa compréhension. Mais en fait, pourquoi parlais-je de futur ? Je me sentais tellement bien là que j'imaginais notre avenir ensemble ? Oui, sans doute... " Puis mon coeur t'aime... Malgré mon cerveau qui le poignarde pour l'affaiblir alors qu'il ne veut pas être séparé du tien... " Finissais-je en resserrant mon étreinte pour déverser un peu de ma chaleur corporelle en elle, lui montrant que j'étais là pour elle. " Je serai toujours là pour toi... Quoi qu'il arrive... " rajoutais-je, n'osant plus la laisser partir. Je me sentais bien à son contact et l'idée dé-serrer mes bras fut vite chassée par un coup de pied mental qui l'envoya valser jusque dans la corbeille avant de recevoir un clique droit pour la vider complètement. Bref, je me sentais... Amoureux...  


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth O. Connor
avatar
administrice
◗ une petite louve gentil
Aides le forum, votes administrice◗ une petite louve gentil

LES INFOS
YES OR NO ?


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : Le 8 mars 1990
✔ APPARTEMENT : 1b.2
✔ METIER : Assistante directeur dans une chaine TV.
✔ CUPIDON : Si j'attrape ce petit bébé, je lui fais payer tous les sales coups qu'il m'a fait !
✔ HUMEUR : Toujours souriante !
✔ SURNOMS : Elie, Eliza, Elychou...
✔ CHOSES A FAIRE : ~ Travailler.
~ Devenir riche.
~ Trouver une idée géniale pour être célèbre.
~ Tomber amoureuse.
~ Faire les courses.
~ Etre heureuse et profité de la vie.
✔ CITATION : Et tout a cou tu te rends compte que tout et fini, pour de bon. Il n'y a pas de marche arrière tu le sens. Et puis tu essayes de te rappeler a qu'elle moment tout a commencer puis tu découvre que c'est plus vieux que se que tu pense, et c'est la seulement a se moment que tu réalise que les chose n'arrive qu'une fois. et quels que soient tes efforts tu ne ressentiras plus jamais la même chose tu n'auras plus jamais la sensation d'être a trois mètre au-dessus tu ciel.

© CRÉDITS : © Crazy Bunny
★ AVATAR : Candice Accola
✔ PSEUDO : Choco
€ EUROS : 9592
✔ MESSAGES : 1409
✔ AUTRES COMPTES : Diego R. Vicente
✔ ANNIVERSAIRE : 22/02/1999
✔ AGE : 18
✔ INSCRIPTION : 19/05/2012
✔ PAYS : France
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: Le sport révèle beaucoup d'élément cachés de notre corps. Bon, pas que en fait... ( With Rafael et Elizabeth )   Ven 3 Jan - 11:31


⊱ En trois mots : OH MON DIEU !


Je crois qu’à la base, je voulais faire le bien autour de moi. Ça n’a pas été possible pour deux raisons : parce qu’on m’en a empêché, et aussi un peu parce que j’ai abdiqué. J’étais là, comme une quiche à le regarder dans les yeux sans rien dire, cherchant désespérément quoi faire. Faire le bien ? Faire le mal ? Mais c’était quoi au juste ? Comment savoir ce qui était bien et ce qui était mal ? C’était à qui de décider ça d’ailleurs ? Tout était une question d’interprétation, de point de vue, en fait. Et je me retrouvais là, perdue. Je ne savais pas quoi lui dire, du tout. Au final, je laissais mes pensées sortir par ma bouche, exprimant tout ce qui se passait dans ma tête, toutes mes contradictions internes. Je me sentais vraiment lamentable, là, comme ça, incapable de répondre simplement. De plus, je pleurais à nouveau ce qui me rendait encore plus minable. Seulement, je ne savais pas quoi faire d'autre, j'avais besoin de vider un peu mon sac.. Même si lui n'avait pas besoin de ça... Franchement, je ne savais même plus si ma réponse sonnait comme un non ou comme un oui... C'était bizarre, je me sentais bizarre, ce que je disais était bizarre. C'était ça l'amour, toute ses sensations étranges et incompressibles  qui me faisait perdre la tête ? Peut-être que oui ou peut-être que non ? Certains disent qu'on reconnaît le grand amour lorsqu'on s'aperçoit que le seul être au monde qui pourrait vous consoler est justement celui qui vous fait mal. S'ils avaient raison alors j'avais vraiment trouvé le grand A, parce que tout était de sa faute mais en même temps il était le seul capable de me réconforter. Finalement, je finis par lui demander de me prendre dans ses bras. C'est con comme un geste aussi anodin peut vous manquer. Je ne savais pas pourquoi, mais j'en avais besoin, besoins d'un peu de soutiens, d'un peu de réconfort. Sinon, j'allais craquer pour de bon. N'empêche, j'avais raison sur un point, on ne se connaissait pas vraiment l'un l'autre. Il ignorait presque tout de moi et j'ignorais presque tout de lui. Pourtant, j'étais irrémédiablement attiré par lui, même si j'étais effrayée par ce qu'il pouvait bien cacher, je l’étais encore plus de ce que je lui cachais,moi. Ce boulet que je ne voulais pas lui faire porter, mais qui malheureusement faisait parti de moi. Alors qu'il chuchotait mon prénom je ne savais plus quoi dire, quoi penser, j'attendais juste une réponse.. Une suite, un petit quelque chose... Finalement, je sentis lentement ses bras m'envelopper. Je me laissais aller contre lui, enfouissant ma tête contre son cou. C'était rare ,mais pour la deuxième fois en seulement quelques minutes j'étais bien. Je m'abandonnais dans cette étreinte, abandonnant aussi toutes mes belles convictions et mes réticences. Les conséquences de ce bazar? Je n'en avais aucune idée. Et pour l'heure, je m'en fichais, j'en avais vraiment marre de lutter contre moi même. Juan se mit à murmurer à mon oreille et je l'écoutais attentivement tout en savourant le contact de nos deux corps l'un contre l'autre. Je me mis à rire nerveusement. Il disait que mon futur était en jeu ? Mais je n'en avais pas... Si seulement il savait... Je soupirais doucement, écoutant la suite. Je n'étais pas vraiment sûr, mais est-ce qu'il venait de dire ce que je pensais qu'il avait dit ? Son cœur m'aimait... Voilà une information que je rangeais bien profondément dans ma mémoire. Il finit en me serrant encore plus contre lui tout en m'expliquant qu'il serait toujours là pour moi, quoi qu'il arrive. Je souris et caressais doucement son dos du bout de mes mains. « Ne promets rien alors que tu ne sais pas dans quoi tu t'engages. » Lâchais-je doucement, si près de lui que mon souffle se perdait sur sa peau. Puis, je reculais un petit peu, de façon à rester dans la même position tout en pouvant le regarder dans les yeux. « De quelles bêtises tu parles ? » Demandais-je avant de réaliser que ce n'était pas vraiment le bon moment.  « Laisse... Tu n'es pas obligé de répondre. » Je lui souris en continuant : « Juan... Je fais ce que je veux, ok ? Et si je veux te protéger c'est que j'ai de bonne raison... C'est tout... Et... Je ne peux pas... C'est bête, mais je ne sais pas, ou du moins plus, être égoïste... Puis... De quoi parles-tu ? Qu'imagines-tu dans ce... Futur ?  » Mon sourire se fit de plus en plus malicieux... Me hissant sur la pointe des pieds, je posais mes lèvres sur les siens en l'embrassant tendrement. Dieu que c'était bon de ne plus avoir à se retenir ! Une fois le baiser fini, je ne reculais pas et murmurais contre lui : « Tu me raccompagnes ? »


I COULD NOT GO ON
What if I lived without you ? What if I loved without you ? What if I died without you ? I could not go on !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://twop.forumactif.com/
Juan D. Pepperoni
avatar
DISCRET
◗ je connais mon appart
Aides le forum, votes DISCRET◗ je connais mon appart

LES INFOS
MAMAMIA


✔ JE SUIS NÉ(E) LE : 24 janvier 1986
✔ METIER : En recherche !
✔ HUMEUR : Fêtard !!!
✔ SURNOMS : Monsieur Pizza, Juan Pizza, Ju' d'orange Damon LaPizza, Juanito, ...
✔ CITATION : El tiempo es el nuevo tiempo.

© CRÉDITS : Cliko
★ AVATAR : Jensen Ackles
✔ PSEUDO : Cliko
€ EUROS : 12096
✔ MESSAGES : 284
✔ ANNIVERSAIRE : 11/01/1993
✔ AGE : 24
✔ INSCRIPTION : 19/03/2013
✔ PAYS : France
AND MORE
My life
Mon carnet d'adresses:
MessageSujet: Re: Le sport révèle beaucoup d'élément cachés de notre corps. Bon, pas que en fait... ( With Rafael et Elizabeth )   Dim 12 Jan - 10:15


⊱ Escape for the cake...

 Je ne saurais décrire l'état dans lequel j'étais au moment où je pris Eli dans mes bras. Nous sentir si proches animait le feu qui brûlait dans l'âtre de mon coeur. J'expliquais doucement des choses à son oreille, je voulais qu'elle est confiance en moi, pouvoir être un point d'appuie qu'elle pouvait utiliser autant qu'elle le voulait et n'importe quand. C'était mon caractère qui était comme ça, je ne pouvais pas le changer même si en réponse à ce que je lui avais murmurés, elle m'invitait à ne rien promettre à son sujet. Je tirais un petit sourire en coin lié à mes yeux qui lançaient comme message " Je le dirai pas mais je le penserai ", ça aussi elle ne pourrait pas me le changer... Puis elle se recula délicatement, plongeant son regard dans le mien qui me fit sourire. Ses yeux magnifiques me déconnectais peu à peu de ce monde jusqu'à ce qu'elle attira mon attention en voulant des précisions sur mes bêtises... Mon sourire sauta, montrant une moue gênée alors que j'essayais de trouver comment lui expliquer toutes mes mésaventures que mon sens du service m'avait apporté... Mais alors que j'ouvrais la bouche pour en parler, elle me stoppa de suite en m'intimant le silence si je le voulais, créant un énorme soulagement en moi.

Le sourire retrouvé, je l'écoutais silencieusement exprimer ce qu'elle souhaitait faire de notre relation, me protéger de quelque chose... J'acquiesçais silencieusement pour ne pas la coupée jusqu'à ce qu'elle demanda ce que je pensais de notre futur. C'est vrai que j'en avais un peu parler mais... Je n'avais pas vraiment penser à ce qui se passerait entre nous... Déjà, plus qu'un coup comme ça, j'en étais sûr mais après... Il fallait bien que je réponde et n'aimant pas faire attendre les autres, je tentais tant bien que mal de défendre mon idée. " Je euh... Je ne sais pas moi... Peut être que... " balbutiais-je en hochant les épaules. Je remarquais un sourire malicieux apparaître sur les lèvres d'Eli quand elle s'approcha de mon visage et y déposa un doux baiser. Mon cerveau s'arrêta. Je ne comprenais pas pourquoi elle avait fait ce geste, mais je ne le regrettais pas. Je me laissais emporter dans ce voyage amoureux, jusqu'à ce qu'elle retourna sur ses pieds plat, séparant nos lèvres. Mon visage s'empourpra un peu, gardant mon sourire ravit, lorsqu'elle me proposa de la raccompagnée. Je dé-serrais mon étreinte, lui prenant la main tendrement avant d’acquiescer. " Evidemment, je suis un gentleman quand même ! " disais-je d'un air charmeur avant d'avoir une idée folle dans ma tête. Sans prévenir, je me penchais pour la prendre dans mes bras telle une princesse. Quoi ? Ok c'était niais et déjà vu, mais j'espérais qu'elle en rit car je me promettais au fond de moi de ne plus la voir pleurer. " Direction l'appartement de mademoiselle ! ".

Nous avancions donc jusqu'à chez elle, une fois devant sa porte, je la déposais délicatement, toujours le sourire au lèvres. C'était le temps de se dire au revoir... Je savais que ce serait dur mais bon, je lui laissais le premier mot étant galant, mais si elle n'y arrivait pas... Je devrais me forcer à lui dire au revoir, pour notre bien à tout les deux...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

LES INFOS
AND MORE
MessageSujet: Re: Le sport révèle beaucoup d'élément cachés de notre corps. Bon, pas que en fait... ( With Rafael et Elizabeth )   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le sport révèle beaucoup d'élément cachés de notre corps. Bon, pas que en fait... ( With Rafael et Elizabeth )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le sport ne forge pas le caractère, il le révèle - Noah
» « Le sport ne forge pas le caractère ; il le révèle. » [Chloé Tôgashi & Sasuke Ujikiyo]
» Quel sport faite vous?
» GAS32, Manager du Gabardan Athlétique Sport
» Calypso || Aime la vie, même si elle te réclame beaucoup d'effort ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LOS VECINOS  :: Les appartements Et vos clés :: Mosquito, bâtiment numéro 2 :: 2° Anopheles, deuxiéme étage :: 2O.3 - Larissa (scénario), Rafael Sanchez-